• Anthony Dernicourt

Universal Studios Hollywood (7/16)

#californie2018 #california #losangeles #usa #universalstudios #hollywood #themepark

Californie 2018 : 16 jours au Golden State

Avec Shaya - [Ce chapitre est dédié à la visite d'un parc à thème]

Après une bonne journée passée à Santa Monica, Shaya et moi nous sommes réveillés de bon pied pour aller visiter le parc Universal originel à savoir Universal Studios Hollywood ! Il s’agissait du premier parc Universal visité par ma sœur, le deuxième pour moi après le resort d’Orlando.


Nous avons d’abord été prendre notre petit-déjeuner au Dunkin’ Donut situé juste en face de notre hôtel, le long d’Hollywood Boulevard. Au menu, donuts, donuts et encore donuts ! Avec également un chocolat chaud (avec beaucoup de parfums disponibles) et le tout pour une dizaine de dollars. Pas le plus équilibré des petit-déjeuners mais ça allait faire l’affaire.

Par ici l’hyperglycémie !


Nous avons ensuite pris un métro sur la RedLine direction North Hollywood et deux arrêts plus loin, nous débarquions déjà à Universal City. A proximité de l’arrêt de métro se trouvait une navette gratuite Universal qui permettait de rejoindre l’entrée du parc situé en haut d’une colline. La navette avait des allures de Studio Tram Tour, nous étions directement dans le contexte !


Nous avons alors rapidement traversé Universal City et ses commerces. D’un premier point de vue, ce Citywalk avait l’air pas mal développé avec beaucoup de commerces en tout genre. Mais nous nous réservions une promenade dans la zone commerciale pour la fin de soirée : la priorité c’est le parc !

Le shopping et dining c’est pour ce soir !


Arrivés devant l’entrée du parc, petite photo obligatoire devant la sphère Universal, puis nous nous sommes dirigés vers la jolie entrée du parc où un tournage d’émission avait lieu. Encore une fois, nous étions directement dans le contexte !

Universal qui nous déroule son tapis rouge…


Nous sommes rapidement entrés dans le parc grâce à nos E-Tickets qui nous donnaient également droit à un Early Acces pour The Wizarding World of Harry Potter. Une fois dans le parc, nous nous sommes faits abordés par deux employées du parc qui nous ont invités à compléter un sondage sur tablette. A la clé, deux coupe-files gratuits pour le Studio Tour. Vendu !

C’est bon, on peut y aller ?


Une fois le coupe-file obtenu, nous nous sommes empressés de traverser la main street et nous avons directement tourné à droite pour pénétrer dans le Wizarding World. Pour ma part, c’était la seconde fois que je découvrais cette zone après celle d’Orlando mais pour ma sœur c’était une première ! Elle était ébahie et toute excitée à l’idée de découvrir cette zone entièrement dédiée à Harry Potter !

On l’a finalement eue, notre lettre pour Poudlard !


Toutefois, sans perdre trop de temps, nous nous sommes vite engagés dans la file de Forbidden Journey, l’attraction principale de la zone qui trône dans le château de Poudlard (ou Hogwarts en VO si vous préférez). Après avoir placé gratuitement nos sacs dans les casiers à empreinte digitale (prends-en de la graine, Six Flags !), nous avons parcouru la magnifique file d’attente de l’attraction qui nous fait passer par les serres, le bureau de Dumbledore, la salle de classe de Défense contre le Forces du Mal, la salle commune de Gryffondor et j’en passe ! Shaya n’en revenait pas et était déjà conquise sans même avoir testé l’attraction.


10 minutes d’attente seulement et nous avons pu embarquer dans les véhicules Robot Coaster bien masqués en bancs d’école. Il fut un temps où la version californienne tournait en 3D mais ce n’était plus le cas lors de notre visite (et apparemment tant mieux, puisque la 3D procurait pas mal de nausées…).


Les harnais baissés, c’est parti ! Hermione nous jette son sort et notre banc s’envole ! Petit tour d’horizon de Poudlard avant qu’Hagrid n’égare son dragon et que nous soyons plongés dans la Forêt Interdite ! Rencontre avec dragons, araignées géantes et saule cogneur avant de plonger dans un virulent match de Quidditch ! C’est le passage que j’aime le moins : face au saule cogneur, nous sommes quasiment couchés sur le dos et puis nous plongeons dans le match de Quidditch sur écran. Mon oreille interne a beaucoup de mal avec cette transition et la séquence de Quidditch me rend à chaque fois un peu nauséeux.


Puis arrivent en plein match les Détraqueurs. Nous sommes alors face à eux directement (enfin, face à leurs Audio-Animatroniques), puis nous retrouvons notre chemin vers Poudlard. Petit passage du survol du lac (qui reste mon passage préféré, les pieds dans le vide on s’y croirait) et retour au château. On retrouve finalement Harry qui a attrapé le Vif d’Or et qui a remporté le match de Quidditch. Puis, on a droit au « au revoir » de Dumbledore et nous sommes de retour à la réalité.


Shaya a adoré cette attraction ! La technique, la qualité de réalisation, le rythme, tout l’a convaincue et Forbidden Journey s’est révélée être l’une de ses attractions préférées tous parcs confondus ! J’apprécie énormément aussi même si j’ai toujours ce petit moment de nausée entre le saule cogneur et la scène de Quidditch.

Quel chef-d’œuvre quand même…


Une fois sortis de Forbidden Journey, nous avons récupéré nos sacs et avons été jeter un coup d’œil aux baguettes de magie vendues à un petit stand. Puis, nous nous sommes engagés dans la file d’un des deux crédits du parc : Flight of The Hippogriff, un junior coaster sur le thème de Buck l’hippogriffe d’Hagrid.


A cause de son faible débit, l’attraction affichait déjà 30 minutes d’attente alors que nous n’étions qu’en Early Access. La journée, la moyenne d’attente pour cette attraction était de 70 minutes. Un petit conseil donc si vous visitez le parc est de commencer par ce crédit pendant l’Early Access.


La file d’attente nous permet de voir la cabane de Hagrid. Une fois à bord, nous pouvons apercevoir Buck avant le lift. Le coaster en lui-même n’a rien de spécial et est très familial. +1 et puis voilà !

N'oubliez pas de bien vous incliner d'abord !


Nous avons ensuite consulté l’App du parc pour avoir une idée des temps d’attente. L’Early Access venait de s’achever et la plupart des autres attractions venaient d’ouvrir avec déjà de belles files d’attente. Seules les attractions du Lower Lot étaient encore fermées et n’ouvraient qu’à 10h.


Le parc est découpé en deux grosses zones : l’Upper Lot où se trouvent la zone d’entrée, le Wizarding World, la zone Springfield, le départ du Tram Tour et la zone Despicable Me. Le Lower Lot quant à lui contient trois grosses attractions du parc : Revenge of the Mummy, Jurassic River et Transformers 4D.


En attendant l’ouverture du Lower Lot, nous avons décidé d’essayer l’expérience Ollivander’s. Il s’agit d’une petite animation dans la boutique du vendeur de baguettes. Après une petite dizaine de minutes d’attente, nous avons pénétré dans une première salle où une opératrice nous a souhaité la bienvenue. Puis nous avons été dirigés dans la « boutique » elle-même dont les murs sont recouverts de boîtes de baguettes.


Une vendeuse de la boutique nous a accueillis et a sélectionné une fille d’une dizaine d’années parmi le public. La petite fille allait pouvoir essayer une baguette et voir si celle-ci allait lui convenir. A la première tentative, la fille a fait se faner des fleurs dans un vase. La vendeuse leur a vite redonnée vie. Simple effet mais sympathique. Puis, la fille a essayé une autre baguette mais a endommagé les étagères de baguettes qui se sont écroulées. La sorcière de la boutique a encore une fois tout remis en ordre. Enfin, comme dans le film, la troisième baguette fut la bonne, avec une lumière projetée sur la fille qui se prenait également de l’air dans la figure. Vraiment comme dans le film !

La baguette vous coûtera bien plus que quelques Noises…


Nous sommes alors invités à quitter la boutique sauf la fille et sa famille qui ont été invités à payer pour obtenir la baguette. Quelle pratique sadique quand même !


Au final, chouette petite animation mais rien de renversant non plus. Notons que la vendeuse tentait de prendre un accent britannique qui n’allait pas du tout et rendait son anglais bien difficile à comprendre…


Nous nous sommes encore un peu promené dans la zone sans encore visiter à fond les boutiques car nous réservions cela pour l’après-midi, quand les temps d’attente aux attractions auraient bien gonflés.

Dommage qu’il n’y ait pas le véritable Poudlard Express qui mène au Chemin de Traverse…


10h passé, Shaya et moi avons emprunté les longs escalators (4 blocs !!!) pour passer de l’Upper Lot au Lower Lot. Pour le coup, leurs deux zones portent très bien leur nom ! Sur une plateforme entre deux blocs d’escalators, on peut observer au loin les studios voisins, à savoir les Studios Warner Bros, dont la visite est possible pour la somme de 64$. Nous avions hésité à visiter ces studios un autre jour mais finalement nous ne l’aurons pas fait par manque de temps.

« Please, watch your step… » A non, ça c’est un autre resort !


Une fois arrivés au Lower Lot, nous avons directement commencé par Revenge of the Mummy, le second crédit du parc, un coaster indoor sur le thème de la franchise Mummy. L’attraction n’affichait que 5 minutes d’attente. Après avoir à nouveau placé nos sacs dans les casiers gratuits, nous avons rapidement arpenté la file avant de vite prendre place dans les larges véhicules identiques à ceux de la version floridienne.


J’avais lu que cette version de Revenge of the Mummy était relativement courte par rapport à la floridienne et donc un brin décevante. Ce ne fut pas du tout le cas ! Je ne me souviens pas par cœur du parcours, mais je sais qu’au départ nous avons droit à une partie dark ride assez similaire à celle de Floride (excepté l’absence de la scène où tout prend feu). Le launch surprend bien et la partie coaster est top ! Petit passage en marche arrière comme en Floride également. La différence notable est à la fin. Il manque la très chouette scène de fausse fin de Floride. Mais l’attraction, malgré l’absence de cette scène et autres petites différences, garde une longueur totalement décente et un haut niveau de qualité ! Une très bonne surprise au final !

Imhotep a bien été sur notre dos mais nous avons survécu !


Une fois sortis de Revenge of the Mummy, nous avons profité du fait que nos sacs à dos étaient encore dans leurs lockers pour enchaîner avec Jurassic River. Au départ, Shaya n’avait pas trop envie de faire directement une attraction aquatique mais j’ai réussi à la convaincre avec l’argument des temps d’attentes bas en matinée mais probablement très élevés en après-midi. 10 petites minutes d’attente pour nous avant d’aller à la rencontre des dinosaures…

C’est parti pour les grosse bêbêtes mais surtout pour les gros splash !


Embarquement en front row pour ma sœur et moi dans les gros bateaux de ce splash. L’histoire est très simple : Jurassic park est ouvert et nous sommes invités à visiter celui-ci sur des embarcations en suivant le cours d’une rivière. Au départ, on peut apercevoir les gentils dinosaures avant de malencontreusement être redirigés dans une section interdite aux visiteurs. On peut apercevoir une autre embarcation ayant fait naufrage et ayant été attaquée par des dinosaures bien agressifs.


Ensuite, nous nous rapprochons d’un grand bâtiment. Un des effets du ride ne fonctionnait pas : celui de la voiture. Une fois dans le bâtiment, nous avons droit à un lift avec un effet trompe l’œil. Encore une fois, nous n’allons pas là où nous sommes supposés aller. La sorte de grosse tour de contrôle dans laquelle nous sommes a également été prise d’assaut par de méchants dinosaures…


Puis vient le climax du ride : l’apparition surprise derrière un rideau d’eau d’un énorme Tyrannosaure Rex qui fonce vers nous. Une seule solution pour y échapper : plonger ! Le bateau attaque alors la drop finale de l’attraction qui nous fait sortir du gros bâtiment. Et Splash !

Ça mouille ? Ça va ça va…


Pour ce premier tour toutefois, nous n’avons pas été tellement mouillés que cela. Mais nous avons très fortement apprécié lette attraction. Dans mes souvenirs, l’attraction floridienne, pourtant quasiment identique, ne m’avait pas autant marqué. Mais j’ai grandement apprécié la redécouvrir ! Une très bonne attraction !


Nous avons alors enchaîné avec Transformers 4D. 10 petites minutes d’attente pour ce dark ride à la Spiderman que j’avais déjà pu tester à Universal Studios Orlando. Ici le bâtiment est mieux caché qu’en Floride.


De mémoire, difficile de me souvenir précisément de l’attraction : storyline simple où l’on essaye de sauver l’humanité avec l’aide des voitures Transformers (je n’ai jamais vu le film, désolé de ne pas pouvoir être plus précis). Tout est bien exécuté, avec un mélange de décors réels et d’écrans intégrés. Ça part un peu dans tous les sens mais ça reste très bien fait. Dans mes souvenirs, l’expérience m’avait donné la nausée en Floride mais il n’en fut rien ici. Shaya et moi avons bien apprécié sans que cela soit notre attraction préférée du parc.

On n’a rien compris au truc mais on s’est quand même bien marrés !


Avec ces trois attractions, nous avions déjà fait le tour du Lower Lot. D’un point de vue théma, il n’y en a pas vraiment. Un petit coin Jurrasic Park, les gros bâtiments de Mummy et Transformers et alors quelques commerces et restaurants. Ce n’est pas moche, mais ce n’est pas la zone la plus dongue du parc. En fait, ça fait vraiment u peu fourre-tout studios.


Après une longue longue longue remontée via les escalators, nous sommes allés nous restaurer dans la zone Springfield dédiée aux Simpsons. Nous avons commandé pâtes et pizzas chez Luigi. Le point de vente est combiné à d’autres points de ventes sur le thème des Simpsons et le tout forme une sorte de Food Court. La nourriture n’avait rien d’extraordinaire.


Initialement, nous voulions aller manger aux Trois Balais dans le Wizarding World mais les prix élevés et l’allure des plats ne nous ont pas convaincu, d’où notre choix du Food Court Simpsons.


Nous avons alors pris la direction de la zone d’entrée du parc pour rejoindre l’arène extérieure dans laquelle est jouée le spectacle principal du parc, à savoir Waterworld, basé sur le film du même nom. L’histoire est simple : les eaux ont englouti les continents et les survivants de l’espèce humaine vivent désormais sur des villes flottantes. Tous recherchent la dernière zone continentale qui aurait survécu à la montée des eaux. Et ici, les héros du film verront leur fort se faire envahir par les méchants qui tentent aussi de trouver la terre promise.

Grosse grosse arène pour un gros gros spectacle…


Spectacle à gros effets spéciaux aquatiques ! Grosses explosions, scènes d’action, course en jetski et surtout un effet absolument incroyable avec un gros avion. Fabuleux pour les effets spéciaux mais histoire assez plate, voilà comment je résumerais le show. Un bon spectacle mais avec un fond un peu creux selon moi. Petite déception, mais à voir absolument quand même !

Pour tous ceux qui aiment se faire éclabousser dessus !


Une fois sortis de l’arène, nous avons consulté les temps d’attente sur l’App et avons constaté que ceux-ci avaient bien gonflé. Une heure d’attente en moyenne pour les grosses attractions. Nous étions contents d’avoir pu quasiment tout tester en matinée !


Nous nous sommes redirigés vers une attraction de plus petite envergure qui n’affichait que 20 minutes d’attente. Il s’agissait de The Walking Dead, un walkthrough basé sur la série du même nom. Les décors de la file sont assez sympas et donnent le ton.


Au final, le walkthrough s’est révélé assez moyen. Pas hyper long, une théma pas dingue et pas si effrayant que cela. Mais bon, c’était gratuit, alors que ce genre d’attractions est généralement payant.

Un petit coup de javel dans le coin ça ne serait pas du luxe…


La zone autour de l’attraction reconstitue un set de rues américaines. Pas vraiment d’autres attractions à proximité, excepté le Dreamworks Theater qui auparavant présentait Shrek mais qui était en soft openings avec un film 4D sur Kung Fu Panda. Nous avons sauté cette attraction, n’étant pas familiers avec Kung Fu Panda et pas fans de cinémas 4D.


Un peu plus loin, sur une grande esplanade, nous avons été faire nos gamins en allant faire une photo avec Bo l’Eponge et son ami Patrick. Le parc regorge quand même d’un nombre bien décent de characters dans ses zones, un bon point pour les enfants !

Quelle bande de sales gosses qui vivent dans un ananas dans la mer !


Nous sommes ensuite allés nous promener dans la zone dédiée à Despicable Me. Zone très colorée et guimauve, pas la plus belle réussite du parc. Deux attractions composent la zone : une sorte de Flying Fish dans une sous-section sur le thème de la fête foraine du film (ils n’auraient pas pu plutôt y installer un crédit ?) ainsi que le simulateur Minion Mayhem.

Clairement pas la plus belle des zones du parc…


Pour ce dernier, nous n’avons attendu que 15 minutes alors que je me rappelle avoir attendu 50 minutes pour tester l’attraction en Floride. Une bonne chose !


Le principe de l’attraction est simple : Gru a besoin de plus de recrues et veut transformer des minions en humains. Nous sommes les heureux élus ! Grâce à un gros laser, nous sommes transformés en minions et allons suivre un entraînement mené par les trois filles adoptives de Gru.

Nous embarquons donc dans l’un des véhicules du simulateur, face à un grand écran commun pour les différents véhicules. Puis il s’agit d’une séquence simulateur traditionnelle à travers le laboratoire de Gru. A la fin, nous sommes retransformés par inadvertance en humains et sommes invités à sortir.


Clairement la moins bonne attraction du parc à notre avis, l’autre simulateur du parc, à savoir celui des Simpsons étant bien supérieur !

Mouais, la transformation en Minion marche même pas, quelle arnaque !


Nous avons ensuite un peu déambulé dans les allées du parc. A proximité de la zone de Despicable Me se trouve une bretelle française dépourvue d’attractions, qui permet de rejoindre Springfield.

Petit crochet chez les camemberts…


Nous nous sommes promenés dans la petite zone Simpsons qui à mes yeux est beaucoup plus réussie que celle d’Orlando : plu compacte, avec des effets d’optique et donc un style cartoon beaucoup mieux maîtrisé. En tant que grands fans, nous avons pris plaisir à nous baladé dans les différents commerces de Springfield, et avons fait quelques photos avec les characters.

Petite visite à Springfield...


L’attraction phare de la zone, c’est The Simpsons Ride, le simulateur dédié à la famille jaune la plus célèbre d’Amérique. Ce fut l’une de nos plus longues attentes de la journée : 35 minutes. Dans la file d’attente nous avons droit à des séquences d’épisodes. Toujours un bon moyen pour patienter.


Une fois rentrés dans le gros bâtiment, nous avons été dispatchés dans une file et nous avons eu droit au pré-show : Krusty va inaugurer à Krustyland sa toute nouvelle attraction. Mais Tahiti Bob n’est pas loin et compte bien se débarrasser de la famille Simpsons une bonne fois pour toutes !


Embarquement dans l’un des véhicules du simulateur. Nous ne sommes pas nombreux dans ceux-ci. Puis, tous les véhicules quittent leur petite salle d’embarquement et sont placés devant un énorme écran sphérique similaire au feu simulateur de Phantasialand. Mais ici, pas de film pourri sur l’Atlantide. Le simulateur des Simpsons est un gros concentré de fun. Au départ à bord de la nouvelle attraction de Krustyland, Tahiti Bob débarque et tente de nous tuer. Mais nous échappons bien vite et nous retrouvons à traverser le parc, puis arrivons dans Springfield. Au final, nous devrons notre salut grâce à Maggie, le bébé de la famille qui deviendra malencontreusement géante et stoppera notre course effrénée tout en arrêtant Tahiti Bob. Le seul détail bizarre est de voir les Simpsons en 3D (et pas forcément de la meilleure qualité)…

D’oh!


Après Springfield, nous sommes retournés à Pré-au-Lard et avons fait les boutiques : Zonko’s, Honeydukes, Ollivander’s et j’en passe ! J’ai craqué un marque-page Serpentard (il ne faut pas renier sa maison !) et un Tshirt. Cette zone est vraiment fabuleuse et dotée de pleins de détails, comme Mimi Geignarde que l’on entend des toilettes, des monstrueux livres d’Hagrid en cage dans les boutiques ou encore de tous les effets qui peuvent être activés grâce à une baguette magique interactive (moyennant 50$ l’achat !).

Oui mais non, 140$ faut pas abuser !


Je me suis aussi offert une Bièraubeurre bien fraîche avec le Mug qui va avec. J’avais bien aimé en Floride, j’ai approuvé e Californie. Shaya par contre n’avait pas envie de goûter et s’est pris un Milkshake au Starbucks, une valeur sûre.

Le délicieux attrape-couillon à 14$ et le mug qui va avec !


Avec toujours de gros temps d’attente un peu partout, Shaya et moi avons décidé de faire usage de notre coupe-file pour le Studio Tour. Celui-ci n’a jamais dépassé les 20 minutes d’attente sur la journée : je comprends pourquoi ils distribuaient donc facilement des coupes-files pour celui-ci. Pas très utile pour le coup mais ça nous aura quand même fait 10 minutes de gagnées !

Le fameux Studio Tour


Alors ce Tram Tour n’a rien à voir avec celui des Walt Disney Studios. Car ici nous avons droit à de véritables studios de tournage. Notre guide nous aura donné tout au long de nombreuses explications.


Au départ, nous descendons en bas de la colline et arrivons devant de gros hangars où diverses émissions américaines sont tournées. Puis nous abordons rapidement le premier set, celui de New-York, aperçu dans de nombreux films et séries.


Puis nous continuons avec un autre set d’une municipalité américaine présente dans Back to the Future qui a déjà été tellement de fois vue dans les films que les spectateurs la reconnaissent et qu’il devient difficile de la réutiliser sans la transformer de A à Z.

Un set visible dans bon nombre de films…


Vient alors l’une des premières animations du tour, à savoir King Kong 360. Il s’agit d’un Immersive Tunnel dans lequel pénètre le tram. Le gorille géant arrive et nous protège d’autres grosses bébêtes qui s’attaquent à nous. Impressionnant quand même !


Par contre, il y avait dans notre tram un petit garçon d’une dizaine d’années qui a été bien traumatisé par cette séquence. Il n’a pas arrêté de geindre pendant tout le reste du tour, notamment lors des animations. Il nous aura bien énervé celui-là !


Sortis du tunnel, nous sommes passés par une petite zone plutôt Amérique centrale où on nous a expliqué comment était fait l’effet de pluie dans les films. Nous nous sommes alors fait surprendre par une belle inondation, le Flash Flood.


Nous avons ensuite eu droit à une autre animation avec une scène de tremblement de terre dans une station de métro, similaire à Disaster, l’ancienne attraction d’Universal Studios Orlando.


Arrivée ensuite à Amity Island où le requin géant de Jaws vient nous attaquer. Flammes et bain de sang dans l’eau causée par une attaque du requin sur une pauvre victime.

Une petite baignade, ça vous tente ?


Le Tram a poursuivi son chemin et nous avons pu voir une rue bien connue, Wisteria Lane des Desperate Housewives, mais qui a servi pour d’autres productions comme American Beauty par exemple.

Un autre set bien fort connu…


Nous avons également pu voir la maison du film Psycho ainsi qu’un impressionnant plateau de tournage avec un avion crashé au sol. Il s’agit d’un véritable avion qui avait été racheté spécialement pour devenir un décor de film, et ce pour une séquence de film qui ne dure pas plus de 15 minutes !

On a retrouvé une trace du vol Malaysia Airlines ! A non, c’était juste pour Tom Cruise en fait…


Enfin, la dernière étape du Studio Tour est la séquence animée de Fast & Furious, à nouveau sur le principe d’un tunnel immersif. Le tout est assez bien réalisé même si la franchise me laisse complètement de marbre.


Le tour dure de tête entre 45 minutes et une heure mais on ne s’y ennuie pas du tout, au contraire du Studio Tram Tour fake paraisien. Une très chouette attraction qui au final couple pas mal d’animations qui à elles seules constituent des attractions. La preuve en est qu’à défaut de Studio Tour, Universal Orlando a décliné les animations en réelles attractions dans ses parcs : feux Disaster et Jaws, Fast & Furious et King Kong.


Sortis de ce long tour et de retour en plein soleil sur l’Upper Lot, Shaya et moi avons repris la direction du Lower Lot afin d’aller nous rafraîchir un bon coup sur Jurassic River. L’attente avait baissé à 45 minutes, un temps d’attente encore acceptable pour nous et le plus long de notre journée. Finalement, l’attente n’aura pas été trop longue, à peine 30 grosses minutes.


Notre second tour s’est par contre révélé beaucoup plus humide que le premier, notamment à cause de bombes d’eau qui s’enclenchent lorsque le bateau arrive en bas de la drop finale. En étant en first row, nous en sommes ressortis trempés mais cela nous a fait un bien fou !

Bon ben cette fois-ci ça n’a pas manqué !


Trop de monde pour les deux autres attractions du Lower Lot. Nous sommes dès lors remontés après avoir flâné dans les boutiques du Lower Lot vers l’Upper Lot.


Nous sommes retournés dans le Wizarding World et avons été refaire un tour de Forbidden Journey : attente de seulement 20 minutes, parfait pour nous !


Une fois à bord, à mi-parcours l’attraction s’est complètement coupée. Nous avons été ramenés « manuellement » jusqu’au quai d’embarquement. Le bug n’a pas duré longtemps et tout s’est vite réenclenché. Nous avons alors eu droit à re-rider l’attraction sans attente, une aubaine !

Sorbet Citron ! Mouais, même avec le mot de passe ça plante…


Enfin, nous avons terminé la journée à faire du lèche-vitrine. Shaya se sera encore acheté un Donut géant dans la zone Springfield ainsi qu’une tasse Bob l’Eponge. J’ai longtemps hésité à craquer d’autres souvenirs, mais la raison aura pris le dessus, me contentant de mon Tshirt, marque-page (et aussi un necklace Universal).

Je vous présente notre petit-déjeuner du lendemain !


Nous avons alors quitté le parc alors que le soleil se couchait et nous avons été nous promener à Universal CityWalk. Un peu de lèche-vitrine sans rien craquer et aussi un très bon repas dans le Panda Express local ! Notre Fastfood préféré du séjour !

Ils auraient clairement dû nous proposer des cartes de fidélité !


Le CityWalk californien est vraiment très chouette et possède énormément de commerces. Je l’ai trouvé supérieur à celui d’Orlando.

Ce CityWalk est juste énorme !


Quant au parc, pour conclure la journée, ce fut le parc préféré de Shaya au cours de tout le séjour. Elle a adoré les attractions, les licences, l’ambiance du parc, les characters, bref, la totale !


J’ai beaucoup aimé aussi. Certes, le parc a beaucoup moins d’attractions qu’à Orlando mais les attractions sont de très bonne facture et relativement bien variées (en espérant qu’ils n’ajoutent pas trop de simulateurs). Le Studio Tour est un vrai plus. L’offre en restauration est par contre un peu moins intéressante mais c’est l’un des seuls défauts (avec ces escalators bien longs pour relier les deux lots !). Universal Orlando reste meilleur de par sa taille, sa deuxième zone Harry Potter et ses attractions uniques mais Universal Studios California reste une expérience à ne pas manquer !


Petit résumé final de ce gros chapitre :

Meilleure attraction : Jurassic River (moi) & Forbidden Journey (Shaya)

Pire attraction : Despicable Me Minion Mayhem

Meilleure zone à thème : The Wizarding World of Harry Potter

Plus grosse surprise : Revenge of The Mummy

Plus grosse déception : Waterworld

Avis général : Très positif

À propos de l'auteur

Grand passionné de voyages et de parcs à thèmes, j'ai décidé de combiner mes deux passions dans mes divers trips à travers le monde entier. Accompagné de mes amis, j'aime beaucoup associer visite de parcs à thèmes, activités culturelles et naturelles au sein d'un même voyage. 

Recevez notre newsletter
  • Icône Instagram blanc