• Anthony Dernicourt

Mont Fuji (6/16)

Mis à jour : il y a 5 jours

#japon2018 #japan #asia #mountfuji #kawaguchiko #ahokigahara #chuteiro #udon

Japon 2018 : 18 jours au Pays du Soleil Levant

Avec Liesbeth

Nous nous sommes réveillés très tôt ce matin car aujourd’hui nous attendait un grand challenge : l’ascension du mont Fuji, la montagne (ou plutôt le volcan) qui domine le Japon et en est le point culminant !


La pratique de l’ascension du mont Fuji est au final assez courante pour les Japonais et se fait exclusivement en été. Nous étions dans les derniers jours possibles pour effectuer l’ascension. L’ascension peut se faire sur différents niveaux : soit en partant du pied du mont, soit en partant de l’une des stations présentes sur la montagne et encore accessibles en bus.


Etant limités dans notre timing, nous avons décidé de démarrer notre ascension de la 5ème station. Nous avions prévu d’effectuer une journée d’ascension, un break d’une nuit dans un logement sur le mont et de reprendre avant le lever du soleil pour atteindre le sommet (et donc le cratère) au lever du soleil. Sacré programme quand même !


Concernant le logement, nous avons réservé celui-ci extrêmement tôt (quasiment un an auparavant) car les places sont très limitées. Annulation impossible sauf circonstances exceptionnelles. Nous n’avions pas d’autre choix que de faire cette satanée ascension !


Nous nous étions équipés comme il se doit. Une fois nos sacs parés, nous avons rejoint la gare de bus, située à côté de la gare de train JR de Kawaguchiko. Au loin, nous avons pu apercevoir le mont Fuji de jour. Enfin, apercevoir, juste la base car le sommet était entouré de gros nuages. D’ailleurs, notre réceptionniste nous a prévenus que les conditions météorologiques au sommet n’étaient pas idéales pour une randonnée. Mais que ce n’était pas interdit pour autant. Pas très rassurant mais nous verrions une fois à la 5ème station.

Un grand ciel bleu, sauf au-dessus du Mont Fuji…


Nous avons donc acheté un ticket aller simple pour nous rendre à la 5ème station du mont Fuji. A l’arrivée du bus, une horde de passagers trempés a débarqué. Apparemment, il pleut vraiment fort là-haut ! Nous étions équipés donc si ce n’est que de la pluie, pas de souci !

Regardez-moi ces grands fous optimistes !


Le bus nous a fait traverser une forêt très connue, la forêt Ahokigahara, la tristement célèbre forêt des suicides du Japon, où de nombreux japonais vont se donner la mort par pendaison. Au plus on progressait dans la forêt, au plus la pluie se faisait intense (alors qu’il ne pleuvait pas à la station de bus de Kawaguchiko). Cela ne présageait rien de bon…


Une fois arrivés à la 5ème station, c’est en pleine tempête que nous avons foulé le sol du mont Fuji. Les conditions étaient catastrophiques : pluie drue et grosses rafales de vent. C’est comme si le typhon Jebbie nous avait retrouvé au sommet de la montagne.

L’Apocalypse, le retour !


Malgré cela, il y avait encore bon nombre de randonneurs présents à la 5ème station, certains prenant même le chemin du trail menant au cratère. Nous étions un peu perplexes. Nous avons donc été au point informations de la station. Ils nous ont très fortement déconseillés l’ascension, expliquant que certaines personnes mal avisées s’y lançaient quand même mais finissaient très souvent blessées. Et qu’avec de telles conditions, impossible d’envoyer un hélicoptère aller les secourir. Bref, pas idéal du tout !


Concernant notre logement qu’il était impossible d’annuler, nous avons contacté celui-ci et nous avons pu directement avoir notre annulation : le réceptionniste nous a lui aussi grandement conseillé de ne pas venir !


C’est à moitié rassurés et à moitié déçus que nous avons donc quitté le centre d’informations. A vrai dire, nous attendions avec impatience cette expérience unique.

Pas évident ce vent, Liesbeth ?


Nous avons quand même emprunté le trail sur quelques centaines de mètres (chemin plat et sans trop de risques au départ) pour se dire de quand même avoir foulé le sol du mont Fuji. Nous étions entourés de nuages, c’est comme si nous étions totalement coupés du monde ! Sensation assez étrange à vrai dire. De temps en temps cependant, le bas du ciel se dégageait un très bref instant et nous pouvions furtivement observer Kawaguchiko. Sinon, les environs du trail étaient encore bien verts : la lave séchée semblait en effet bien être un environnement propice pour un certain type de végétation.

Bon ben pour la vue on repassera…


C’est vraiment dommage, parce que nous avions très envie de nous lancer dans le challenge qu’est l’ascension du mont. La plupart des touristes faisaient comme nous : ils se promenaient sur les premiers mètres du trek avant de faire demi-tour. Avec de telles rafales de vent et une pluie incessante, ce sont des conditions vraiment difficiles et dangereuses pour risquer d’atteindre le sommet du volcan…

On nous avait dit que ce ne serait pas une promenade de santé, mais pas à ce point !


Nous avons alors encore fait une halte par la boutique souvenirs de la station avant de racheter un ticket retour pour redescendre en bus à Kawaguchiko.

Quand le ridicule le tue pas, épisode 3


Une fois redescendus à Kawaguchiko, nous sommes allés nous restaurer dans un établissement recommandé par mon guide (cela avait bien payé à Nikko !) situé juste en face de la gare. Le restaurant Hotou Fudo est un restaurant traditionnel japonais où l’on mange sur des tables basses, assis sur des tapis. Le cadre est très sympathique !

Excellent restaurant traditionnel !


Nous avons tous deux commandé un Udon, la spécialité de la maison. Il s’agit d’un gros bouillon chaud avec divers légumes, de la viande et de grosses nouilles. Le plat était succulent et bien nourrissant. Deuxième repas réussi d’affilée !

On a bien dû rester une heure à manger ces plats gigantesques…


A défaut de passer les deux prochains jours sur le mont Fuji, nous avons décidé de rester dans la région pour découvrir les alentours. Nous ne savions pas encore quel jour visiter Fuji-Q-Highland. Le parc a une politique très stricte concernant la météo : une goutte de pluie et tout ferme. La météo étant assez maussade ce jour-là et de la pluie étant prévue le lendemain, nous avions fixé notre visite provisoirement pour le troisième jour où du beau temps était prévu.


Pour cette première journée à Kawaguchiko, nous avons décidé d’aller nous promener autour du grand lac Kawaguchi qui borde la ville avec le mont Fuji en arrière-plan.

Kawaguchiko en bord de lac, ça fait très station balnéraire…


Ce fut très agréable de s’y promener, même si les berges du lac ne sont pas toutes aménagées (ce lac est très grand). Peu de touristes, un cadre très calme, bref, un autre chouette moment plein de sérénité ! Toujours pas de vue complète sur le mont Fuji qui garde la tête dans les nuages…

Instant sérénité autour du lac


En fin d’après-midi, nous nous sommes rendus dans un supermarché afin d’y faire des courses pour cuisiner un repas du soir à notre auberge de jeunesse. A nouveau, gros choc en pénétrant dans ce supermarché japonais très fourre-tout…

Âmes sensibles, s’’abstenir ! Risque de crise d’épilepsie aigüe !


Nous avons passés notre soirée à l’auberge, après avoir cuisiné du riz. L’auberge était très agréable, disposant d’une grande cuisine propre et moderne et de grands espaces communs à la japonaise avec nombreux tapis et tables basses. Interdiction de porter ses chaussures à l’intérieur, coutume japonaise oblige !


Le lendemain, nous avons décidé de louer des vélos afin de poursuivre notre découverte des environs. Notre auberge proposait justement une location de vélos pour un prix abordable.

Avec un joli petit panier accroché, juste pour le style !


C’est sous un grand soleil matinal que nous sommes partis rejoindre le lac Kawaguchi afin d’en faire le tour à vélo. Notre ami le mont Fuji avait toujours la tête dans les nuages en cette deuxième journée dans la région…

T’as pas envie de montrer ta tête toi une fois ?


Bien vite néanmoins, le ciel s’est couvert et nous nous sommes retrouvés en pleine averse à devoir nous abriter sous des arbres. Une fois la pluie un peu moins intense, nous sommes retournés rapidement vers notre auberge pour nous mettre à l’abri. Décidément, nous étions vraiment malchanceux !


Sur le temps de midi, la pluie a à nouveau cessé. Nous avons regardé dans mon guide pour trouver une nouvelle adresse où pouvoir manger un bon repas traditionnel à nouveau. Notre choix s’est porté sur Koushu Houtou Kosaku, un grand restaurant familial situé à proximité de notre auberge. Cependant une fois sur place, impossible d’avoir une table. Nous ne comprenions rien au système d’attente et aucun employé ne parlait anglais et n’a pu nous aider.


Nous avions décidé de porter nos masques en ce moment-là pour la première fois. Liesbeth en avait prévu au cas où et on sentait que l’air était un peu encombré, surtout au niveau des axes routiers qui bordaient justement le restaurant Koushu Houtou Kosaku. Heureusement, nous ne nous sommes pas éternisés dans ce coin-là…

Style Covid-19, nous étions déjà avant-gardistes !


Nous avons donc décidé de retourner au restaurant de la veille car nous y avions très bien mangé. Nous nous y sommes rendus à vélo, la pluie ayant bien cessé depuis un bon moment. Cette fois-ci, nous avons commandé un autre plat qui nous a ici fortement déçu : les nouilles froides avec des algues séchées salées par-dessus et c’est tout ! Pas terrible du tout, nous aurions mieux fait de reprendre un Udon !

Ce repas nous a un peu refroidis…


Après ce repas en demi-teinte, nous avons repris nos vélos en direction cette fois-ci de la Pagode Chuteiro, une pagode que vous avez probablement déjà vue car elle figure sur quasiment tous les clichés du mont Fuji.


La balade en vélo nous a fait passer juste à côté de Fuji-Q-Highland dont les montagnes russes étaient toutes en fonctionnement. Cette vue était très alléchante !


Puis, après une belle ascension à vélo, nous sommes arrivés à un point où nous devions poursuivre à pied. Une fois nos vélos cadenassés, nous avons entrepris de grimper un nombre incalculable de marches pour rejoindre le sanctuaire de Chuteiro et sa célèbre Pagode.

Courage Liesbeth, c’est bon pour tes jambons !


Peu de touristes dans le sanctuaire perdu sur une colline en pleine forêt. Cadre très serein encore une fois. Puis nous avons rejoint la Pagode. Au pied de celle-ci, nous avions un panorama splendide sur le mont Fuji, toujours encerclé de nuages. Dommage pour les nuages, mais malgré cela, la vue reste splendide et vaut le coup !

The photo présente sur 99% des couvertures de guide de voyage du Japon


Après quelques clichés et après avoir passé du temps à admirer ce beau paysage, nous avons pris un petit chemin qui nous a amené à un chouette point de vue surplombant la ville de Kawakuchiko mais aussi les villes environnantes.

Le visage plus urbanisé des environs du Mont Fuji


Nous sommes ensuite redescendus dans le sanctuaire. Alors que celui-ci allait fermer, Liesbeth a quand même réussi à obtenir une calligraphie pour son carnet. Très gentil de la part des membres du sanctuaire.

Nouveau sanctuaire + nouvelle calligraphie = Une Liesbeth toute contente !


Nous avons alors dû affronter une nouvelle averse. Protégés par les arbres, nous avons dû attendre une accalmie avant de pouvoir enfourcher à nouveau nos vélos pour rejoindre Kawaguchiko.

Juste avant l'énième averse du jour....


Nous avons encore été faire une halte shopping souvenirs à l’une des boutiques bordant le lac Kawaguchi. Nous voulions également prendre le thé quelque part mais tous les établissements ferment assez tôt, 17h au plus tard. Nous sommes donc retournés à notre auberge où nous avons encore mangé le reste de notre riz de la veille, skypé avec la pauvre Mathilde qui était privée de ce voyage avec nous pour lui raconter nos mésaventures, puis sommes allés nous coucher tôt pour être en forme pour la visite de Fuji-Q-Highland le lendemain !


Découvrez la suite de nos aventures au Japon en cliquant ici !

À propos de l'auteur

Grand passionné de voyages et de parcs à thèmes, j'ai décidé de combiner mes deux passions dans mes divers trips à travers le monde entier. Accompagné de mes amis, j'aime beaucoup associer visite de parcs à thèmes, activités culturelles et naturelles au sein d'un même voyage. 

Recevez notre newsletter
  • Icône Instagram blanc