• Anthony Dernicourt

Port Aventura (1/1)

#portaventura #themepark #spain #shambhala #rollercoaster #salou #costadaurada

Port Aventura - Hors série

Avec Liesbeth, Liévine, Nathalie & Mathilde [Chapitre dédié à la visite d'un parc à thème]

Bienvenue dans ce Trip Report consacré spécifiquement à la visite de Port Aventura, l'un des plus grands parcs à thème européens. Ce voyage n'est constitué que d'un seul post, entièrement dédié à la visite de Port Aventura.


C'était en 2014. Nous étions alors encore tous étudiants. Liesbeth, Mathilde, Liévine, Nathalie, Elisabeth et moi-même (quasiment toute la team du blog en fait !) avions décidé de nous rendre à Salou, station balnéaire de la Costa Daurada espagnole à la fin de l'été pour un séjour de 5 jours. Deux autres amies, Esther et Léo nous accompagnaient également. Toutefois, Elisabeth et Esther ont fait l'impasse sur l'étape Port Aventura et on préféré se rendre à Barcelone. Pour en savoir plus sur les protagonistes de ce séjour, je vous renvoie à la section La Team de ce blog.


Nous avons donc consacré deux des cinq jours à Salou à la visite de Port Aventura. Puisque nous étions encore tous étudiants et que nous ne roulions pas sur l'or, nous avions décidé de ne pas loger dans l'un des hôtels du resort. A la place, nous avions loué un grand appartement avec vue sur mer qui ne nous est revenu qu'à seulement 100€ par personne pour les 4 nuits. L'appartement était situé en plein centre de Salou et à 20 minutes à pied seulement de Port Aventura, ce qui en faisait une localisation idéale pour notre séjour vacancier.


Ce voyage à Salou s'est en réalité organisé à l'improviste. C'est seulement un mois avant le départ que nous nous sommes décidés à partir. Il allait s'agir pour nous tous de notre première visite à Port Aventura et nous avions hâte !


Notre premier jour à Salou fut tout ce qu'il y a de plus classique, après une arrivée matinale à l'aéroport de Barcelone, et après avoir rejoint la station balnéaire en train, avec journée détente à la plage et restaurant en bord de mer.

C'est donc le lendemain, le dimanche 31 août, que nous nous rendons à pied jusque Port Aventura pour notre premier jour de visite. Je trépignais d'impatience !

Bienvenido !


Nous sommes entrés dans le parc de bon matin et nous en avons directement pris plein dans les mirettes ! Que c'était beau ! Nous avions acheté nos billets 2 jours en ligne à un tarif avantageux. Pas besoin de passer par les caisses du parc, nous avons pu directement franchir les grilles du parc qui mènent dans la zone Méditerranée.

Et c'est parti pour deux jours de sensations !


Nous avons bien vite traversé la zone Méditerranée et nous sommes directement arrivés devant le panneau des temps d'affichage des attraction, juste à l'entrée de Furius Baco. 30 minutes indiquées à ladite attraction, cela nous semblait être une belle opportunité vu la réputation de l'attraction au niveau de sa popularité, mais aussi vis-à-vis de ses vibrations, sûrement plus supportables en matinée plutôt qu'en fin de journée.

Ça va démarrer sec !


Nous nous sommes donc engagés dans la file dégueulasse en parc à boeuf (pareil pour quasiment toutes les attractions du parc, l'un des seuls reproches que j'aurais à leur faire) et bien vite nous avons embarqué. Je me suis installé dans un siège intérieur pour éviter au maximum les soi-disant vibrations, directement au premier rang (par chance). Après la vérification des harnais, c'est parti !


L'attraction débute par un petit préshow assez bien mis en scène. Puis vient alors la propulsion qui est sympathique, même si j'en attendais peut-être un peu plus. Puis le parcours, somme toutes assez court, est relativement désagréable mais pas insupportable. L'heartline roll passe bien, le tour est rapide et nous voilà déjà sur les freins finaux. Bilan mitigé. Sympa mais sans plus. Liévine en est sortie d'ailleurs quand même assez remuée...


Plus tard, en soirée, nous avons réessayé l'attraction. Non plus au premier rang, mais également sur les sièges extérieurs pour moi cette fois-ci. Et quelle horreur ! J'avais l'impression que mon cerveau jouait à la balle magique dans la tête. Une véritable catastrophe. C'était réellement à la limite du supportable. L'attraction était devenue une véritable machine à torture où, une fois la propulsion passée, nous ne prenions plus aucun plaisir. A raser d'urgence ! (ou alors faire quelque chose aux trains).

Pas trop mal à la tête les filles ?


Nous avons alors quitté la zone Méditerranéenne et nous sommes arrivés dans la partie polynésienne du parc. Puisque le parc est construit en un seul anneau au niveau des allées, les zones thématiques ses succèdent les unes aux autres. La zone polynésienne est très agréable, avec une belle végétation luxuriante et tropicale.

Un petit bout de paradis ?


L'une des attractions principales de la Polynésie était en 2014 Sea Odyssey. Nous avons donc décidé de nous lancer dans cette attraction de type simulateur qui affichait zéro minutes d'attente. L'attraction 3D est dotée d'une chouette file d'attente, de grandes plateformes de mouvements bien sympathiques mais un film vraiment pas top ! Cela ne m'a pas marqué plus que cela. Pas étonnant que le film ait été modifié par la suite...

L'élément le plus stylé de cette attraction, les filles et leurs lunettes 3D !


Après Sea Odyssey, je n'en pouvais juste plus d'attendre, l'attraction phare du parc n'arrêtant pas de me faire de l'oeil du haut de ses 78 mètres ! J'ai donc un peu forcé ma bande d'amis à se rendre à Shambhala, l'hyper coaster que bon nombre appréhendaient, surtout Nathalie.

Regardez-moi cette première descente !


La skyline du parc mêlant Shambhala et Dragon Khan donnait très bien, même si au départ, j'étais dubitatif du résultat final lors de la construction de l'hypercoaster en 2012.


File d'attente de 10 minutes, nous n'avons pas hésité une seconde (enfin, je n'ai pas hésité une seconde...) ! Les autres hésitaient tout de même beaucoup, surtout Nathalie qui pour ce premier tour aura finalement fait l'impasse.

Prêts à s'envoyer au septième ciel ?


Après avoir un peu attendu, nous avons été dispatchés dans les premiers rangs de l'attraction (sans être au premier rang). Nous aurions pu demander à être assis à l'arrière pour plus de sensations mais les filles préféraient d'abord faire un premier tour plus à l'avant du train. Alors, qu'allait donner ce tour découverte de Shambhala ?


C'est tout bonnement directement devenu l'une de mes attractions préférées ! La first drop est excellente (surtout aux derniers rangs), puis viennent les nombreux camelbacks chargés en airtimes longs et puissants. Puissants, certes, mais pas aussi puissants que sur Balder (Liseberg), Goliath (Walibi Holland) ou Expedition G Force (Holiday Park) qui pour moi restent les références dans le domaine. Je dirais que c'est différent. Shambhala fait partie de ces attractions plus planantes comme Air (Alton Towers) ou Blue Fire (Europa-park). Le petit camelback après la spirale fait son effet, mais le reste du parcours se fait à la fois en douceur et puissance, difficile de vraiment expliquer. Et puis avec les sièges panoramiques, on a une beaucoup plus grande sensation de liberté qui est sublime ! Totalement approuvé, ce Shambhala ; tellement plus que le pauvre SilverStar d'Europa-park, que je n'avais déjà pas beaucoup aimé, mais qui là en prenait encore plus pour son grade avec la comparaison entre lui et son équivoque espagnol !


Même constat pour les filles qui ont eu plus de peur que de mal, et qui pour la plupart sont tombées immédiatement sous le charme de la montagne russe. Gros coup de coeur immédiat pour Liesbeth et Liévine. Mathilde a bien aimé mais était plus mitigée que nous.


Nous avons ensuite réussi à convaincre Nathalie de nous accompagner et nous nous sommes relancés dans un deuxième tour. Avec seulement 10 minutes d'attente, pourquoi se priver ? Cette fois-ci, nous avons fait l'attraction dans les derniers rangs, la rendait encore plus jouissive ! Nathalie en est ressortie aussi enchantée que nous.

Très gros coup de coeur !


Petite pause ensuite dans la sympathique zone chinoise. Détail, le hangar du théâtre contenant le spectacle Generation Forever est très mal habillé et cela fait tâche sur la place centrale de la zone. Sinon, la surélévation de la zone avec sa petite muraille de chine rend très bien. Et avec Dragon Khan et Shambhala en fond de paysage, c'était juste un régal pour les yeux.

C'est quand même plus classe que le China Town New-Yorkais !


Nous avons pris notre première pause repas en Chine, en y commandant des nouilles (au curry) bien évidemment. Repas plus de correct et assez abordable, nous étions tous satisfaits de ce choix. Petite mention ; ce qui ajoute de l'authenticité à Port Aventura, c'est que chaque zone possède ses points de restaurations avec spécialités locales, ce qui permet d'accentuer fortement l'immersion, plutôt que de manger un burger en Polynésie et un Hot Dog en Chine par exemple. Phantasialand fait pareil et je trouve que c'est un plus dans l'ambiance que l'on ressent en visitant le parc.


Ensuite, nous nous sommes offerts un premier spectacle, Bubblebou. A l'époque, je n'étais pas du tout friand en général des spectacles dans les parcs d'attractions, mais il y a de cela quelques années, j'avais vu sur NRJ12 (oui, pas très qualitatif comme chaîne, je vous l'accorde...) un reportage sur les parcs d'attractions, dont un sur les backstages de ce spectacle à bulles. La curiosité me donnait donc tout de même envie de découvrir ce spectacle original. En motivant mes amis, nous sommes donc entrés dans l'un des théâtres de la zone chinoise pour découvrir ce très sympathique spectacle de bulles géantes et de toutes formes. Seul regret ; cela ne collait pas avec la Chine et c'est dommage (que ce soit au niveau du costume de l'acteur ou de la bande son). Sinon, nous en sommes tous sortis très satisfaits, même les plus rédhibitoires et nous avons d'un commun accord décidé donc que nous ferons encore d'autres spectacles sur nos deux jours au parc.

Un spectacle bien propre !


Nous avons ensuite enchaîné avec Angkor, la nouvelle attraction 2014 du parc. Le Splash Battle qui avait lors de sa construction émis des doutes quant au type de nouveauté que Port Aventura allait s'offrir. Beaucoup de bruit pour au final juste un Splash Battle. Et c'est justement le problème d'Angkor ; il s'agit d'un simple Splash Battle, trop sage, sans rien de vraiment folichon.


Que je m'explique. Déjà, Angkor est un Splash Battle qui ne mouille pas énormément. Premier gros point négatif, l'eau est un peu le Core Business de ce genre de machine. De deux, si l'interactivité n'étant pas au top, s'il y avait eu de sublime décors et Audio-Animatroniques pour compenser, le produit final aurait pu être acceptable. Mais malheureusement, encore une fois Angkor déchoit à respecter ce dont on attendait de lui. Les Animatroniques sont saccadés, font pchit pchit et on loupe la moitié des scènes à cause de la configuration des bateaux de Mack (avec vue sur le côté). Quand il fait 30 degrés dehors et qu'on ressort à moitié mouillé d'une attraction, je n'oserais pas parler de pétard mouillé mais quand même ; Angkor, c'est pas vraiment ça (D'ailleurs, c'est probablement, après Wakobato, le Splash Battle que j'ai le moins aimé...). En plus, nous avons du attendre 50 minutes pour cette attraction (la plus longue attente du séjour).

Noue ne le referons pas Angkor celui-là...


Après Angkor, nous nous sommes dirigés dans la zone Chine à proprement parler (car Angkor est isolé des autres attractions et qu'on se le dise, n'est pas du tout chinois !) pour tester Dragon Khan, la grosse montagne russe à inversions du parc, qui affichait zéro minutes d'attente.


Dragon Khan, j'en attendait du bien, vu les dires sur internet, et j'ai été légèrement déçu. Car malgré un chouette layout, ce qui manque à ce vieux B&M c'est du confort. Ça tremblote faiblement mais suffisamment pour se manger des baffes contre le harnais si on ne se concentre pas sur le parcours. Dommage, j'attendais mieux mais les filles ont quant à elles pour la plupart bien apprécié (alors qu'ils craignaient le looper pour justement de vilaines baffes, formation Vekoma oblige). En relativisant, Dragon Khan est une bonne attraction, mais ce n'est tout simplement pas l'une des meilleures du parc.

Je ne savais pas que les dragons pouvaient être atteints de Parkinson...


Nous avons poursuivi notre chemin vers un autre quartier parce que la Chine, on en avait bien fait le tour. Succédant à la Chine, le quartier du Mexique s'est offert à nous, avec droit devant El Diablo, le train de la mine du parc avec ses rails mal tordus.


Avec une attente quasiment inexistante, nous nous sommes directement engagés dans la file de cette attraction familiale au parcours assez étalé (qui va habilement rejoindre la zone Far West). Allions-nous apprécier ce train de la mine ?


La seule chose amusante sur ce vieux bazar, c'est la drop qui suit directement la station quand le train quitte le quai. Sinon ça fait mal, c'est sec, brutal et les sensations y sont quasiment inexistantes. On n'avait pas attendu une seule minute pour cette attraction et heureusement. Même constat pour les filles. Nous ne l'avons pas refait de la journée...

Nous faisions mine de nous amuser mais ce ne fut pas réellement le cas...


Place ensuite à Templo del Fuego. Il s'agit d'une attraction spectacle située dans un temple amérindien. Celle-ci n'est malheureusement ouvert qu'en haute-saison. Heureusement pour nous, nous étions encore en haute saison en ce 31 août !

Une belle brochette prête à se faire flamber !


L'attraction-spectacle débute par un pré-show. Dans la salle, nous étions énormément de personnes ; il y faisait fort étouffant. Un acteur qui joue le rôle d'un aventurier vient raconter son histoire à 90% en espagnol (pour un parc voulant jouer la carte de l'international, il y a encore des progrès à faire dans le domaine), et donc seulement 10% en anglais approximatif. On est parvenus à comprendre quand même l'idée et le pré-show est sympathique même si peu compréhensible.


Place au main-show où nous entrons dans une grande salle avec deux balcons d'observation. Vu le monde qu'il y avait dans le parc, difficile pour nous de tous nous entasser derrière les gardes-fous. Tout le monde n'était donc pas sur le balcon, moi-même entre les deux, ce qui aura eu une conséquence dans la suite de l'attraction...


Le show commence avec l'acteur qui est de retour. C'est alors qu'une malédiction s'enclenche et le temple prend feu. Il y a du feu partout ! D'impressionnantes boules de feu sont expulsées de l'eau, réchauffant (un peu trop) toute l'audience. Puis vient le final, je n'en dit pas trop mais le fait d'avoir été à moitié sur la plateforme d'observation gâche un peu le show, surtout pour la plupart des filles qui n'étaient justement pas dessus... Mais bilan très très positif de cette excellente attraction-spectacle ; feu Armageddon pouvait aller voir ailleurs !


En sortant, nous avons fait le labyrinthe du parc, le Secret Maya ou un truc du genre, ouvert un an auparavant. Nous avons reçu des gants pour ne pas salir les miroirs, chose positive pour garder les vitres bien transparentes, on n'en est que plus désorientés. Petit désastre écologique par contre... Nous n'avons pas trop mis des masses de temps à sortir de là, un peu moins de 10 minutes quand même, mais c'est le genre de petite attraction additive toujours chouette à faire entre deux autres plus importantes... Sauf Liesbeth et Léo qui ont eu un peu plus de mal à trouver la sortie que le reste du groupe !

Alors les filles, on s'est perdu ?


Nous avons poursuivi alors notre visite vers la zone Far West (je voulais tester Hurakan Condor, la tour de chute libre du parc, mais les filles étant un peu trop impressionnées, ça serait pour plus tard). le Far West est une chouette zone très animée, avec ses podiums à petits spectacles. Elle est beaucoup plus vivante que le Mexique qui pour moi est la section la moins aboutie du parc...

Le Far West version espagnol


Place à Stampida désormais, le dueling wooden coaster du parc. Il s'agit d'une autre des attractions phares du parc : deux parcours de montagnes russes en bois qui font la course. Les passagers peuvent choisir d'embarquer dans les diligences rouges ou bleues qui correspondent aux couleurs des trains de chacun des parcours.


Ce sera piste bleue pour commencer pour la moitié d'entre nous, piste rouge pour les autres. Après de nombreuses combinaisons dans la courte file d'attente pour être dans les mêmes trains en mode dueling, nous avons réussi à embarquer dans le même wagon, en face à face, pour un tour de dueling coaster comme je n'en ai jamais vécu ! Déjà, le layout du coaster est vraiment bien agencé, qui fait que le côté dueling est exploité de façon remarquable (surtout lorsque les trains se retrouvent en face à face). Puis en étant contre un groupe de potes, raison de plus pour trouver ça encore plus fun. De surcroît, nous avons gagné donc que demander de plus ? Du confort ? Oui, certes, là quand même parce que mes côtes en ont pris pour leur grade dans cet engin vibratoire géant ! Dommage, vraiment dommage, l'attraction a vraiment tout pour plaire mais ces vibrations gâchent la plupart du parcours...

Apparemment, les diligences aussi peuvent être atteinte de Parkinson...


Ensuite, puisque que le soleil tapait de nouveau bien fort, nous avons décidé de faire un petit tour d'une attraction aquatique. Notre choix s'est porté sur Silver Flumr River, le parcours de bûches du parc. 30 minutes d'attente pour une sympathique attraction qui manque peut-être un peu de théma mais qui possède une chouette drop finale et quelques interactions avec El Diablo.

Un petit splash pour se rafraîchir !


Je me suis mis torse nu et les filles avaient un haut de maillot. La pratique, souvent interdite dans les autres parcs à thème, était autorisée à Port Aventura, et cela se révélait bien agréable avec d'aussi fortes températures et des attractions aquatiques bien humides !


Autre moyen de se rafraîchir, les seaux d'eau que l'ont peut se renverser sur la tête ! C'était très amusant et très efficace !

Si jamais le Flume n'était pas suffisant...


Ensuite, petite pause glace avant d'aller voir le Stunt Show à la sauce Far West du parc. Nous sommes entrés pile poil au moment où le show s'apprêtait à commencer. Eh bien au final c'était assez sympathique, même si c'était humour pipi-caca. Et puis bien évidemment, tout était en espagnol/catalan excepté quelques mots de présentation en anglais pour la forme. On se sera bien amusés quand même même s'il y a des shows plus époustouflants. Le show que j'aurai le moins apprécié dans le parc. Mathilde a trouvé ça très drôle et bien apprécié.

Très WTF ce Stunt Show !


Après quelques négociations, j'ai enfin réussi à convaincre les autres d'aller tester Hurakan Condor après le show. L'attraction, qui affichait 20 minutes d'attente, est une tour de chute libre de près de 100 mètres de haut. La particularité de l'attraction est d'offrir plusieurs types de sièges : assis, debout, ou encore avec effet tilt (c'est-à-dire avec inclinaison partielle des sièges vers le sol avant la chute).


Devant la tour, Nathalie (qui n'affectionne pas vraiment ce type d'attraction), a préféré passer son tour. Liesbeth et Mathilde hésitaient aussi fortement car elles redoutaient de tomber sur le mode tilt debout. Finalement, Mathilde a quand même accompagné Léo, Liévine et moi-même et nous nous sommes tous engagés dans la file d'attente, tandis que Liesbeth et Nathalie nous attendaient.


La première fois qu'on a testé l'attraction, Liévine, Léo et moi avons eu de la chance et nous avons eu droit au mode tilt debout. En effet, il n'y a pas moyen de choisir sa place, c'est au petit bonheur la chance. J'avais déjà testé la Free Fall de Gröna Lund en Suède en mode tilt debout, et là encore, j'ai adoré ! Dingue comme la position arrive à me mettre en stress par rapport au mode classique où je me sens comme dans un petit salon de thé. Petit moment de stress pour Léo, Mathilde et Liévine qui au final en sont sorties conquises.

Premier tour de tour !


Nous avons directement enchaîné avec un second tour. Là encore, nous avons eu de la chance et avons pu faire l'attraction en tilt debout. Liesbeth nous a rejoint mais a préféré le faire en mode assis avec Mathilde, et Nathalie nous a encore sagement attendu.


En sortant d'Hurakan Condor, nous avons été chercher de quoi nous nourrir, au restaurant self-service polynésien où nous avons opté pour des spaghettis. Il y avait de quoi s'asseoir à l'intérieur, dans un bâtiment à l'architecture typiquement polynésienne. Dommage qu'ici la cuisine ne correspondait pas à la zone...


Le groupe après avait envie de faire une pause digestive, sauf Liévine et moi-même qui nous sommes payé un second tour de Furius Baco, 15 minutes d'attente, dans l'obscurité. J'ai par contre eu le "plaisir" de le tester sur un siège extérieur et comme dit au préalable, c'est une horreur !


Après avoir rejoint le groupe qui avait eu le temps de bien digérer, nous nous sommes tous dirigés vers le très joli bateau pirate de la zone Polynésie. Pas l'attraction idéale après avoir mangé mais nous en avions envie sur le moment-même. L'attraction, appelée Kon-tiki, était un peu poussive, certes mais amusante quand même.


Nous avons ensuite décidé d'un commun accord d'assister au show polynésien nocturne présenté par le parc. Le show est à la fois joué en journée et en soirée. Alors de base, la zone Polynésie est sublime avec toute la végétation, les cascades d'eau, etc... mais en plus, avec un show comme celui que nous avons vu, je ne peux que dire que pendant une heure, je n'avais plus le sentiment d'être dans un parc à thème ; j'étais totalement immergé et ça, ça m'était très rarement arrivé dans un parc d'attractions ! Sable fin dans l'arène polynésienne, les gens s'installent, on étions installés au premier rang tout en bas, les pieds dans le sable.


Le spectacle était un show de tahitiens et tahitiennes composé de danses, de cracheurs et de jongleurs de feu, dans une atmosphère unique, une chaude soirée d'été avec un spectacle vraiment pas mal. Absolument immanquable lors d'une visite à Port Aventura. Véritablement mon show préféré, et le moment que j'ai préféré dans le séjour. J'ai encore mieux apprécié ce show que la plupart des attractions du parc (exception faite pour Shambhala quand même !). C'était vraiment un moment mémorable pour toute la troupe !

Encore plus hot que Templo del Fuego !


Sortis de ce show, nous sommes retournés faire un tour de Shambhala en pleine nuit. Encore une fois, c'était un moment sublime. L'attraction avait chauffé toute la journée et un festival d'airtimes s'offrait à nous. Ce fut un gros coup de coeur !


Une fois sortis de Shambhala, la plupart des filles avaient eu leur dose pour la journée et on décidé de rentrer à l'appartement. En effet, nous avions encore une journée complète prévue dans le parc le lendemain. Liévine est restée avec moi jusqu'à la fermeture du parc et nous avons enchaîné plusieurs tours de Shambhala dans le noir, toujours avec 0 minutes d'attente. C'est au cours de cet instant que nous avons commencé à discuter de notre projet de partir ensemble en Floride, et c'est ce que nous avons fait 6 mois plus tard (vous pouvez retrouver nos aventures en Floride sur ce blog également).


A la fermeture du parc, vers minuit, nous sommes tous deux rentrés à pied jusqu'à l'appartement où nous avons rejoint les filles.


Le lendemain matin, nous nous sommes levés de bonne heure pour une nouvelle dose d'aventures et sensations à Port Aventura !

We are back!


Lors de ce second jour de visite, nous avons principalement refait les attractions testées la veille. Notamment le trio Shambhala - Dragon Khan - Hurakan Condor, les trois meilleures attractions du parc à mes yeux. Mais nous avions encore gardé quelques surprises pour notre second jour de visite...


Nous avons commencé notre journée par un tour sur Tutuki Splash, avec tout de même 45 minutes d'attente (d'une manière générale, il y avait étonnamment plus de monde lors de notre second jour de visite que lors du premier, à notre grand regret, mais rien de catastrophique non plus, les temps d'attente ont toujours oscillé entre 10 et 40 minutes).


Que dire sur Tutuki Splash, attraction aquatique de la Polynésie ? Qu'on traverse une vilaine grotte aux chewing gums ? Que ça mouille convenablement ? Oui, c'est à peu près tout. Ce n'est pas une attraction exceptionnelle, juste sympathique pour se rafraîchir sous un soleil espagnol de plomb.

Eclaboussures et vieux chewing gums !


Sinon, il nous restait encore Tomahawk, le junior wooden coaster, adjacent à Stampida à tester. Fait marrant, les wagons des trains sont conçus pour n'accueillir qu'un seul adulte. Sinon c'est marrant mais ça tremblote quand même méchamment. J'ai trouvé ça un tant soit peu violent pour des enfants quand même...

Petit, mais brusque le Tomahawk !


Quoi d'autre encore ? Le junior coaster Vekoma du parc ? Done ; +1 ! Ce junior coaster est joliment intégré dans la zone Sesamo Street du parc. On y trouve une panoplie de chouettes attractions pour enfants. Nous avons par contre tout de même attendu fort longtemps pour ce tour de Junior Coaster, à cause d'un faible débit et surtout d'opérations extrêmement lentes !

Petit crédit chez Elmo et Cookie Monster !


Nous avons également refait Stampida, pour tester la voie opposée (rouge pour moi). Et à mon étonnement, j'ai constaté que la voie rouge tremblait beaucoup moins que la bleue ! La différence est fortement notable ! Je me demande à quoi une si forte différence de confort est due. Mais ne vous réjouissez pas, la voie rouges est désagréable à souhait ; c'est dire comme la voie bleue est insupportable (quoique Furius Baco garde la palme d'or !). Nous n'avons pas réussi à être dans les trains qui partaient en même temps (nous nous étions à nouveau séparés en deux groupes, un par couleur). Nous avions bien fait notre compte mais des pass express ont été s'installer dans les sièges que nous allions occuper et nous n'avons donc pas eu de tour dueling chacun dans un train comme ce fut le cas la veille. Malgré tout, on a beaucoup aimé ce dueling coaster.

On retente une course ?


Nous avons alors décidé de nous restaurer dans un point de vente de la zone Medditerranea où nous avons pris un repas au comptoir, en s'installant ensuite sur des tables avec vue sur le lac. Mathilde, qui avait fait une grasse matinée nous a rejoint à cet instant-là.


Après avoir pris le temps de manger, nous avions envie de reprendre en douceur avec une attraction pas trop intense. Il nous restait encore à tester le Raft Ride du parc, le Grand Canyon Rapids. Ce Raft est court, certes, mais le débit de l'eau semblait rapide ; un courant d'eau donc rapide qui faisait fortement tourner la bouée. Sympathique. Mais pour les éclaboussures, on repassera. Rien de bien extraordinaire donc, mais entre amis on s'est quand même bien amusés. On a d'ailleurs acheté la photo en sortie d'attraction.

Grand Canyon Rapids


Nous avons alors encore tenté d'assister à deux shows, vu que nous avions bien apprécié ceux fait la veille. D'abord un spectacle de French Cancan dans une salle de la zone Far West. Mauvaise surprise : il fallait obligatoirement consommer une boisson sur place pour pouvoir assister au spectacle. Nous laisserons notre place...


Puis nous sommes allés voir Generation Forever, le grand spectacle présenté dans un théâtre de la zone Chine. Enfin une partie du groupe seulement, c'est-à-dire Liesbeth, Léo et moi. Les autres filles sont allées faire du shopping pendant ce temps.


Generation Forever était un très chouette spectacle qui nous a fait vivre un voyage dans les styles musicaux des 40 dernières années. Avec en prime magiciens, acrobates et j'en passe. Nous nous sommes bien amusés pendant les quelques 30 minutes du spectacle. On en est ressortis avec la musique principale du show en tête pour quelques jours (et bien plus, on s'en souvient encore 6 ans plus tard !)

We are Music Generation Forever, Come on !


Après avoir retrouvé les filles qui avaient fait leur shopping, nous avons tous décidé (sauf Nathalie) de refaire un tour d'Huracan Condor. Liesbeth et Mathilde se sentaient prêtes cette fois-ci à affronter le mode tilt debout ! Nous avons attendu 40 minutes, pour au final se voir proposer le mode assis. J'ai refusé au nom du groupe d'y embarquer poliment en demandant d'attendre le prochain tour et nous allions laisser passer d'autres personnes. Sauf que l'opératrice était tout bonnement imbuvable. Dans mon bon anglais je lui ai expliqué que nous allions attendre et laisser passer d'autres pour le mode tilt debout ; elle ne comprenait pas un mot, me sortait des tas de choses en espagnol. J'ai réessayé calmement, elle s'énerve encore plus, me dit "Salida, Salida !" et là je me dis que si je ne veux pas me faire sortir de l'attraction, il va falloir se contenter du mode assis. Cette employée particulièrement désagréable aura été la seule fausse note du séjour. Aah les Espagnols et leur sens de l'"hospitalité" ! Elle nous aura bien énervé celle-là !

La malédiction d'Huracan Condor, ou la frustration de ne pas pouvoir choisir son mode...


Ensuite, nous avons pris le train qui fait le tour du parc. Rien d'exceptionnel mais utile pour se reposer les pieds de façon distrayante.

La fatigue commençait à se faire ressentir...


Après ce petit tour de train, nous étions déjà plus en forme. Nous sommes retournés faire un tour de Dragon Khan et surtout de Shambhala ! C'est clairement l'un des meilleurs coasters du vieux continent. Une pépite qui justifie à elle toute seule le crochet jusqu'à Port Aventura.

Les deux stars du parc !


Nous avons alors terminé la soirée par un enchaînement de Shambhala, dont un tour au premier rang, avec 5 minutes d'attente maximum. Puis vers 22h, nous avons quitté le parc, en regardant furtivement sur notre chemin le lac sur lequel se déroulait Fiestaventura, le show de clôture de fin de journée du parc, élu comme l'un des meilleurs du monde au moment de son apparition. De ce que nous avons vu, cela n'avait pas l'air exceptionnel, mais nous n'avons vraiment pas vu grand chose donc difficile d'être objectifs...


En conclusion, j'ai été enchanté par Port Aventura. Il y a 3 grosses machines très sympathiques (Shambhala en tête, suivi d'Hurakan Condor et de Dragon Khan), des spectacles en grand nombre et de tout genre, de très bonne qualité, des zones à thème abouties et immersives, des animations dans les allées du parc, de la nourriture très acceptable, une collection d'attraction fortement diversifiée, bref, peu de fausses notes excepté les lentes opérations, les employés parfois trop désagréables et le grand nombre d'attraction qui sont "boff, sans plus..." alors qu'on pourrait en attendre bien plus d'un parc d'une telle envergure. Mais le séjour que j'y ai passé m'a enchanté, de par le dépaysement que j'y ai ressenti, ce qui m'est rarement arrivé dans un parc d'attractions...


Je recommande vivement une visite à Port Aventura, c'est quand même l'un des meilleurs parcs à thème d'Europe ! Par contre, nous avons eu énormément de chance au niveau des temps d'attente (surtout le premier jour). Le parc est réputé pour être mal opéré et vite saturé, avec d'abominables files d'attentes. Choisissez donc bien votre date de visite ou alors prenez un pass coupe-file payant.


Entre-temps, le parc s'est enrichi de nouvelles attractions et d'un troisième parc (en plus du parc aquatique) : Ferrariland. Ce n'est qu'une raison de plus pour retourner à Salou incessamment sous peu !

À propos de l'auteur

Grand passionné de voyages et de parcs à thèmes, j'ai décidé de combiner mes deux passions dans mes divers trips à travers le monde entier. Accompagné de mes amis, j'aime beaucoup associer visite de parcs à thèmes, activités culturelles et naturelles au sein d'un même voyage. 

Recevez notre newsletter
  • Icône Instagram blanc