• Anthony Dernicourt

Le Pal (6/9)

#france2020 #france #lepal #themepark #rollercoaster #auvergne #allier #roadtrip #zoo

France 2020 : Road Trip dans l'Hexagone

Avec Nathalie, Elisabeth et Mathilde [Ce chapitre est dédié à la visite d'un parc à thème]

Après une dernière nuit au Camping Huttopia Royat, nous nous sommes apprêtés afin de rejoindre l'Allier et son parc à thème appelé Le Pal. Le Pal est un parc à thème à la fois zoo et parc d'attractions qui s'est fortement développé ces deux dernières décennies. Il propose une expérience assez unique avec une large galerie d'animaux à observer dans de très beaux espaces aménagés pour eux et des attractions classiques mais qui arrivent à se distinguer par leur niveau de thématisation.


Il allait s'agir de notre toute première visite au Pal, aucun d'entre nous n'ayant visité ce parc auparavant. Néanmoins, seuls Nathalie, Florence et moi-même seront de la partie, Elisabeth et Mathilde préférant passer leur tour (principalement à cause de l'aspect zoo du parc). Les deux comparses iront faire du Paddle sur un plan d'eau dans la région.


Nous avons donc rejoint Le Pal en un peu plus d'une heure de route. Elisabeth et Mathilde nous ont déposés devant le parking du parc qui est assez isolé de tout. Elles sont ensuite parties en expédition dans l'Allier.


Nathalie, Florence et moi nous sommes dirigés tout excités vers l'entrée du parc. J'avais très hâte de découvrir ce parc dont j'avais lu beaucoup d'éloges ! Florence et Nathalie, qui aiment beaucoup les animaux, avaient tout aussi hâte que moi. C'est donc munis de nos billets achetés en ligne que nous sommes arrivés devant l'entrée du parc. Le soleil brillait et il semblait y avoir pas mal de monde. Nous étions le samedi 15 août, nous savions que le parc serait fort fréquenté.

Bain de foule au Pal droit devant !


Une fois passés l'entrée assez simple mais propre, nous sommes arrivés le long d'une longue allée bordant le chemin de fer de l'attraction Le Train des Aventuriers. Les environs sont très boisés et ce n'est pas pour nous déplaire. Cette entrée en la matière nous plaisait bien.

Boisé n'est-il pas ?


Notre premier objectif était de rejoindre Yukon Quad, l'une des attractions phare du parc. Nous avons donc bifurqué sur notre droite pour rejoindre la zone canadienne, située dans la section animalière du parc, là où les autres attractions sont situées sur la gauche.


Ne connaissant pas le parc, nous avons eu un peu de mal à nous orienter. Heureusement, les nombreux panneaux indicatifs nous ont bien aidé. Nous sommes passé devant un théâtre de spectacle de rapaces et une île de primates avant d'apercevoir les premiers rails de la montagne russe Yukon Quad.

Spectacle auquel nous n'aurons pas l'occasion d'assister...


Yukon Quad est une montagne russe Intamin à propulsion qui s'effectue sur des véhicules en forme de quads. Cette attraction récente est la réplique d'un modèle qui se situe dans le parc danois Djurs Sommerland. N'ayant jamais été dans le parc danois, il allait s'agir de ma première fois sur ce type de coaster, idem pour les filles.


L'environnement de l'attraction est très beau et très bien travaillé. Les éléments naturels sont très bien disposés pour donner l'illusion d'être dans une plaine du Yukon. Voir les trains de quads circuler sur le circuit donnaient également une très bonne dynamique à la zone. La zone, thématisée sur la région du Yukon au Canada, était également dotée d'attractions secondaires et d'un point de restauration.

Un petit air de Canada dans l'Allier ?


Nous nous sommes donc engagés dans la file d'attente quasiment déserte de l'attraction. Le bâtiment abritant le quai d'embarquement est simple mais très joli. Après avoir patienté dix minutes, nous avons pu tous les trois embarquer sur nos quads, aux derniers rangs !

Moteurs ? Action !


Le train quitte alors la gare et s'installe dans un prolongement couvert de la gare. Dans ce tunnel avec effets lumineux, le train reste stationné un bon moment (un peu trop longtemps d'ailleurs), avant d'être propulsé en extérieur. La propulsion n'est pas très intense mais amusante. S'en suit une première partie de circuit avec virages au sol et remontées avec changements de direction. L'environnement autour de l'attraction est encore une fois très joliment aménagé et les quads slaloment entre les arbres et rochers. Puis vient la seconde propulsion, plus intense et qui amène sur une deuxième partie de circuit beaucoup plus nerveuse : changements de directions beaucoup plus brusques, vitesse beaucoup plus élevé, parcours fort proche du sol, excepté deux grandes bosses un peu fades en airtimes mais qui offrent un peu de hauteur bienvenue. Puis, encore un virage et retour en gare.

Ça dépote dis donc !


Nous avons tous les trois adoré Yukon Quad ! C'est familial tout en étant sensationnel, très fluide, l'assise sur les quads est originale et l'environnement de l'attraction très travaillé apporte un réel plus à l'expérience. Les deux filles sont unanimes, c'est pour l'instant la meilleure attraction du séjour.


Enchantés par cette première attraction, nous avons poursuivi notre chemin dans les allées boisées du parc et sommes arrivés devant une démonstration de soins prodigués aux otaries du parc. Des soigneurs dotés de micro (qui ne fonctionnaient pas très bien), nous donnaient diverses explications sur les otaries et les soins quotidiens dont ceux-ci bénéficiaient. C'était intéressant à voir, nous nous y sommes arrêtés une dizaine de minutes.

Les otaries de Patagonie se font bien plaisir !


Nous avons alors rejoint la zone qui regroupe la plupart des attractions du parc, dans la partie gauche de celui-ci. Nous sommes arrivés dans un quartier de style Moyen-Orient et nous sommes laissés tenté par un tour de bateau pirate. Nous n'avons attendu qu'un tour avant de pouvoir embarquer mais avons malheureusement été placés dans les places du milieu, les moins sensationnelles.

Yoho yoho a middle row for me!


Le tour était assez long et le bateau pas très grand, rendant l'ensemble un peu plus nauséeux que d'autres modèles plus grands. Mais pas de vomi à déplorer au final et nous nous sommes tout de même bien amusés !


Nous avons alors un peu arpenté la zone Moyen-Orient et nous sommes achetés un petit snack au Snack Aladin : une glace. Il faisait déjà bien chaud en cette fin de matinée et nos estomacs commençaient déjà à se manifester, même s'il était encore un peu trop tôt pour prendre notre repas de midi.

Avec les températures du jour, l'immersion d'être en Arabie était totale !


Nous sommes passés devant le Ciné Dynamik 3D. Sans savoir s'il s'agissait d'un cinéma 4D ou d'un simulateur, nous en avons pour le moment fait l'impasse, l'attraction n'étant pas prioritaire à nos yeux.

Le Ciné Dynamik 3D, mieux que la Vienne ?


Voulant déjà nous rafraîchir devant les fortes températures de ce 15 août, nous nous sommes dirigés dans la section sud-américaine du parc pour faire un tour du Rapido, un toboggan aquatique sur canots pneumatiques. A cet instant, Florence, qui connaissait bien Bellewaerde, a observé de nombreuses similitudes entre les deux parcs, notamment au niveau des attractions présentées et de l'environnement. J'étais d'accord avec elle, je trouve que les deux parcs ont un concept et une vibe similaire, même si je dois avouer que Le Pal est un niveau au-dessus du parc belge.


Dans la file du Rapido, respectant les distances sociales, nous ne portions initialement pas notre masque. En effet nous avions vu plusieurs affiches dans le parc mentionnant que le port du masque n'était pas pour toutes les files d'attentes mais seulement certaines attractions spécifiques, dont le Rapido ne faisait pas partie. Néanmoins, la donne avait changé entretemps et le port du masque avait été généralisé dans toutes les files. Dommage que la signalétique n'ait pas été adaptée. Nous avons été interpellé et avons donc mis nos masques.

Ouuuh les délinquants !


Nous avons tout de même attendu une grosse vingtaine de minutes. Une fois au sommet du toboggan, Florence, Nathalie et moi nous sommes adonnés à la course. Nathalie nous aura battu Florence et moi, et nous sommes tous les trois ressortis bien trempés de l'attraction : objectif atteint !

C'était rapido cette attraction dis donc !


Un peu plus loin se trouvait la section africaine du parc, regroupant plusieurs attractions dont Le Twist, la deuxième montagne russe emblématique du parc avec le Yukon Quad. L'attraction, un spinning coaster Mack, est joliment intégrée à sa zone.


La file d'attente de l'attraction n'était pas bien longue : 45 minutes d'attente étaient affichées mais nous n'avons pas attendu plus de 15 minutes. Dans la file, nous sommes amenés à traverser une cage géante ou à croiser une jeep. Ces efforts de thématisation sont très appréciables. La végétation environnante complète très bien cette thématique africaine très bien exécutée.

Prêts à twister ?


Une fois à bord des trains spinnings (en last row), nous quittons la gare pour l'ascension du lift. Après un demi-tour en hauteur au cours duquel les véhicules commencent à tourner sur eux-mêmes, le train plonge dans la first drop inclinée et passe au ras du sol, près de grosses piques en bois. Très chouette effet. Puis vient le fer à cheval, une figure en hauteur toujours amusante et dont les sensations varient selon la position de votre véhicule. Le train repart alors de plus belle pour une section plus proche du sol avec de nombreuses spirales et changements de direction, offrant de légers airtimes et surtout des véhicules qui spinnent dans tous les sens ! Après pas moins d'une minute de parcours, le train regagne alors la gare.

Petit mais costaud ce spinning !


Nathalie et moi avions déjà testé D'Wervelwind à Toverland et aimions beaucoup déjà ce modèle, qui est le même que celui du Pal. Ici, la thématisation est à mes yeux meilleure que sur le modèle de Toverland, donc nous avons encore mieux apprécié. Florence a elle aussi beaucoup aimé Le Twist, même si elle préfère le Yukon Quad.


Après ces émotions fortes, nous avons décidé d'aller nous restaurer quelque part dans le parc. Après avoir consulté les différentes options qui s'offraient à nous, notre choix s'est porté sur le Restaurant La Coupole situé sur la Place de la Gaieté. C'est une jolie place qui évoque une vieille France romantique.

C'est un endroit très gai paraît-il !


Après avoir patienté un petit peu, un serveur est venu nous accueillir et nous a placé à une table en extérieur, sur la terrasse qui entoure le restaurant. Nous avions une table à l'ombre et en étions bien contents.


Nous avons longtemps hésité sur le choix de nos plats respectifs. Idem pour l'apéritif. Il y avait un cocktail spécial proposé par le restaurant mais la serveuse était incapable de nous dire ce qu'il y avait dedans. Nous avons dès lors opté pour une sorte de kir à la crème et en plat une pièce de viande. Pendant tout le repas, nous avons été embêté par des guêpes. Le parc avait pourtant mis en place des installations pour lutter contre elles mais en vain. La qualité du plat laissait à désirer. La viande était caoutchouteuse et seules des frites étaient proposées en accompagnements (pas de légumes ni crudités, il fallait payer un supplément pour en avoir !). En vue des prix pratiqués, nous avons été assez déçus et avons trouvé le rapport qualité-prix assez mauvais.


Nous avons tout de même pris un dessert, un café gourmant, qui lui aussi s'est avéré moyen. A refaire, nous aurions choisi un autre restaurant dans le parc car celui-ci nous avait déçu.

La coupole est pleine, on s'en va d'ici !


Une fois repus, nous avons repris notre chemin en direction du lac du parc, situé dans le fond de celui-ci. Nous voulions faire une attraction calme et avions opté pour Le Lac des Chercheurs d'Or. Néanmoins, une fois arrivés devant l'attraction, nous avons constaté qu'il n'y avait pas vraiment de décors à observer, excepté quelques fontaines dansantes. Devant le peu d'intérêt de l'attraction, nous avons alors rebroussé chemin. Notons tout de même que ce coin du parc, sans thématisation précise, est tout aussi charmant que le reste.

On nous promet de l'or, mais pas sûr que cela vaut grand-chose ce tour en radeau...


Nous nous sommes alors retrouvés devant La Rivière Canadienne, le Log Flume du parc. Il faisait très chaud et nous nous sommes donc laissés tenté. La file d'attente affichait 45 minutes mais pour l'instant, nous avions eu de la chance et toujours attendu moins que ce qui était affiché. Néanmoins, ici, nous avons bel et bien attendu 45 minutes. La file était bondée. Aucune distanciation sociale n'y était respectée et un visiteur sur deux portait mal son masque. Les employés avaient beau faire des annonces régulières et demander aux gens de bien porter leur masques, ceux-ci n'en tenaient réellement rigueur et c'était bien dommage. En ce 15 août, le parc était bondé et fréquenté par de nombreux groupes de jeunes (ce qui m'avait fort étonné en vue de l'offre du parc). C'était pour ainsi dire la fréquentation que nous nous attendions à avoir au Parc Astérix mais que nous n'avions pas eue là-bas. Cela nous a quelque peu refroidi sur l'image que nous avions du parc...


Après avoir donc attendu 45 minutes, nous avons enfin pu embarquer dans notre rondin pour une petite balade aquatique. Le parcours est sommaire et doté d'une seule descente. Mais ça n'en était pas moins amusant. Seul détail : le nom de l'attraction alors qu'elle est assez loin au final des autres attractions canadiennes...

Le River Splash local


Nous voulions enchaîner avec le raft ride du parc mais l'attente y était d'une heure ! Nous en aurons donc fait l'impasse. A cet instant, je regrettais fortement que le parc n'ait pas vendu lors de cette saison 2020 ses coupe-files, nous en aurions d'office pris un pour mieux affronter ce 15 août !


Nous avons donc plutôt décidé de reprendre la chasse aux crédits avec Le Tigre de Sibérie, un coaster Soquet familial. Ici, 30 minutes d'attente affichées pour ce que Florence comparait à la Coccinelle de Bellewaerde. Au final, Le Tigre de Sibérie se sera montré bien plus haut et intense que la Coccinelle. Pour un coaster pour enfants, ça envoyait tout de même du lourd. Il s'agissait si je ne me trompe pas de mon premier coaster Soquet. Ça tape mais je m'attendais à bien pire !

Je ne savais pas qu'il faisait 30 degrés en Sibérie !


Avec nous dans le train, une fille qui avait gardé sa casquette sur sa tête l'a perdue au cours du tour. Son père, énervé, n'a pas arrêté de lui casser les oreilles, et les nôtres au passage jusqu'au retour en gare. Ça nous a bien dérangé pendant notre tour d'attraction. Décidément, nous avions mal choisi notre jour niveau fréquentation...


Nous voulions alors assister au spectacle des otaries mais nous sommes arrivés trop tard : une fois devant le théâtre, nous avons constaté que les portes étaient déjà fermées. Nous avons donc convenu de revenir à la séance d'après et de d'abord faire une autre attraction que j'avais très envie de découvrir : Alligator Baie.

A défaut de voyage en Floride en 2020...


Alligator Baie est un Splash Battle Mack dont le thème est basé sur les Everglades. 40 minutes étaient affichées et nous avons effectivement attendu 40 minutes. Ce furent les pires 40 minutes de toute la journée ! La file était pleine à craquer, les gens ne respectaient pas les distanciations sociales et personne ne portait son masque, personne ! Ici, aucun employé pour réprimander les visiteurs. En réalité, la file d'attente se trouve en plein coeur de l'attraction et les passagers, sur leurs bateaux munis de canons à eau, se faisaient un malin plaisir d'arroser les gens qui poireautaient. Un véritable calvaire que de se prendre en pleine figure des jets d'eau de partout pendant 40 minutes. Dès lors, voilà pourquoi les gens enlevaient leurs masques. De plus, nous étions en sandwich dans la file entre deux familles dont les enfants ne savaient pas se tenir, couraient entre nous jambes dans tous les sens. A cet instant, nous avons beaucoup vitupéré sur la fréquentation du Pal (qui encore une fois nous étonnait grandement !). J'étais conscient que visiter un parc un 15 août ne serait pas de tout plaisir, raison pour laquelle j'avais choisi de placer le parc le plus familial et le moins fréquenté sur le papier pour cette journée. Ça s'est soldé par un échec.


Quant à l'attraction elle-même, rien à redire. Comme pour les autres, la thématisation est soignée, la végétation bien présente et l'attraction en elle-même bien amusante. Cela nous aura redonné le sourire et nous avons pu bien nous venger sur les familles qui nous avaient tant dérangées dans la file d'attente !

La Revenge de la File de l'Enfer - The Ride


Nous en sommes ressortis complètement trempés ! C'était un Splash Battle très efficace, et parfait en cette chaude journée d'été.

Un peu mouillé dites-vous ?


Après ce mauvais moment passé, Nathalie avait eu sa dose d'attractions pour la journée. Nous nous sommes donc d'abord dirigés vers le Quai West pour y acheter une glace à l'italienne. Puis nous avons fait un petit tour du Little Shop, la boutique adjacente dont le merchandising ne nous a pas vraiment convaincu.


Ensuite, nous nous sommes rendus au théâtre des otaries pour assister au spectacle Le Ballet des Otaries. Le spectacle a duré une bonne vingtaine de minutes. C'était divertissant. Otaries et morses faisaient le show. Nous étions impressionnés du niveau de dressage de ces animaux. Quant au scénario du spectacle en lui-même, il débute par une sorte de concours entre filles et garçons mais le scénario se perd au fil du spectacle et au final, la fin est beaucoup plus brouillon. Mais nous avons tous les trois passé un très bon moment.

Déjà bien mieux que les dauphins du Parc Astérix !


Après le spectacle, nous avons alors décidé de découvrir la partie animalière du parc. Nous avions prévu de le faire en milieu d'après-midi, une fois les temps d'attente aux attraction potentiellement trop élevés pour nous. C'était une bonne tactique pour faire des attractions sans trop d'attente en matinée mais une mauvaise pour observer les animaux qui, en pleine après-midi, on tendance à se reposer et se cacher dans l'ombre.


Nous avons d'abord vu près des otaries des flamands roses et des alligators dans une zone thématisée Floride et en lien donc avec Alligator Baie. Difficile d'observer les alligators par contre, même si l'espace était joliment aménagé.

Encore une fois, à défaut de Floride...


Un peu plus loin, nous avons pu croiser quelques nandous, ces oiseaux géants cousins des émeus et autruches. Je n'aurais pas voulu me retrouver dans un enclos avec eux !


Puis nous avons emprunté une très longue passerelle dans les bois pour aller observer les loups. Un soigneur doté d'un micro nous expliquait le fonctionnement d'une meute, et expliquait comment la meute s'était formée au Pal. C'était très intéressant, il y avait plein de choses que j'ignorais à propos du comportement social des loups. Florence, Nathalie et moi y sommes bien resté un quart d'heure.

Si jamais vous prendrait l'envie de crier au loup...


Une fois arrivés de l'autre côté de la passerelle, nous sommes arrivés du côté de Yukon Quad. J'avais très envie d'en refaire un tour mais les filles étaient lasses des attractions pour l'instant et voulaient voir le reste de la section animalière.


Nous sommes alors arrivés devant l'enclos des éléphants. Un petit groupe effectuait une sorte de visite privée à cet endroit. Près des éléphants se trouvaient de nombreux panneaux explicatifs sur les pachydermes. C'est quelque chose que j'ai beaucoup apprécié au Pal : en comparaison avec Bellewaerde ou même Pairi Daiza, Le Pal regorge de nombreux panneaux explicatifs très instructifs sur les animaux présentés.

Un éléphant Côte d'Or... Ah non, nous sommes dans l'Allier !


Après les éléphants, nous avons observé rapidement les gibbons à mains blanches, singes situés sur une île qui leur est aménagée.

L'île aux singes c'est par-là !


Ensuite, nous avons été voir les tigres et lions dans une section un peu reculée qui leur était dédiée. Nous avions fortement chaud en cette après-midi et c'était pareil pour les félins qui étaient extrêmement bien cachés.


De retour près de l'entrée du parc, nous sommes alors allés dans une mini-ferme avec l'envie d'aller caresser des chèvres mais celles-ci n'étaient pas de sortie. Nous nous sommes donc contentés de voir rapidement les cochons et les poulets qui y étaient présentés.

Au moins, le jambon reste au frais


Nous avons enfin été voir les girafes, ultime étape de notre safari de l'après-midi. Pour conclure sur la section animalière, celle-ci est assez bien : c'est bien mieux qu'à Bellewaerde, avec de plus grands enclos bien présentés et une plus grande diversité d'espèces, mais pas aussi majestueux que Pairi Daiza. Nous n'avions vraiment pas choisi le bon moment pour rendre visite aux animaux, la chaleur les rendant beaucoup plus passifs. Néanmoins, nous avons bien apprécié les divers panneaux explicatifs et les soigneurs qui donnaient de nombreuses informations sur le mode de vie des animaux résidant au parc.

Au revoir Madame Girafe !


Voulant faire un tour du dernier crédit qu'il nous restait à faire dans le parc, j'ai réussi à motiver les filles pour faire un tour d'Azteka. Nous avons eu un peu de mal à trouver l'entrée de ce Family Coaster Soquet. Une longue attente était annoncée mais nous n'en avons eu que pour une quinzaine de minutes.

S'agira-t-il du Temple du Péril pour nos cervicales ?


L'attraction est un coaster familial qui se fait dans des petits trains de deux wagons. C'était assez amusant, avec un parcours qui tapait un peu mais pas trop, de chouettes spirales le tout entouré d'arbres. Nous avons tous les trois bien apprécié, même si l'expérience est en deçà du Twist ou de Yukon Quad.