• Anthony Dernicourt

Six Flags Great Adventure (10/12)

Mis à jour : mai 13

#ameriquedunord2016 #usa #newjersey #sixflags #sfga #greatadventure #kingdaka #eltoro

Amérique du Nord 2016 : De Montréal à The Big Apple

Avec Liesbeth & Mathilde - [Ce chapitre est dédié à la visite d'un parc à thème]

Et c’est parti pour le chapitre concernant le parc que j’attendais le plus de tout ce séjour ! Après une nuit relativement courte, nous nous sommes levés tôt afin de prendre un bus en direction du parc qui partait à 7h55. Le bus part régulièrement au départ de Port Authority, la gare de bus centrale de New-York


Dans notre précipitation, nous avons pris le matin la mauvaise rame de métro et nous avons du alors rejoindre à pieds Port Authority.


Nous avions préalablement acheté nos tickets de bus non datés. Arrivés à l’avance, un début de file de formait déjà devant la porte de notre bus ; il n’y a pas de réservations pour celui-ci, c’est premier arrivé premier servi. En arrivant relativement tôt, nous nous assurions une place dans le bus pour arriver à l’heure d’ouverture du parc.


Le bus est parti à temps et en une grosse heure nous avons quitté New-York pour rejoindre le New Jersey et Six Flags Great Adventure. Le bus nous a déposés sur le parking du parc, devant un petit arrêt de bus sur lequel aucun horaire ne figure. J’ai dès lors demandé au chauffeur à quelle heure partait le dernier bus au soir et celui-ci m’aura répondu  d’une manière assez vague que le dernier bus serait vers 22h15 (le parc fermant à 22h).

C’est parti !


C’est munis de nos pass Six Flags que nous sommes arrivés un peu avant l’ouverture devant l’entrée du parc.

Nous y voilà !


Après un petit quart d’heure d’attente, nous avons enfin pu pénétrer dans ce parc tant attendu ! Kingda Ka, El Toro et autres joyeusetés n’attendaient que nous !

La zone d’entrée du parc


Personnellement, je voulais directement commencer par Kingda Ka, de peur que l’Intamin tombe en panne au cours de la journée. Mais les filles étant un peu frivoles à l’idée de commencer par si gros, nous débuterons par quelque chose de plus intermédiaire avec Superman : Ultimate Flight, le Flying Coaster B&M du parc.

Le Flying Coaster


Après avoir traversé une partie du parc, nous sommes rapidement arrivés dans la zone à gauche de l’entrée qui regroupe Superman et Green Lantern. Mais Superman n’est pas encore opérationnel. Nous nous sommes alors rabattu sur Green Lantern, le Stand-up coaster B&M délocalisé de feu Six Flags Kentucky Kingdom où l’attraction s’appelait Chang.


Néanmoins, nous avons découvert l’un des plus gros défauts de ce parc en début de journée : le système de casiers payants. Les sacs sont interdits sur la plupart des grosses attractions. Il faut les placer, avant de s’engager dans une file d’attente, dans un casier payant situé à l’entrée. Ici, ce n’est pas gratuit, comme à Universal, et ce n’est pas aussi bon marché que dans les parcs Sea World et Busch Gardens : il faut débourser 2 dollars (si je me souviens bien) pour une période limitée à deux heures sous peine de devoir payer des frais additionnels ! Stratégiquement (alors que c’est interdit), nous avons placé nos trois sacs à dos dans un seul casier avant de faire un programme pour pouvoir rider un maximum d’attractions dans les deux heures imparties autour de la zone des casiers de Green Lantern.


La première étape est donc Green Lantern, deuxième Stand-up du séjour, et première version B&M pour notre part. La file d’attente est déserte et nous sommes directement arrivés à la gare très moche. Nous embarquons assez facilement dans les trains dans les derniers rangs. Le parcours débute avec un lift qui après un virage mène à la First Drop pas très notable. Puis l’attraction se poursuit avec plusieurs inversions qui ne s’adaptent pas forcément au mode Stand-up. Alors même si Green Lantern est plus confortable que le Cobra de la Ronde, je préfère le Stand-up québécois pour un parcours où la position en Stand-up est mieux ressentie et appréhendée (notamment durant la drop et les moments d’Airtime). De plus, on se mange quand même quelques baffes sur les harnais. Green Lantern n’est pas mauvais, mais pas exceptionnel non plus…

Green Lantern, pas mauvais mais pas excellent non plus…


Liesbeth aura bien aimé l’attraction. Par contre, Mathilde en ressortira toute blanche. Le tour est très mal passé pour elle et elle se sent fort nauséeuse. Elle a fortement mal à la tête. Liesbeth et moi sommes étonnés car l’attraction n’est pas nécessairement trop intense ou violente…


Après Green Lantern, nous avons pris la direction d’El Toro, les filles préférant d’abord encore faire une attraction intermédiaire avant d’affronter Kingda Ka. Je les préviens du statut d’El Toro et les deux sont partantes pour tester le Wooden réputé comme étant le meilleur au monde. Toujours aucune attente pour cette attraction située dans un petit quartier thématique mexicain assez sympathique.


Dans la file d’attente, Mathilde ne se sent pas vraiment mieux. Je la préviens que l’attraction est fort sensationnelle mais que niveau vibrations, c’est normalement assez smooth (ayant Balder comme point de comparaison dans la gamme des Plug’n’play). Elle décide donc de quand même en faire un tour, n’ayant pas envie de faire l’impasse dessus.


Nous avons embarqué au dernier rang. Mon excitation était à son comble car j’adore Balder (mon Wooden coaster préféré). Après avoir quitté la gare, le train effectue un virage qui mène sur le lift très rapide. Celui de Balder est déjà rapide mais celui d’El Toro l’est encore beaucoup plus ! Te train négocie alors un demi-tour qui nous amène à la first drop, haute et bien efficace comme il se doit ! Mais en bas de la drop ça tremblote un peu méchamment, dommage…


Le train remonte et passe le premier Camelback avec un Airtime fantastique. Idem pour le Camelback qui suit juste derrière. Cependant, dans chaque creux entre les Camelbacks, on se sent fort tassés et ça vibre quand même bien. Puis le train remonte et effectue un virage plongeant fort incliné avant de remonter en changeant de direction pour replonger sur une bosse plus petite mais aussi bien cahrgée en Airtimes. Un virage plus loin et on arrive sur le meilleur passage de l’attraction : un Camelback ultra-chargé en Airtime, le plus puissant que j’aie pu déjà ressenti ! Incroyable ! Après, retour au sol assez violent pour passer au moins bon moment du circuit, des virages avec changements de direction à ras le sol. C’est violent et si l’on se tient pas on valse de tous côtés contre les bords de son siège. C’est dommage car l’élément n’est pas mauvais, c’est juste le confort qui n’est pas au rendez-vous. Puis le train effectue encore quelques remontées avec Airtimes plus légers avant de terminer sa course sur les freins finaux.


Bilan d’El Toro ? Mitigé. L’attraction est géniale pour ses Airtimes de malade mais est gâchée par un problème de confort avec un peu trop de vibrations dans les creux des drops. Il est impossible de faire un tour complet en levant les bras, il faut anticiper certains passages où il vaut mieux bien s’accrocher à sa lap-bar et ça c’est fort dommage. Je pense qu’il y a 5 ans, l’attraction méritait amplement sa renommée ! Mais aujourd’hui, plus vraiment à cause de ce manque de confort. El Toro reste un Wooden de très bonne facture, mais je préfère toujours Balder pour un parcours avec certes des virages un peu fades et des Airtimes moins puissants, mais un confort bien meilleur !

Le fameux El Toro


Qu’en est-il de Mathilde à la sortie d’El Toro ? Eh bien ça ne lui a pas fait du bien du tout la pauvre ! Elle se sent encore plus mal qu’avant. Je lui propose de se rendre à l’infirmerie du parc, peut-être auront-ils une aspirine pour elle. Liesbeth quant à elle n’a pas été transcendée par le taureau à cause du manque de confort de la bête.


Nous sommes donc allés à l’infirmerie du parc, située entre El Toro et Kingda Ka dans la zone Boardwalk, et cachée entre les Games. A celle-ci, pas d’aspirine. Il faut l’acheter en boutique à l’entrée du parc. Superbe… Par contre, ils conseillent à Mathilde de s’allonger et de se reposer. Nous l’encouragerons également et elle ira donc sur un lit se reposer. Dehors, la température était très élevée (plus de 30 degrés), il faisait fort lourd et donc il lui valait mieux rester au frais dans l’infirmerie bien climatisée.


Liesbeth et moi avons donc abandonné notre pauvre Mathilde avant de nous diriger vers Kingda Ka qui n’arrêtait pas de nous faire de l’œil. Nous avons traversé la zone isolée Golden Kingdom où se trouvent l’Accelerator Intamin et la Free Fall accolée à sa structure. 30 minutes d’attente nous sont annoncées par l’opérateur à l’entrée de l’attraction (le parc, comme tous les précédents visités, ne dispose pas d’affichage de temps d’attente, ce que nous trouvons assez aberrants pour des parcs d’une telle envergure).

Golden Kingdom


Nous nous sommes donc engagés dans la file d’attente, moi avec de l’excitation et Liesbeth avec beaucoup d’appréhension. Dans la file, nous observons le défilé des trains se faire catapulter en intermittence avec le lâcher des nacelles de la Free Fall (les deux ne pouvant fonctionner en même temps). Après une vingtaine de minutes d’attente, nous atteignons la gare et nous optons pour le second wagon pour éviter la file du premier rang mais pour bien profiter de la vue quand même.

Dans la file de Kingka Ka, le stress monte !


Les passagers juste devant nous embarquent dans le train qui s’engage sur la zone de lancement. Pendant ce temps, Liesbeth et moi embarquons dans le train suivant. Liesbeth se pisse presque dessus tellement elle est stressée et les autres visiteurs essayent de l’encourager. Mais le train ne démarrera pas, car le train précédent reste immobilisé sur la zone de lancement. Nous serons évacués et retournerons dans la file derrière les portiques tandis que le train sur la zone de lancement reculera et rentrera en gare. Les passagers de ce train retourneront également dans la file, juste devant nous. A cet instant, je commence à paniquer : non, je ne veux pas louper ce crédit-là. N’importe lequel, mais pas Kingda Ka !!!


Les mécaniciens viendront chipoter à l’engin avant de lancer deux trains en tests qui semblent concluants. Les passagers devant nous embarquent à nouveau et leur train repart sur la zone de lancement. Nous reprenons également place dans le train suivant. Le train devant le nôtre partira sans souci, mais le nôtre pas. Après avoir effectué un tour, le train des autres passagers s’arrête sur la zone de débarquement et ceux-ci quittent le train. Le nôtre restera par contre bloqué encore une fois. Et c’est reparti, on quitte à nouveau le train, retour dans la file et retour des mécaniciens pendant que les opérateurs chipotent également. Liesbeth n’en peut plus, ça fait 20 minutes qu’on embarque et débarque du train, le stress est pour elle à son comble. Pour ma part, c’est juste une horrible impatience.

Montera ? Montera pas ?


Les mécaniciens règleront plus vite le problème cette fois-ci et nous prendrons définitivement place dans le train qui se placera sur la zone de launch. Nous y attendrons pas moins de cinq minutes à cause de la Free Fall qui venait d’être lancée. Puis vient le placement sur le launch. Liesbeth me tient la main (et l’écrase) et puis, après quelques petites secondes de stress, le train est propulsé !


La propulsion est puissante, se fait bien ressentir sans être trop intense mais vers la fin de celle-ci, on sent qu’on atteint vraiment une vitesse hors norme pour une montagne russe. Je lâche la main de Liesbeth pour lever les bras et profiter de l’engin. Nos joues sont toutes déformées par la vitesse, le vent nous fouette le visage, c’est vraiment extrême. Puis, en moins de temps qu’il ne faut pour lire cette phrase, le train est déjà au sommet du gigantesque Top Hat. On se rend compte une fois arrivés super rapidement en haut qu’on est plus haut que la normale, qu’on est trop hauts pour une montagne russe, que c’est insensé ! Puis vient le plongeon en vrille à la verticale. C’est juste incroyable, on plonge et on accélère très rapidement. La vrille désoriente, et on a l’impression de plonger dans la structure géante et d’aller s’écraser au sol. Juste wow ! Un gros Camelback plus loin (avec un bon floating airtime avant d’être freinés) et nous voici sur la zone de freins. L’expérience est très courte mais si intense, si incroyable ! On est tous deux bluffés, c’est du grand art !


Dans le deuxième wagon, pas de grosses vibrations à noter (juste un tout petit peu en fin de launch mais rien de gênant), une vitesse incroyable, une hauteur démesurée, c’est une grosse réussite et notre plus grosse surprise du séjour ! Il nous faudra un quart d’heure pour récupérer et retrouver nos esprits.

Incroyable expérience !


C’est tout euphoriques que nous quitterons l’attraction. Toutefois, nos sacs sont toujours dans le casier et avec la panne de Kingda Ka, les deux heures ont expiré ! Une opératrice du Kingda Ka nous assure qu’il n’y a aucun souci et que nous n’avons qu’à demander à un opérateur des casiers de récupérer sans frais notre sac. Avec Liesbeth, nous nous sommes donc hâtés vers Green Lantern et sa zone de casiers. Toutefois, pas d’opérateur en place. Nous demanderons à l’opérateur à l’entrée de la file de Superman s’il peut nous aider et celui-ci, sans vraiment nous écouter, nous répondra d’un ton très nonchalant qu’il n’en sait rien. C’est de loin l’opérateur le plus désagréable de tout le séjour ! Pareil pour l’opérateur de Green Lantern, celui-ci ne sait pas nous aider. Nous demanderons alors à des vigiles près d’un snack qui appelleront la centrale pour nous envoyer un opérateur casiers.


Pendant que j’attends pour les sacs, Liesbeth va rejoindre Mathilde qui risquerait de commencer à s’inquiéter de notre longue absence. Un opérateur casier arrivera par hasard cinq minutes après le départ de Liesbeth et je récupèrerai nos trois sacs sans avoir à payer de supplément. Une bonne chose ! Puis, j’attendrai les filles qui ne vinrent pas. Inquiet, je retournerai à l’infirmerie qui m’annoncera que les deux filles sont parties acheter de l’aspirine. Je retournerai les attendre devant Green Lantern où celles-ci m’attendaient.


Mathilde se sent légèrement mieux. Nous avons alors décidé d’aller manger quelque chose. Nous avons opté pour un Panda Express (je me rappelle avoir adoré celui du CityWalk d’Universal Studios).

Pause Panda Express !


Après avoir bien mangé, Mathilde se sent déjà beaucoup mieux ! C’est donc le ventre rempli que nous sommes alors sortis du Panda Express pour nous diriger vers le Raft Ride du parc, Congo Rapids. Mais en sortant, nous avons constaté que la plupart des attractions ne fonctionnaient plus. Le ciel s’était entretemps couvert. Un opérateur situé à l’entrée de la file de Joker nous aura alors expliqué qu’une tempête était en approche et que toutes les attractions outdoor étaient en arrêt. Il aura également rajouté que si dans une  heure trente tout était toujours fermé, le parc fermerait alors ses portes et nous serions remboursés. Je me suis insurgé en lui expliquant que nous venions exprès de Belgique et que n’avions plus d’occasion de revenir, donc qu’un remboursement de ticket nous importait peu, surtout que nous étions venus avec un pass Six Flags…


Mais ce genre de décision ne peut être négociée, je suis réaliste. C’est donc pessimistes que nous avons alors décidé d’effectuer un tour des deux crédits indoor du parc en commençant par Skull Mountain. Evidemment, tous les visiteurs ont fait de même et l’attraction affiche 50 minutes d’attente.


Entretemps, avec la chaleur de l’extérieur Mathilde ne se sent de nouveau pas bien et décide de faire l’impasse sur Skull Mountain. Elle décide d’attendre à l’ombre sur un banc et de garder nos sacs pour éviter de payer à nouveau un casier.


Au final, Liesbeth et moi n’attendrons que 30 minutes pour ce family coatser indoor. Nous avons choisi le last row pour une attraction pas mauvaise mais dépourvue de théma (ou alors le peu qu’il y avait était de très mauvais goût !). En fin de parcours, j’ai sorti mon appareil photo pour prendre une photo du parcours, puis une photo de Liesbeth et moi-même, avant de me faire réprimander par une annonce vocale qui déclare interdite la prise de photos de l’attraction sous peine de poursuites judiciaires de la part du fournisseur de l’attraction. L’annonce vocale m’a donné l’ordre de supprimer les photos. WTFEnfin soit, j’ai sagement éteint mon appareil photo sans en rajouter…

Skull Mountain et la photo interdite…


En sortant de l’attraction, nous avons rejoint Mathilde et sommes tombés sur un show pour enfants. Mathilde et Liesbeth s’y sont arrêtées, pendant que je me suis dirigé vers l’une des zones enfants du parc avec pour objectif le crédit junior de la zone. Certaines attractions pour enfants tournaient, mais pas le kiddie coaster. Loupé ! J’ai donc rejoint les filles dont le spectacle venait de s’achever et ensemble nous avons pris la direction de The Dark Knight Coaster, une Wild Mouse indoor thématisée Batman.

Le petit show de magie pour enfants.


Ici, seulement une quinzaine de minutes annoncées. Mathilde ne se sentant toujours pas d’attaque, elle gardera à nouveau nos sacs. La file extérieure mène alors à un préshow intérieur avec le Joker qui intervient. C’est très bien fait pour le coup. Puis la file continue en intérieur et le tout est fort bien thématisé. La gare de l’attraction représente une station de métro.


Le parcours en soi est une Wild Mouse classique version indoor mais la théma apporte un réel plus et est assez bien exécutée. Nous avons tous deux fort bien apprécié et nous nous sommes alors dit que si Mathilde se sentait mieux, elle devrait en faire un tour !

The Dark Knight, belle petite Wild Mouse indoor.


Mais la pauvre ne va vraiment pas bien. Nous sommes donc retournés avec elle à l’infirmerie pour qu’elle puisse se reposer à nouveau mais au frais. Mathilde avait en fait eu une insolation la veille à cause de son exposition prolongée au soleil sur la plage de Coney Island. Elle découvrira qu’elle est finalement assez sensible à la chaleur.


C’est donc après avoir conduit à nouveau Mathilde à l’infirmerie que Liesbeth et moi sommes repartis, en lui confiant nos sacs, vers d’autres crédits ! Car la tempête n’est finalement pas passée par le parc et les attractions ont quasiment toutes rouvertes (sauf Kingda Ka et Zumanjaro : Drop of Doom, la Free Fall).


Notre crédit suivant fut Superman: Ultimate Flight. La file d’attente était à notre plus grand plaisir déserte. Nous avons opté pour le premier rang. Premier Flying B&M pour Liesbeth. Le parcours débute donc par un lift qui mène à une drop plongeante inclinée. Puis on entame le Pretzel Loop. Je n’avais pas accroché à cette figure trop intense sur Manta. Ici c’est pareil : le début est monstrueusement génial avec un Airtime de folie mais dès qu’on passe sur le dos, l’intensité est trop forte. Le parcours se poursuit ensuite avec de chouettes virages relevés qui permettent de bien profiter du mode flying. Puis le train négocie une heartline avant d’atteindre la zone de freins.


Superman est une bonne attraction mais le Pretzel Loop gâche un peu le tout. Liesbeth sera d’accord avec moi. Pour moi, Air reste mon Flying préféré.

Superman: Ultimate Flight enfin ouvert !


Après Superman, nous sommes allés voir si Mathilde allait bien. Celle-ci se reposait donc nous ne l’avons pas dérangée. Nous avons ensuite décidé de se rafraichir sur le Log Flume du parc, Saw Mill Log Flume, situé dans une zone Far West, Frontier Adventures,  au fond du parc derrière El Toro. Dans cette zone se trouve aussi le Mine Train Arrow. Une vingtaine de minutes après s’être engagés dans la file du flume, nous avons embarqué dans ce chouette flume qui racle quand même bien fort les bords et le fond du canal. Mais il mouille bien et sous ces 35 degrés c’est tout ce qui compte. Qui plus est, la gare de l’attraction est agréablement thématisée.

Saw Mill Log Flume.


Pas loin de là se trouve Bizarro, anciennement Medusa, Floorless B&M assez imposant (comparé au seul autre que j’ai testé, à savoir le petit Daemonen à Tivoli Gardens). Cinq minutes d’attentes pour nous et nous avons pris place dans les trains confortables. Puis, après que le sol se soit dérobé sous nos pieds, le train s’est engagé sur le lift de ce vieux looper que nous appréhendions légèrement du point de vue du confort. En effet, les vieux gros B&M Old-School sont parfois assez brusques (Kumba, Dragon Kahn, etc…). Au final, excellente surprise ce Bizarro ! C’est smooth tout le long, le parcours certes classique passe comme une lettre à la poste et les inversions d’enchainent très bien. Un peu de déco Marvel sur le parcours avec notamment une grosse machine au niveau des Corkscrew crée de chouettes interactions. On n’en attendait rien et on en est sortis ravis !

Le très agréable Bizarro !


Nous sommes ensuite allés vers Zumanjaro: Drop of Doom, la Free Fal Intamin accolée à la structure de Kingda Ka. La file d’attente est longue à parcourir car il faut rejoindre la structure (et donc marcher tout le long du launch de Kingda Ka). La file est pourtant déserte.


Un panneau affiche le risque de recevoir de la graisse de Kingda Ka sur soit pendant le tour. Nous voici prévenus ! Liesbeth est à nouveau assez stressée, les Free Falls lui faisant toujours un peu d’effet. Nous sommes directement montés dans les nacelles de gauche et l’ascension a vite été entamée. La vue sur le parc est impressionnante et la hauteur est bluffante. Nous sommes alors restés un petit instant au sommet avant la chute, longue, très longue, pour une Free Fall. Mais niveau sensations, c’est assez fade, un peu comme la Free Fall de Liseberg ; malgré une hauteur impressionnante, la chute n’est pas fortement intense. Des plus petites tours comme Hurakan Condor sont beaucoup plus efficaces à ce niveau-là. Bien mais sans plus…

Zumanjaro Drop of Doom, plus haute Free Fall au monde…


Sortis de Zumanjaro, nous constaterons en effet des traces de graisse sur nous. Bizarre, car nous n’avons rien senti tomber sur nous pendant le ride !

Les traces de graisse de Kingka Ka !


Liesbeth est alors ensuite retournée à l’infirmerie voir Mathilde pendant que je me dirigeai vers The Joker. La nouvelle attraction du parc, un 4D Free Spin de S&S, rebutait fortement Liesbeth qui avait peur d’en ressortir nauséeuse. C’est donc seul que j’ai testé cette nouveauté et ce nouveau type de coaster. L’attraction est située au bord du lac du parc (finalement assez isolé car situé dans le fond du parc). La file était quasiment vide. J’ai donc vite embarqué dans ces trains assez confortables avec des harnais à vestes souples comme sur les Flyings et Wing Coasters B&M ou les nouveaux trains Vekoma. J’ai pris place dans les sièges en arrière, afin d’être dans le bon sens pour entamer le parcours. Le lift mène rapidement au sommet où se trouvent les premières bosses. Ça spinne beaucoup dès le début en tout cas, plus que sur les ZacSpins ! Puis vient le premier plongeon. Mouais… On continue avec une série de bosses et plongeons et on spinne dans tous les sens, là où on n’effectue qu’une seule vrille complète sur les ZacSpin.

Pas convaincu par ce nouveau type de coaster…


Au final, je préfère largement les ZacSpins à ce modèle 4D Free Spin. Les ZacSpins sont plus brutaux, plus intenses dans les drops, c’est beaucoup plus sensationnels. Alors certes le modèle S&S est plus smooth mais comporte trop de rotations et on en ressort légèrement nauséeux. Pour moi, ce modèle est un échec : il copie un type d’attraction qui lui est supérieur…


Liesbeth m’a alors rapidement rejoint au Joker et nous avons ridé ensemble le Tivoli Zierer large du coin : Harley Quinn Crazy Train. +1 et puis voilà !

Onride sur le Tivoli !


Nous sommes ensuite allés de l’autre côté du parc pour faire les deux grosses machines encore non testées : Batman The Ride et Nitro. C’est par ce dernier que nous avons commencé.


Nitro est l’un des premiers Hyper Coasters B&M. L’attente assez courte sera prolongée avec la mise en garage d’un des trains du parcours. Nous avons pris place en last row pour cette attraction dont on n’attendait rien d’exceptionnel. Eh bien ce fut encore une excellente surprise !


Après un demi-tour en sortant de gare, le train arrive sur le lift de l’attraction. Puis nous entamons la First Drop bien efficace ! Puis le train remonte sur le premier Camelback qui dans sa descente part sur le côté. Chouette floating au sommet de cette figure. Ensuite, gros Camelback avec un bon Airtime, demi-tour à la Silver Star et nouveau Camelback tout aussi bon. Puis, de nouveau un Camelback avec descente incliné qui déboule sur des spirales qui mènent aux freins de mi-parcours. C’est la partie la plus molle de l’attraction. Mais ça repart immédiatement après avec un gros plongeon après les freins, bien ressenti, puis trois plus petits Camelbacks très fournis en Airtimes. Un vrai régal ! De quoi finir en beauté le parcours. Nitro est un véritable coup de cœur pour Liesbeth et moi.


Nitro, petite pépite en fin de journée…


A la sortie de Nitro, nous nous dirigerons vers Batman : The Ride, le voisin. Deuxième modèle du genre, après le Vampire de la Ronde. L’attraction est un Inverted Coaster B&M comme tous ses homologues dans les autres parcs Six Flags. Le parcours, je ne le présente plus, la plupart le connaissent. Tout ce que je peux dire, c’est qu’à l’endroit c’est bien meilleur qu’à l’envers. C’est une machine bien intense avec un chouette layout : j’approuve ! Liesbeth un peu moins, légèrement trop intense pour elle…

Batman The Ride.


Le soleil commence doucement à se coucher, et il est bientôt l’heure de souper. Nous sommes retournés à l’infirmerie récupérer Mathilde qui avait dormi quelques heures et qui se sentait mieux à nouveau. Nous sommes ensemble allés manger quelque chose dans un fast food du parc. Au programme : frites et oignons frits. L’employée comptabilisera mal la commande des filles qui payeront seulement une portion au lieu de deux !

Du gras !


La nuit étant tombée, il ne nous reste qu’une heure pour profiter du parc. Mathilde se sentant lésée désire faire quelques attractions. Nous lui avons alors recommandé de commencer par une attraction soft et de voir si elle se sentait mieux pour plus sensationnel après. Nous sommes donc allés ensemble faire un tour de Star Flyer. Liesbeth passera son tour, peu convaincue par le Wind Seeker de Canada’s Wonderland.

Star Flyer by night !


Mathilde appréciera grandement ce tour d’attraction et en ressortira en forme. Elle désire tester The Dark Knight et soit Nitro, soit Kingda Ka (se fiant sur nos commentaires). Mais nous ne lui conseillons alors Kingda Ka que si elle se sent à 100% en forme. Elle optera donc raisonnablement pour faire un tour de The Dark Night puis Nitro, plus soft que l’Intamin.


De mon côté, il me manquait encore deux crédits : le kiddie de la zone enfants, malheureusement déjà fermé, mais aussi le Mine Train Arrow. De plus, celui-ci est proche de Kingda Ka et El Toro que je désire encore rider. Je me sépare des filles et me dirige donc vers El Toro où j’irai déposer mon sac dans un casier. File vide pour El Toro où j’embarquerai directement en last row. De nuit c’est encore mieux, en fin de journée l’attraction est chaude, plus de sensations mais plus de vibrations aussi…


Puis j’ai vite couru vers le Runaway Mine Train en me dirigeant d’abord par erreur dans la file du Skyway (télécabines du parc). Personne dans la file du Mine Train Arrow. Alors je ne me souviens pas en détails du parcours mais j’ai retenu que c’était un parcours très mal conçu, avec des virages improbables et mal calculés, et que l’attraction ne valait pas grand-chose. +1 et retour aux attractions plus intéressantes.

Runaway Mine Train de jour…


N’étant pas très loin, j’ai fait un petit détour vers Bizarro pour refaire un tour de nuit de ce bon Floorless. Entretemps, j’avais constaté que Kingda Ka ne tournait plus (le bougre n’avait rouvert que pour une très courte période en fin d’après-midi). Dès lors, j’ai achevé ma journée en enchaînant encore trois tours d’El Toro.


Ensuite, après un crochet express vers la boutique souvenirs près de Boardwalk, j’ai rejoint les filles à l’entrée du parc.


Celles-ci ont aussi bien profité de leur fin de journée avec d’abord The Dark Knight qui a plu à Mathilde car bien thématisé et avec un tour de Nitro by night qui fut incroyable selon elles.


Cette journée s’est donc merveilleusement achevée et c’est fatigués que nous avons quitté le parc. C’est alors que nous avons vu devant nos yeux partir un bus à l’arrêt de bus du parking. Pourtant, il n’était que 22h. Était-ce le dernier ? Nous espérions que non.


C’est assez paniqués que nous nous sommes rendus à l’arrêt de bus. Une employée Six Flags est alors venue nous rassurer en nous expliquant qu’un dernier bus viendra car tous les visiteurs étant venus à l’aller ne sont pas encore repartis. Il manquerait encore 12 visiteurs, dont nous trois. Nous avons donc attendu un petit quart d’heure, en papotant avec cette sympathique employée qui nous a annoncé être elle aussi déçue comme bon nombre de visiteurs par The Joker, et nous a conseillé les premiers rangs pour El Toro où le confort est encore tout ce qu’il y a de plus décent.


Notre bus est alors arrivé et nous sommes rentrés très tard à notre appartement. Le lendemain nous attend alors notre dernière journée à New-York…


En conclusion, nous avons bien apprécié Six Flags Great Adventure (Mathilde un peu moins…). L’offre d’attractions à sensations est grande avec pas mal de très bonnes attractions : Kingda Ka, El Toro, Nitro, Bizarro, Superman, etc… mais aussi de quoi contenter les familles et les plus jeunes. Le parc est fort complet, il ne lui manque que des dark rides, ce qui sera chose corrigée dès l’an prochain avec l’arrivée du dark ride interactif.


Nous aurions bien voulu faire le Raft Ride et le Safari mais nous n’aurons pas pu par manque de temps. Niveau fréquentation, c’était plus que décent mais le parc est grand, on y marche beaucoup et il y a énormément d’attractions à faire. Niveau théma c’est pas mal, avec de chouettes zones (Frontier Adventure, la zone mexicaine, Golden Kingdom) et d’autres plus moches (Boardwalk, la zone de Nitro). Le débit sur les attractions est bon (bien meilleur qu’à La Ronde) et les prix dans le parc corrects. L’offre de restauration c’est surtout du Fastfood mais le Panda Express nous aura bien fait plaisir. Le seul vrai défaut notable du parc est le système payant des casiers. C’est assez scandaleux comme principe…


En bref, je retournerai volontiers dans ce parc qui comporte d’excellentes machines et qui est agréable à visiter, sans valoir non plus la théma de nos parcs européens.


Petit résumé du parc :


Meilleure attraction : Kingda Ka

Meilleure zone à thème : Golden Kingdom

Meilleure surprise : Nitro

Plus grosse déception : The Joker

Avis général : Positif

À propos de l'auteur

Grand passionné de voyages et de parcs à thèmes, j'ai décidé de combiner mes deux passions dans mes divers trips à travers le monde entier. Accompagné de mes amis, j'aime beaucoup associer visite de parcs à thèmes, activités culturelles et naturelles au sein d'un même voyage. 

Recevez notre newsletter
  • Icône Instagram blanc