• Anthony Dernicourt

Osaka (10/16)

#japon2018 #osaka #japan #citytrip #dotonbori #ramen #osakacastle #shrine

Japon 2018 : 18 jours au Pays du Soleil Levant

Avec Liesbeth

Après avoir quitté Universal Studios Japan, Liesbeth et moi avons directement repris le JR Loop afin de rejoindre le centre-ville d’Osaka. Nous voulions en effet pouvoir découvrir Osaka de nuit, et plus particulièrement le quartier de Dotonbori qui se révèle principalement lorsque la nuit tombe.

Dotonbori qui se réveille la nuit tombée !


Une fois arrivés dans le centre-ville, nous avons d’abord décidé de nous arrêter dans un petit restaurant en bordure de Dotonbori afin de commander quelque chose. Nous n’avions toujours rien mangé depuis les pizzas hasardeuses d’Universal Studios Japan. Nous avons à nouveau tous deux opté pour un ramen. Pas le meilleur du séjour mais pas le plus mauvais non plus !

Le menu du soir, bonsoir...


Ensuite, nous sommes arrivés dans l’artère principale qui constitue Dotonbori : une rue commerçante piétonne qui regorge de boutiques, restaurants, casinos et autres divertissements. Les divers bâtiments sont décorés de manière très kitschs avec d’imposantes figures en résine, des néons, des lanternes, des affiches publicitaires, bref, c’est très criard mais ça a son charme au final. Ça donne un peu un petit sentiment de Time Square japonais mais en plus petit et en plus fouillis.

Le kitsch à la japonaise !


Nous avons passé la soirée à arpenter les différentes boutiques dont certaines avec des décors bien étranges, ainsi que des produits et marques qui nous étaient généralement totalement inconnus et parfois assez étranges. On s’est bien amusés à découvrir tout cela et à observer également les façades originales des enseignes.

Quelqu'un intéressé par cette crème colon ?


Finalement, après une bonne heure passée à Dotonbori, nous avons repris la JR Loop Line pour rejoindre notre hôtel.


Le lendemain matin, nous avons procédé au check-out de notre auberge tout en laissant nos bagages à la réception. Ensuite, nous nous sommes rendus dans la ville pour y passer encore une journée et découvrir ce qu’elle avait à nous offrir.

Petit aperçu d'un salon de l'auberge de jeunesse


En ce jour, Mathilde célébrait depuis la Belgique son anniversaire. Nous avons décidé de lui égayer sa journée en lui envoyant diverses vidéos de nos péripéties qui allaient nous arriver en ce jour, afin qu’elle partage un peu avec nous notre voyage, comme si elle était un peu parmi nous en fait. Pour rappel, elle était censée nous accompagner au Japon mais n’avait pas su nous suivre car elle ne bénéficiait pas de suffisamment de jours de congés.


Nous avons repris la JR Loop Line (très pratique pour circuler dans la ville) afin de retourner dans le centre-ville. Petit instant vidéo pour Mathilde, notamment pour lui montrer les gares japonaises extrêmement bruyantes ; en effet, à l’arrivée de chaque train, une musique très forte retentit de manière répétitive pendant trente bonnes secondes et ce à chaque quai qui voit un train arriver. L’ensemble est très cacophonique !


Nous nous sommes alors rendus dans un sanctuaire situé en centre-ville. Il s’agissait de l’un des plus vieux sanctuaires d’Osaka, datant de plusieurs siècles. J'en ai toutefois oublié le nom...


Nous avons pris plaisir à nous balader dans ce sanctuaire qui néanmoins avait moins de charme que ceux visités auparavant : celui-ci était encerclé par divers bâtiments de la ville et était beaucoup plus urbain que les havres de paix que nous avions déjà pu visiter quelques jours plus tôt. Nouvelle séquence vidéo pour Mathilde où on lui a expliqué un peu les coutumes des Japonais dans les temples. Liesbeth a ici aussi obtenu une nouvelle calligraphie pour son carnet.

Celui-dont-On-a-oublié-le-Nom


Ensuite, nous avons repris notre chemin pour rejoindre le château d’Osaka et son parc. Pour y arriver, nous avons marché une quinzaine de minutes en enjambant notamment une large rivière, avec en fond de vue les nombreux gratte-ciels de la ville.

Osaka est une ville très moderne


Arrivés sur place, nous avons d’abord pris le temps de nous balader dans le parc qui offrait une belle vue sur le château en hauteur.

Oh, j'ai cru voir un bout de château !


Puis, nous avons rejoint le château et avons admiré celui-ci de plus près. L'accès au pied du château était gratuit (contrairement à de nombreux autres temples/palais/châteaux). A nouveau, nous avons enregistré une petite vidéo pour Mathilde, puis nous nous sommes posés un instant sur un muret pour profiter de l’instant présent. Nous n’avons cependant pas visité l’intérieur du château dont l’entrée était payante. Cela ne nous intéressait pas forcément plus que ça.

Premier château que l'on voyait de près... Bah oui, c'était le premier gratuit !


Liesbeth et moi avons alors décidé de rejoindre à nouveau le centre-ville (le château étant un peu excentré) afin de découvrir les Tenjinbashi-suji Shopping Streets, les plus longues rues commerçantes couvertes du Japon. Les rues sont en effet couvertes par des arcades en verre, permettant de toujours être protégés des intempéries.


Les rues ne sont pas particulièrement belles ou intéressantes. Au départ, quelques commerces intéressants qui, au plus on progresse dans la rue, laissent place à des petites échoppes délabrées. Très vite, les galeries deviennent de moins en moins attractives, avec des magasins sales, délaissés ou carrément abandonnés !


Notons au passage la forte présence de casinos dans ces rues. Les casinos sont principalement une succession de machines à sous et l’ensemble est extrêmement bruyant et criard. Ce fut un choc lorsque l’on a pénétré dans l’un d’eux. Directement nous avons sortis le smartphone pour filmer cela et montrer ce que ça donnait à Mathilde.


Nous sommes revenus dans les premiers commerces afin de trouver un endroit où prendre un lunch. Nous avons tenté la restauration rapide locale en mangeant dans un Yoshinoya, une chaîne de restaurants que l’on retrouve un peu partout dans le pays. Mais ici, pas de burgers ou pizzas, seulement des plats japonais ! Nous ne comprenions pas vraiment le menu et avons tous deux commandé des plats un peu au hasard. Je me suis retrouvé avec du riz au poulet et Liesbeth une grande assiette de légumes. J’ai trouvé ça correct et le prix était plus que raisonnable. Liesbeth a été confrontée à un légume assez étrange et inconnu dans son assiette mais n'a pas trouvé ça mauvais du tout et était satisfaite que cela ne nous avait pas coûté grand-chose.

Premier "Fastfood" japonais du séjour !


Ensuite, nous sommes encore passés par un grand supermarché afin de montrer à Mathilde à quoi cela ressemblait. Encore une fois, c’est un réel divertissement en soi ! Quoique celui-ci était moins criard que les autres. Au passage, il faut aussi savoir que les supermarchés japonais sont étrangement dominés par les produits cosmétiques. Il y a au final plus de rayons de cosmétiques de d’alimentation. Ça nous avait assez choqués sur le moment même mais nous en avons finalement pris l’habitude.


Nous avons ensuite du presser le pas. En effet, nous devions nous rendre à Kumano Kodo, sanctuaire en pleine forêt situé à 5 heures de train d’Osaka. Kumano Kodo était peut-être le site que nous voulions le plus visiter en nous ne voulions pas passer à côté.


Zone très reculée et difficilement accessible en transports en communs, il y avait très peu de logements à disposition dans la région. Nous avions réservé un logement de style AirBNB au sein d’une famille japonaise. Néanmoins, nous devions absolument arriver avant 22h, règles de la maison. Ayant encore 5 heures de trajet avec pas mal de trains et changements, nous avions un programme très millimétré et nous ne pouvions pas nous permettre de rater la moindre correspondance.


Nous sommes donc rapidement retournés à notre auberge récupérer nos bagages pour rejoindre la station JR Loop Line et rejoindre l’une des gares de la ville. Néanmoins, une fois arrivés à notre station de JR Loop Line, un problème sur la voie annonçait que les trains ne circulaient que dans un seul sens de la Loop. Pas possible pour nous de faire tout le tour de la ville alors que nous devions descendre à la première station dans le sens opposé. Nous avions un train à prendre que nous ne pouvions pas manquer….


Liesbeth et moi avons dès lors décidé de rejoindre la gare à pied depuis notre station JR Loop Line. D’après Maps, 30 minutes à pied, c’était faisable, mais notre train était dans 35 minutes, il ne fallait donc pas traîner, sachant que nous ne savions pas à quoi ressemblait la gare ni où se trouvait notre quai.


Nous avons donc poussé un sprint avec nos valises jusqu’à la gare. C’était très éprouvant et nous étions très stressés. Nous avons sué de tout notre corps pour finalement arriver 8 minutes à l’avance à la gare ? Ouf !


Toutefois, notre poisse nous poursuivant au cours de ce voyage, nous avons constaté en arrivant que la plupart des panneaux indiquaient des choses en rouge. Tout étant en japonais, impossible de comprendre. Nous avons réussi à deviner le train que nous devions prendre qui était également en rouge.


La gare était dotée d’un kiosque d’informations. Nous nous y sommes rendus mais parmi la dizaine d’employés derrière le kiosque, aucun ne maîtrisait la langue de Shakespeare. Vite fait, ils nous ont racontés que le train était annulé. Nous étions extrêmement déçus : nous ne pourrions pas aller à Kumano Kodo comme prévu…

On a pris un abonnement à la poisse ou quoi ?


Nous nous sommes rendus devant une supérette qui offrait du WiFi gratuit et nous avons analysé nos options. Impossible d’arriver plus tard, l’hôte ne voulant pas nous accueillir et de toute façon, nous n’arriverions peut-être jamais à destinations, ne pouvant plus prendre nos correspondances à temps.


Nous avons décidé assez rapidement de finalement nous rendre à Nara, l’ancienne capitale du Japon située non loin d’Osaka en train. Via Booking, j’ai rapidement trouvé un logement pour pas trop cher que j’ai immédiatement réservé.


Par contre, le logement de Kumano Kodo était non remboursable sauf circonstances exceptionnelles et nous avait coûté assez cher. Nous voulions pouvoir avoir une justification concernant le train annulé de la part de la gare. En utilisant Google Translate, nous avons composé un message que nous avons montré au kiosque d’informations. Ils ne semblaient rien comprendre au message et s’obstinaient à nous dire des choses en japonais. Nous avons tenté le plus simplement de nous faire comprendre, avec des mots très basiques en anglais comme « proof », « document », « paper » mais rien n’y faisait. Heureusement, un jeune employé, assez isolé par rapport aux autres, a fini par comprendre le mot « paper » et nous a remis un petit papier justificatif quant à l’annulation du train. Pas toujours évident !


Nous avons donc pris un autre train, direct cette fois-ci, mais extrêmement bondé pour rejoindre Nara. Deux heures de train passés debout serrés comme des sardines, on a connu plus agréable. Dans la dernière demi-heure, Liesbeth et moi avons fini par nous asseoir par terre, exténués. Les Japonais nous regardaient étrangement en rigolant, apparemment ça devait être assez étrange pour eux de voir des gens assis par terre dans les transports publics.

Ça va être marrant jusque Nara ça...


C’est exténués que nous sommes arrivés à Nara. Après plusieurs vidéos encore pour Mathilde, lui expliquant nos péripéties du jour, nous avons rejoint notre logement et sommes allés nous reposer.


Pour conclure, Osaka n’aura pas été un coup de cœur. La ville est beaucoup moins charmante que d’autres villes japonaises. C’est plus moderne, plus industrialisé aussi, et il y a moins de patrimoine à découvrir. La ville est beaucoup plus occidentalisée dans l’ensemble (seule ville où les gens serraient à droite en marchant ou dans les escalators alors que d’accoutumée c’est à gauche) et fort polluée, ça se sentait dans l’air environnant.


A refaire, nous aurions skippé Osaka de notre programme. Certes, Universal Studios Japan est un très bon parc et vaut le détour, mais nous n’aurions pas dû passer la deuxième journée à visiter Osaka. On aurait tous deux préféré avoir eu un jour de plus à Kyoto par exemple. Ou prendre un train bien plus tôt pour nous rendre à Kumano Kodo !


Découvrez la suite de nos aventures au Japon en cliquant ici !

16 vues
À propos de l'auteur

Grand passionné de voyages et de parcs à thèmes, j'ai décidé de combiner mes deux passions dans mes divers trips à travers le monde entier. Accompagné de mes amis, j'aime beaucoup associer visite de parcs à thèmes, activités culturelles et naturelles au sein d'un même voyage. 

Recevez notre newsletter
  • Icône Instagram blanc