• Anthony Dernicourt

Kyoto (8/16)

Mis à jour : il y a 5 jours

#japon2018 #japan #kyoto #citytrip #asia #shrine #sake #ramen #geisha #pagoda #tea

Japon 2018 : 18 jours au Pays du Soleil Levant

Avec Liesbeth

Après une dernière nuit passée à Kawaguchiko, au pied du Mont Fuji, Liesbeth et moi nous sommes remis en route pour continuer à explorer le pays. Notre prochaine étape était l’une des plus grosses villes du pays : Kyoto.


Pour nous rendre jusqu’à Kyoto, nous nous sommes rendus à pied jusqu’à la gare de Kawaguchiko et avons pris plusieurs trains inclus dans notre JR Pass. Néanmoins, par mégarde, nous avons emprunté un train qui n’était pas inclus dans le Pass. Ceci était indiqué en tout petit sur le pass. D’autres touristes s’étaient également fait avoir et nous avons tous gentiment été invités par le contrôleur du train à quitter nos sièges et à descendre au prochain arrêt. Pas d’amende pour nous fort heureusement !

Vous connaissez à reconnaître notre expression faciale principale lors de ce voyage !


De là, nous avons heureusement pu prendre un autre train qui effectuait la même ligne mais avec plus d’arrêts. Au final, nous sommes arrivés en début d’après-midi à la gigantesque gare de Kyoto.


Nous avons alors décidé d’aller manger quelque chose. Mon guide de voyage recommandait d’aller manger un ramen à la Ramen Alley de la gare. Cette zone de restauration se trouvait au sommet de la gare. Après avoir emprunté plusieurs escalators (en passant via un centre commercial intégré à la gare), et après un dédale de couloirs, nous sommes enfin arrivés à cette Ramen Alley.


Après avoir fait le tour des petits restaurants qui vendaient tous leur propre sorte de ramens, nous avons porté notre choix sur un établissement proposant des ramens au bœuf.


L’établissement était fort petit, avec peut-être une vingtaine de places assises. Une musique tournait en boucle dans le restaurant, Liesbeth et moi l’aurons gardée en tête pendant tout le séjour et même après ! Avec la faible capacité de l’établissement, les clients s’installent rapidement, mangent leurs ramens et s’en vont. On a pu un peu y observer donc le rythme de vie des Japonais où tout se fait très rapidement. Beaucoup d’hommes d’affaire en transit à la gare prenaient leur lunch ici.


Nous avons tous deux commandé notre ramen et avons également eu de l’eau gratuite. Ce fut la première fois que nous mangions des ramens au Japon. Et c’était tout simplement délicieux ! Beaucoup de saveurs, des textures surprenantes, un plat bien nourrissant, bref, j’en suis ressorti enchanté et ce ne serait pas notre seul ramen du séjour, loin de là !

Pour moins de 10€, vous aurez droit à un très bon ramen et une musique très entêtante !


L’estomac bien rempli, nous avons quitté la gare pour rejoindre notre hôtel situé à une quinzaine de minutes à pied de la gare. Nous avons pu découvrir les premiers larges passages pour piétons du Japon. Il n’y a rien à dire, ça tranchait beaucoup avec la quiétude de la région du Mont Fuji.

Liesbeth à la croisée des chemins…


Arrivés à notre hôtel, nous avons directement pu effectuer notre check-in. Après avoir pris possession de notre chambre, nous nous sommes préparés pour aller découvrir la vaste ville en ce début d’après-midi.


Nous avons d’abord décidé de nous rendre au Nishiki Market, un marché couvert situé non loin de la rivière Kamo. Ce marché était recommandé par mon guide touristique.


Après avoir arpenté les ruelles de Kyoto depuis notre hôtel, nous sommes arrivés après une vingtaine de minutes de marche à la longue allée couverte qui constitue le Nishiki Market. Au programme, viande fraîche, poissons, fruits et légumes, épices, thés, porcelaine, souvenirs, etc… Ce fut assez amusant de voir tout ce qui se vendait là. L’allée fourmillait de monde, entre les commerçants fort occupés, les locaux venus faire leurs emplettes et les nombreux touristes, on peut dire que ce marché était bien vivant !

Miam Miam les bizarreries japonaises !


Après cette chouette première étape, nous avons poursuivi jusqu’au bout de l’allée où se trouvaient de nombreux autres commerces sédentaires. Ici, c’était un peu plus fourre-tout avec des magasins de vêtements, d’électro-ménager, etc… Cette partie moins homogène nous a moins convaincus.


Nous avons ensuite rejoint la rivière Kamo, petit havre de paix au cœur de la ville. Même si les berges ne sont pas très joliment travaillées (beaucoup de béton), ça fait du bien d’avoir de plus larges espaces et moins de foule.

Au détour de la rivière !


Nous nous sommes donc baladés le long de la rivière, puis avons traversé un pont imposant pour rejoindre le célèbre quartier des Geishas, Hanamikoji. Cette zone pédestre est très agréable. Les bâtiments sont tous des bâtiments traditionnels accueillant plusieurs boutiques en tout genre, vendant principalement objets traditionnels ainsi que quelques souvenirs. Dans le quartier, nous avons pu croiser quelques geishas également. En cette fin d’après-midi, ce fut un moment très agréable.

Le quartier des Geishas


Au fond du quartier d’Hanamikoji se trouvait un sanctuaire isolé et relativement calme. Nous avons fait un petit tour du domaine avant de revenir sur nos pas.

Hanamikoji


Nous avons alors décidé de nous acheter un petit snack local qui nous intriguait : la glace au thé Matcha ! Il faut savoir qu’au Japon, le thé matcha est un parfum aussi répandu que le serait la vanille ou le chocolat en Europe. On en trouve dans les friandises, le chocolat, les glaces, etc…


Intrigués par notre glace toute verte, nous avons partagé celle-ci non sans avoir une petite pointe d’appréhension. Au final, après la surprise, la glace s’est avérée succulente !

« Mec ça goûte l’herbe » - Liesbeth, septembre 2018


Au bout du long boulevard dans lequel nous nous trouvions (la prolongation du pont qui enjambe la rivière Kamo et que nous avons emprunté plus tôt), nous avons pu découvrir une imposante porte, la porte de Nishiromon menant au parc Maruyama. Ce vaste parc comporte l’imposant sanctuaire Yasaka, ainsi qu’un point d’eau, d’autres temples et même le mausolée d’un empereur que nous n’avons pas eu l’occasion de visiter (enfin c’est ce que j’ai cru juste avant de rédiger ce trip report !).


La nuit commençait doucement à tomber mais cela ne nous a pas empêchés de déambuler dans le sanctuaire Yasaka où nous avons croisé d’autres geishas. Le cadre était splendide, surtout à la tombée de la nuit, avec peu de touristes et locaux, rendant la promenade très apaisante en fin de journée.

Un parc d’illuminés !


Ensuite, nous avons retraversé le pont enjambant la rivière Kamo pour aller explorer l’allée Pontocho, petite artère piétonne parallèle à la rivière et bordée de bars et restaurants ayant une terrasse donnant vue sur la rivière. C’est un très chouette passage, surtout le soir où les nombreux établissements de restauration sont ouverts et offrent divers repas pour des gammes de prix variées.

Pontocho et ses terrasses très prisées


Néanmoins, la plupart des restaurants sont assez onéreux en vue de leur localisation. Après avoir parcouru toute l’allée, nous avons finalement décidé avant de manger de d’abord aller prendre un saké en guise d’apéritif.


Nous nous sommes donc trouvé un petit pub dans Pontocho dans lequel étaient proposés des cocktails au saké. Nous en avons chacun commandé un, tous les deux installés au comptoir du bar. Le cocktail n’était pas terrible et avait un arrière-goût de savon. Ça ne nous a pas du tout convaincu ! Nous avons un peu échangé avec les barmen qui demandaient d’où nous venions (et qui se débrouillaient comme ils le pouvaient en anglais, à mentionner !). Lorsque nous leur avons précisé que nous devions de Belgique, ils nous ont directement montré les bières belges qu’ils proposaient et nous ont demandé laquelle était notre favorite !


Bien installés dans ce chouette bar, nous avons mangé sur place, l’établissement proposant une restauration rapide (enfin, principalement des fritures). Nous avons commandé une bière japonaise qui n’était pas mauvaise. Ce fut vraiment un chouette moment !

Du bon gras !


Nous avons ensuite quitté le bar et avons un peu arpenté les rues environnantes. Pas mal d’établissements de nuit qui avaient l’air assez cheap formaient le quartier pour sortir de la ville. Peu inspirés par les divers établissements s’offrant à nous, nous sommes finalement allés nous installer dans un autre petit bar dont la spécialité était le whisky. Le whisky est une autre boisson très répandue au Japon, et nous ne le savions pas avant notre séjour. Nous avons donc commandé chacun un whisky japonais, on the rocks pour Liesbeth.

Et le petit digestif japonais qui va avec !


Puis, la fatigue commençant à se faire ressentir et le bar allant fermer, nous sommes rentrés à pied jusqu’à notre hôtel pour une bonne nuit de sommeil…


Le lendemain matin, nous désirions nous rendre au palais impérial de la ville, situé dans un immense parc. Mais avant, nous nous sommes arrêtés en chemin devant un joli petit sanctuaire (il y en a vraiment partout dans la ville, c’est assez dingue !) où bon nombre de locaux venaient faire un petit crochet puis repartir pour se rendre sur leur lieu de travail. Ce contraste entre les traditions anciennes et le rythme de vie effréné moderne des Japonais c’est très surprenant !

Petit écrin de verdure au cœur de la ville


Un beau soleil nous accompagnait en cette matinée et ce n’était pas pour nous déplaire ! Après le petit sanctuaire, nous avons poursuivi, toujours en marchant, jusqu’au parc Kyoto Gyoen. Ce grand parc ne nous a pas vraiment convaincus. Nous y avons trouvé un endroit paisible au bord d’un étang où nous nous sommes posés un instant pour rédiger nos cartes postales, mais excepté ce petit coin, le reste du parc est sans charme : trop grand, allées rectangulaires, végétation très sommaire, bref, pas un coup de cœur.

De jolis jardins japonais…


Au passage, nous avons constaté dans ce parc un bon nombre d’arbres ravagés par le passage du typhon Jebbie qui a bien plus frappé Kyoto que Tokyo.


Nous avons poursuivi ensuite notre chemin pour nous rendre au sanctuaire Heian. Liesbeth y a obtenu une nouvelle calligraphie pour son carnet. Le sanctuaire est très imposant et entouré de jardins qu’il est possible de visiter moyennant l’achat d’un ticket. Néanmoins, les jardins étaient fermés en raison des dégâts provoqués par le typhon Jebbie.

L’imposant sanctuaire Heian


Nous avons alors voulu nous restaurer mais nous avons eu un peu de mal à trouvant un établissement qui nous convenait, tout étant assez cher dans les alentours du sanctuaire. Finalement, nous nous sommes contentés d’articles achetés dans la cafétéria d’un musée. Rien de bien glorieux mais ça serait suffisant pour la suite.


Non loin de là se trouvait le départ d’une promenade que nous voulions absolument faire : le chemin des philosophes. Cette petite promenade pédestre longe un petit cours d’eau dans un coin boisé et très paisible. Quelques autres promeneurs sur la balade mais sinon, un coin peu fréquenté et très agréable, en pleine nature, ce qui contraste bien avec le centre-ville.

Le long du chemin des philosophes…


Le long du chemin des philosophes, Liesbeth et moi nous sommes arrêtés un instant dans un salon de thé traditionnel. Après avoir traversé le petit jardin japonais longeant le salon de thé, nous avons été invités à retirer nos chaussures pour pouvoir pénétrer à l’intérieur. Assis en tailleur sur des tapis, nous avons alors commandé chacun un thé. Pour ma part, j’ai tenté le thé matcha accompagné de sa boule de glace.

Liesbeth qui boit son thé comme une Lady… ou plutôt une Geisha !


Ce fut un très chouette moment, typiquement japonais, en toute quiétude. Mon thé était tout froid, c’était assez spécial mais j’ai bien aimé. Liesbeth avait quant à elle un thé chaud plus classique qui lui a bien plu également.


Après cette petite pause douceur, nous avons repris le chemin des philosophes, puis à la fin de celui-ci, nous sommes redescendus vers le centre.


Nous sommes alors (sans nous en rendre compte, je m’en rends compte aujourd’hui alors que je retrace notre itinéraire sur Google Maps) retournés au parc Maruyama visité la veille, mais de l’autre côté où se trouvent d’imposant temples en bois, dont le Chion-in, une structure entièrement faite de bois.

On en aura vu des temples à Kyoto !


Enfin, notre dernier lieu de visite de Kyoto fut les rues piétonnes de Higashiyama : Ninenzaka et Sannenzaka. Lieu certes fort touristique mais tellement plein de charme ! Les bâtiments qui longent ces rues piétonnes sont d’authentiques maisons traditionnelles en bois qui accueillent boutiques et restaurants.


Les ruelles sont piétonnes et fort inclinées par endroits, avec beaucoup de marches. Cet endroit fourmille avec touristes et locaux se mélangeant, boutiques en tout genre, petits restaurants, bref, c’était très vivant sans être trop étouffant. Liesbeth et moi avons beaucoup aimé !

Probablement mon endroit préféré à Kyoto !


Nous nous sommes mis en quête d’un souvenir pour Mathilde qui n’avait pas pu nous accompagner dans notre voyage. Nous voulions lui offrir des boucles d’oreilles en forme d’origamis. Après avoir visité quasiment chaque boutique de Ninenzaka, nous avons finalement trouvé ce que nous désirions pour elle !


Les allées mènent finalement à un chouette temple, le temple Kiyomizudera, depuis lequel il y a un très beau point de vue panoramique sur le centre-ville d’un côté, et sur les collines boisées bordant Kyoto de l’autre.

Et un dernier temple pour clore cette belle journée !


En cette fin d’après-midi, j’ai vraiment adoré ce quartier historique. C’est l’un de mes meilleurs souvenirs du séjour et un endroit à ne pas manquer lors d’une visite à Kyoto !


Nous sommes ensuite redescendus à pied jusqu’au centre-ville afin de rejoindre notre hôtel, récupérer nos bagages et retourner à la gare de Kyoto.

Vue panoramique depuis la gare


Nous avons fait un nouveau crochet par la Ramen Alley pour se prendre un autre délicieux ramen, dans un autre établissement que la veille.

Le ramen du soir !


Puis, nous avons pris un train grâce à notre JR-Pass pour rejoindre Osaka pour la suite du voyage. Une auberge de jeunesse nous attendait pour la nuit à venir.


Le lendemain, nous irions à Universal Japan, j’avais très hâte de découvrir ce troisième parc Universal !


Pour conclure sur Kyoto, c’est sans hésiter la ville que nous avons préféré de tout le voyage. Cette ville a trouvé un très bel équilibre entre modernité et traditions. On le ressent dans les habitudes des locaux, et dans le mélange des constructions modernes du centre-ville et des quartiers historiques et temples aux abords de la colline dominant la ville.


Certains quartiers nous ont fortement plu, comme le quartier des Geishas, le parc Maruyama ou encore les allées Ninenzaka et Sannenzaka. Nous avons du faire l’impasse sur plusieurs lieux touristiques qui pourtant nous tenaient beaucoup comme la forêt de bambous ou le temple Fushimi Inari-taisha et ses centaines de toriis.


Clairement, deux jours ne sont pas suffisants pour profiter entièrement de cette magnifique ville et si c’était à refaire, nous serions resté un jour ou deux de plus au dépend d’autres villes visitées par la suite (Osaka par exemple). Dès lors, je recommande grandement Kyoto dans tout voyage au Japon !


Découvrez la suite de nos aventures au Japon en cliquant ici !

À propos de l'auteur

Grand passionné de voyages et de parcs à thèmes, j'ai décidé de combiner mes deux passions dans mes divers trips à travers le monde entier. Accompagné de mes amis, j'aime beaucoup associer visite de parcs à thèmes, activités culturelles et naturelles au sein d'un même voyage. 

Recevez notre newsletter
  • Icône Instagram blanc