• Anthony Dernicourt

Tokyo Disney Resort - jour 3 (4/16)


#japon2018 #japan #asia #tokyo #themepark #tokyodisneyresort #tokyodisneysea #tokyodisneyland

Japon 2018 : 18 jours au Pays du Soleil Levant

Avec Liesbeth - [Ce chapitre est dédié à un parc à thème]

En cette troisième matinée sur le sol nippon, Liesbeth et moi nous sommes réveillés en alerte. En effet, la veille nous avions eu la confirmation qu’un typhon était en train de ravager le Japon et qu’il se rapprochait dangereusement de Tokyo. Néanmoins, Tokyo Disney Resort est annoncé comme ouvert pour cette journée. C’est donc un peu dubitatifs que nous nous sommes mis en route pour rejoindre Tokyo Disneyland.

Back to the Magic!


Vu qu’il s’agissait de notre troisième jour de visite, nous avions enfin l’opportunité de pouvoir aller d’un parc à l’autre sur une même journée ! Cette pratique d’option Hopper bloquée lors des deux premiers jours est assez étrange. Après, ce n’est pas si dérangeant que cela sachant que les deux parcs ont chacun largement de quoi remplir une journée et que les horaires d’ouvertures des parcs sont très similaires.


L’annonce du typhon Jebbie n’a clairement pas fait peur aux foules car le parc était fort fréquenté encore pour cette nouvelle journée au royaume magique de Disney.


Arrivés à World Bazaar, nous avons aperçu Mary Poppins en photolocation. Mais encore une fois, le manque d’organisation des Meet&Greet aura eu raison de nous et nous n’avons pas pu saluer la célèbre nounou anglaise.


A défaut, nous sommes allés récupérer notre premier FastPass du jour pour l’attraction Buzz Lightyear’s Astro Blasters qui affichait déjà une belle attente. Nous n’étions aujourd’hui pas arrivés pour l’ouverture du parc et pas mal d’attractions avaient déjà des temps d’attente excédant les 45 minutes.

Borne Fastpass la plus mignonne de tous les parcs Disney !


En attendant de pouvoir utiliser notre FastPass dont le créneau était dans moins d’une heure, nous nous sommes rendus à Westernland afin de découvrir une zone du land que nous n’avions pas encore explorée : la Tom Sawyer Island. Pour pouvoir rejoindre la zone en question, il faut emprunter les Tom Sawyer Island Rafts, des petits shuttles sur eau qui nous font rejoindre l’île. Pas d’attente en cette matinée pour ces rafts, c’est donc embarquement immédiat pour aller arpenter l’île de Tom Sawyer !

La vue est plutôt pas mal depuis les rafts, l’un des plus beaux coins du parc


Un peu comme Adventure Isle, il s’agit d’une zone avec structures de jeu, cavernes, arbres à escalader, ponts de singe, etc… Il n’y avait quasiment personne sur cette île en cette matinée, nous avons donc pu dans le calme explorer celle-ci. Qui plus est, malgré l’annonce de l’arrivée du typhon Jebbie, le ciel était bleu et ensoleillé en cette matinée. Très agréable pour le coup, nous n’avions pas encore eu beaucoup de soleil depuis le début de notre voyage. La zone qui plus est est amusante et un véritable havre de paix loin des allées fort fréquentées du reste du parc.


Petite escapade chez Tom Sawyer


Après avoir fait le tour de l’île, jusqu’à trouver la cabane de Tom Sawyer, nous avons repris un raft afin de rejoindre Tomorrowland. Il était en effet temps de rendre visite à l’infâme empereur Zurg à bord de l’attraction Buzz Lightyear’s Astro Blasters ! La version est quasiment identique aux autres versions de Buzz : il s’agit d’un dark ride interactif classique. A bord d’omnimovers, Buzz Lightyear nous invite au combat pour affronter l’empereur Zurg. Liesbeth et moi avons bien apprécié cette première attraction de la journée.

Ça va Buzzer sec avec nos pistolets !


Nous sommes ensuite partis récupérer un deuxième FastPass pour Splash Mountain. En effet, avec la météo étrangement clémente, nous avions envie de nous rafraîchir un peu. La file d’attente Standby était trop longue pour nous mais nous avons réussi à obtenir un FastPass pour le début d’après-midi.


Une fois le précieux sésame en poche, nous nous sommes dirigés vers les deux spectacles d’Audio-Animatroniques du parc en commençant par le mythique Enchanted Tiki Room.


L’Enchanted Tiki Room est un show d’animatroniques situé dans Adventureland. L’attraction est également présente dans les deux parcs américains. Ici, au Japon, c’est une version altérée qui est proposée. En effet, l’attraction nippone a été prise d’assaut par Stitch ! J’étais très curieux de découvrir cette version, l’Enchanted Tiki Room étant l’un de mes coups de cœur parmi les classiques de Disneyland.

Pas de José, Fritz, Pierre ou Michael ici ?


Dans la file d’attente (enfin plutôt l’espace d’attente avant de pouvoir accéder à l’intérieur du bâtiment présentant le spectacle), une Cast Member du parc parlant anglais (la première à vrai dire qui parlait un bon anglais et avec qui nous pouvions converser) nous a abordés. Elle nous a posé quelques questions sur notre séjour, d’où nous venions etc… Il ne s’agissait nullement d’une enquête, juste une simple conversation. A la fin, celle-ci nous a demandés si nous étions au courant que le parc célébrait ses 35 ans. Nous avons répondu positivement et elle nous a alors offert deux badges à porter autour du cou pour célébrer les 35 ans du parc. Ce badge nous donnerait droit également chacun à une portion de popcorn gratuit ! Petite touche de magie Disney en plus. Nous avons chaleureusement remerciés la Cast Member pour cette chouette attention !

Regardez comme un peu de magie (et de popcorns gratuits) peut nous rendre heureux !


Ensuite, nous avons pu prendre place au sein de l’Enchanted Tiki Room. Les gradins de la salle sont orientés vers le centre de celle-ci. Au centre se trouve une fontaine. Une fois les portes fermées, les oiseaux mécaniques se réveillent et entament leur sérénade. Ici, étrangement, la bande son est totalement différente des autres verions (il n’y a même pas la mythique chanson de la Tiki Room !). Mais soudain, les oiseaux sont en panique ! C’est là que Stitch débarque au cœur de la fontaine. Il se montre inoffensif et la tension baisse. Stitch, accompagné des oiseaux et des totems et fleurs entonnent alors divers chants hawaïens ensemble et toute la pièce prend vie.


Le résultat est très agréable. La bande son est très bien, Stitch apporte étonnamment une plus-value (alors que je n’affectionne pas forcément ce personnage) et c’est toujours un chouette petit moment poétique et nostalgique d’assister à un show de l’Enchanted Tiki Room. Petite préférence quand même pour la version originale mais cette version avec Stitch était très convaincante également ! Liesbeth a vraiment bien aimé aussi cette attraction au charme désuet.

Stitch a (heureusement ou pas) chassé les frères Sherman de cette version !


Nous avons enchaîné avec une autre attraction classique du même genre : Country Bear Jamboree. C’était une grande première pour tous les deux : je n’avais en effet pas testé l’attraction en Floride. Country Bear Jamboree est donc un show d’Audio-Animatroniques situé à Westernland. L’attraction dispose de plusieurs versions. C’est ici la version d’été qui nous était présentée.

Grand classique droit devant !


Dans ce spectacle, on assiste aux vacances d’un groupe d’ours. Le tout est présenté par une sorte de chef scout ours. Un orchestre d’Animatroniques joue sur la scène principale, tandis que sur les côtés apparaissent divers personnages, chacun contribuant à un moment donné à l’histoire. Il s’agit également d’un show musical. On peut y croiser un ours qui part à la pêche, une ourse qui va pique-niquer mais qui semble pleurer car quelqu’un aurait mordu dans son sandwich, un ours chanteur qui se prend pour Elvis Presley, bref, une multitude de personnages variés et amusants. Sur les murs se trouvent également des trophées de chasse d’élans et bisons qui commentent et participent à la prestation.

Qui a osé manger le sandwich de cette gente demoiselle ?


Dans l’ensemble, et même si nous ne comprenions pas grand-chose car tout était en japonais, ce show nous a bien fait rire. Ici, on joue clairement la carte de l’humour là où l’Enchanted Tiki Room joue sur l’atmosphère. Les Animatroniques sont aussi plus évolués ici, mais au final, l’atmosphère l’emporte et je garde une préférence pour la Tiki Room même si nous avons beaucoup apprécié Country Bear Jamboree !


Nous avons enchaîné ensuite avec un troisième spectacle. Cette fois-ci, il s’agissait d’un spectacle live avec acteurs, chanteurs, danseurs et characters. Ce grand spectacle, appelé One Man’s Dream II, est joué dans un grand amphithéâtre semi-couvert situé à Tomorrowland.

Allons donc voir quel est le rêve (II) de notre cher Oncle Walt !


Arrivés un peu à l’avance, nous avons pu obtenir de bonnes places. Après un petit quart d’heure, le spectacle a débuté. Celui-ci évoque le rêve de Walt Disney et est représenté par différents tableaux évoquant les personnages Disney. Le spectacle fait la part belle à de nombreux tableaux, dont des inédits comme A Bug’s Life. Le final est l’arrivée de Mickey et Minnie à Hollywood. Le tout est très chouette même si un brin vieillot dans les décors et effets. Dans le genre, Mickey et le Magicien est bien au-dessus. Mais de manière générale, nous avons beaucoup apprécié cette production, même si entendre les chansons Disney en japonais c’est quand même quelque chose ! Et Mickey qui parle japonais, c’est assez étrange qu’on se le dise !

It’s showtime!


Nous avons ensuite décidé de faire un walk-through, ces attractions qui sont des parcours à pied. Notre choix s’est porté sur le Cinderella’s Castle Fairy Tale Hall, le walk-through dans le château du parc. J’ai appris récemment qu’auparavant ce walk-through était à la base un walk-through horrifique basé sur les méchants Disney qui vivraient sous le château. J’aurais adoré povoir découvrir ce type d’attraction ! Mais depuis quelques années, c’est Cinderella’s Castle Fairy Tale Hall qui en a pris la place.

Chez Cendrillon ça n’arrête pas, faut faire le feu et la cuisine, la vaisselle, le ménage ! Vraiment de l’esclavage !


Il s’agit d’une visite classique du château. Assez élaborée quand même, entre les galeries de portraits de princesses, les miniatures qui évoquent l’histoire de Cendrillon, les divers points photos et points panoramiques sur le parc. C’était assez moyen au final. Heureusement, nous n’avions pas dû attendre pour cela.

C’est pas vraiment de l’esclavage ça par contre Liesbeth ?


Juste après, nous avons refait un tour de Snow White Adventures. Pas d’enfants en pleurs cette fois—ci, même si ça reste très effrayant comme expérience pour les plus petits !

Enfants peureux s’abstenir !


Nous sommes alors allés nous restaurer dans un quick service restaurant, la Tomorrowland Terrace. Ce restaurant situé comme son nom l’indique dans Tomorrowland n’est pas des plus glamours et son menu n’est pas exceptionnel non plus. Nous avons opté pour des Burgers en forme de tête de Mickey. Ce n’était pas dingue. A refaire, nous aurions probablement été manger ailleurs. Mais qu’importe, nous avons tenté.

Ça a l’air moins dégueu que ça en a l’air, et je ne parle pas de Liesbeth !


Après notre repas plus que moyen, nous avons décidé d’aller chercher du popcorn gratuit en guise de dessert ! Il faut savoir que le popcorn c’est quand même quelque chose à Tokyo Disney Resort ! Il y en a pour tous les goûts, du plus classique comme salé ou caramel jusqu’au plus exotique comme piments ou curry !


Le parfum qui nous intéressait est je pense de mémoire caramel. Nous avons cherché un moment avant de tomber sur un stand à Adventureland qui offrait le parfum que nous désirions. Petite pause bien méritée sur un banc de la zone afin de profiter de notre cadeau des 35 ans du parc.

Gratuit c’est encore meilleur !


Entretemps le ciel s’était déjà fortement couvert. Mais rien de dramatique pour l’instant, les températures restaient élevées et il y avait une légère brise mais sans plus. Aucun souci donc pour aller faire un tour de Splash Mountain ! Il était en effet l’heure d’utiliser notre FastPass !

Grand plongeon dans le Briar Patch ?


Toujours une très chouette attraction, avec de belles sections dark rides et des chutes surprenantes ! Nous n’étions pas trop mouillés en sortie, ce qui nous arrangeait pas mal car nous allions maintenant rejoindre Tokyo Disney Sea pour le reste de la journée, et en y allant à pied !


Etrangement, le monorail qui fait le tour du Tokyo Disney Resort et qui dessert les deux parcs, les hôtels Disney et hôtels partenaires est payant. N’ayant pas l’envie de payer pour cela, nous avons décidé de marcher jusqu’à Tokyo DisneySea d’un pas rapide, le parc étant situé à une vingtaine de minutes de Tokyo Disneyland.


C’était donc déjà la fin de notre visite à Tokyo Disneyland. Comme énoncé dans le chapitre précédent, le parc ne fut pas un coup de cœur pour nous. Je l’ai trouvé vieillot et trop lisse, trop classique et sans charme comparé aux autres Magic Kingdoms. Le niveau d’attractions est heureusement assez bon et c’est ce qui en fait son attrait, même si le parc manque d’attractions qui impressionnent vraiment. Mais avec l’arrivée prochaine du nouveau dark ride sur la Belle et la Bête, je pense que le parc se dotera enfin d’une attraction moderne et unique en son genre (Winnie et Monsters Inc sont sur ce créneau mais ne provoquent pas forcément d’effet wow). A voir pour une éventuelle prochaine visite donc !


Mais nous avions encore une fin de journée à passer à Tokyo DisneySea, notre séjour magique n’était donc pas fini !


Après avoir quitté le parc Tokyo Disneyland, nous sommes donc partis à pied pour rejoindre Tokyo DisneySea. Le second gate est situé à 20 bonnes minutes à pied du Magic Kingdom. Nous ne voulions pas perdre trop de temps et avons donc pressé le pas au maximum. Notons que la route reliant les deux parcs n’est pas très glamour. On voit que ce n’est pas vraiment prévu et que Tokyo Disney Resort assume que ses visiteurs paieront tous pour le monorail. Le chemin nous a fait passer devant l’expérience shopping du resort : Ikspiari. C’est la version locale du Disney Village. Sauf qu’ici, c’est un véritable centre commercial, Ikspiari étant une véritable marque dissociée de Disney et une filiale de l’Oriental Land Company qui possède Tokyo Disney Resort.

Après le plus moche, le plus beau parc Disney au monde !


Une fois arrivés à Tokyo DisneySea, nous nous sommes directement mis à la quête d’un FastPass. Nous savions que pour Toy Story Mania! et pour Journey que c’était déjà trop tard (nous étions en milieu d’après-midi). Par contre, j’avais bon espoir de pouvoir en obtenir un pour l’une des deux attractions principales de Lost River Delta : Indiana Jones Adventure ou Raging Spirits. Liesbeth étant un peu fatiguée de la marche rapide que nous venions de faire, je me suis muni de nos deux tickets d’entrée et ai poussé une pointe jusqu’à Lost River Delta, de l’autre côté du parc pendant que Liesbeth m’attendait près d’American Waterfront. Rapidement arrivé dans la zone reculée, j’ai pu nous obtenir deux FastPass pour Indiana Jones Adventure en début de soirée !

Pas le temps d’admirer le beau paysage, la priorité c’est les Fastpass !


J’ai ensuite rebroussé chemin pour retrouver Liesbeth à American Waterfront. Entretemps, le vent s’était levé et nous étions passés d’une légère brise à un vent omniprésent mais pas encore trop dérangeant. Il semblait donc bien que le typhon Jebbie se rapprochait de nous. Liesbeth était un peu stressée mais le fait que le parc et les attractions restaient ouvertes nous rassuraient.


Nous nous étions donné rendez-vous à American Waterfront avec un objectif en tête : enfin faire un tour de l’attraction la plus populaire de tout le resort : Toy Story Mania! En temps normal, la file était de minimum 120 minutes et souvent 180 minutes. Ici, « seulement » 80 minutes étaient affichées. Nous n’avions pas de FastPass et nous tenions à faire cette attraction. Nous n’avons pas eu d’autre choix donc que de nous engager dans cette longue file, la plus longue du séjour à Disney (oui parce qu’après, nous allions encore aller à Fuji-Q-Highland où pire nous attendait !).

You’ve got to wait for me, you’ve got to waaiit for me!


Toy Story Mania! est situé dans une sous-section d’American Waterfront non loin de la Tower of Terror appelée Toyville Trolley park. Cette zone comporte également un stand de games thématisé sur les personnages de Toy Story.


La première partie de la file d’attente se fait d’abord en extérieur. Avec les rafales de vent devenant de plus en plus fortes, nous étions contents une fois que nous avons pu pénétrer dans la seconde partie qui se fait à l’intérieur. Cette seconde section est très chouette car réduits à la taille d’un jouet, nous sommes dans une sorte de salle de jeux géante avec les divers jouets d’Andy étalés partout. Cette file est très bien exécutée et fait passer le temps beaucoup plus rapidement.


Enfin, le quai d’embarquement représente la chambre d’Andy. Au final, nous n’avons pas vu passer ces 80 minutes qui se sont plus approchées des 60 minutes en réalité.

Heureusement, la file a quand même de la gueule !


Toy Story Mania! est un dark ride interactif similaire à Maus-au-Chocolat, c’est-à-dire avec des écrans interactifs et un canon avec une petite cordelette en guise d’arme.  L’attraction est également présente dans les deux parcs américains. Selon moi il s’agit d’un must-do et l’une des meilleures attractions du resort ! J’adore les attractions interactives, encore plus ce type-là (Maus-au-Chocolat est l’un de mes dark rides préférés !). Ici, l’attraction est déclinée sur le thème de Toy Story et les sets de games varient. Là où à Phantasialand on tire toujours des billes de chocolats sur des souris, à Toy Story Mania! ça varie : parfois on va casser des assiettes, parfois jeter des fléchettes sur des ballons, etc… Cela apporte une plus grande diversité au jeu. C’est très fun et addictif même si à la fin du tour on a le bras en compote (surtout après le dernier niveau bonus !). Liesbeth m’aura battu sur ce tour ! J’aurais bien voulu prendre ma revanche mais avec autant d’attente, pas vraiment possible malheureusement. Gros plus pour cette attraction ! Liesbeth a bien aimé également, mieux en tout cas que Maus-au-Chocolat dont elle n’est pas particulièrement fan à vrai dire.


Sortis de là, le vent s’est révélé encore plus intense qu’auparavant. La grande esplanade d’American Waterfront a d’ailleurs été fermée au public. On voit que les cheveux des gens volent en tous sens, qu’il faut fournir un effort supplémentaire pour marcher dans le sens opposé au courant d’air et qu’inversément le vent nous propulse en avant.


Nous voulions faire un tour de Tower of Terror mais l’attente était encore trop élevée. Ça serait pour plus tard, nous avions bon espoir que le temps d’attente baisserait.

Un tour de tour ce sera pour plus tard !


Par curiosité, nous sommes également retournés dans la zone Mysterious Island pour voir si le temps d’attente à Journey était raisonnable, vu que l’attente était assez décente à Toy Story Mania!. Néanmoins, ce ne fut pas le cas avec plus d’une heure au compteur. Nous en avons profité pour encore un peu nous promener dans la très jolie zone, alors que le vent se montrait de plus en plus capricieux.

Le vent se lève….


Nous sommes ensuite allés réserver notre restaurant pour le soir. Pour cette dernière soirée au Tokyo Disney Resort, nous voulions nous offrir un bon repas dans un restaurant à table. Notre choix s’est porté sur le restaurant du SS Columbia, l’énorme paquebot à quai de l’American Waterfront.

Repas de croisière réservé !


Une fois le restaurant réservé, j’ai eu l’envie soudaine de m’acheter un petit snack. J’ai opté pour une glace à l’eau Minnie. Ces glaces sont très répandues au Tokyo Disney Resort ! Avec le vent cependant, manger ma glace fut assez compliqué. En effet, celle-ci fondait et les rafales de vent faisaient couler celle-ci sur mes vêtements, sur le sol et même sur d’autres personnes… Pas la meilleure idée que de manger une glace à l’eau lors de vents forts !

La fausse bonne idée de la journée…


Nous nous sommes hâtés pour poursuivre notre visite après ce petit incident glacé. Liesbeth était de moins en moins rassurée par rapport au vent de plus en plus intense. De mon côté, je maintenais comme argument que tant que le parc restait ouvert, nous n’avions rien à craindre.


Nous sommes alors allés explorer Port Discovery, une zone que nous n’avions que traversée lors de notre premier jour de visite. Il s’agit d’une version portuaire de Discoveryland. La zone est très jolie (comme toutes les autres en fait !). Elle comporte trois attractions : l’une des stations de l’Electric Railway, Nemo & Friends Sea Rider (un simulateur) et Aquatopia, une attraction aquatique assez étrange. C’est sur cette dernière que notre choix s’est posé.

Le Discoveryland version marin


Aquatopia est une attraction aquatique où des véhicules se déplacent en glissant sur l’eau. Les véhicules sont trackless et se croisent les uns les autres. C’est une attraction assez jolie à observer. Néanmoins une fois à bord, rien de particulier à noter : il n’y a pas vraiment de sensations, c’est juste agréable de se laisser glisser sur l’eau et s’approcher de petits tourbillons mais sans plus. Au final, plaisant mais heureusement que c’était embarquement immédiat sans attente, une trop longue attente pour cette attraction assez passive aurait été un peu frustrant.

Pas hyper top ce Aquatopia…


Ensuite, nous avons décidé de faire un tour de Nemo & Friends Sea Rider, le nouveau simulateur situé dans Port Discovery. 10 minutes d’attente seulement, alors qu’en général l’attraction affiche plus d’une heure. Clairement, le typhon Jebbie a son impact sur la fréquentation du parc aujourd’hui et c’est en notre faveur !


Nemo & Friends Sea Rider est donc un simulateur, comme Star Tours, qui ici nous emmène à la rencontre de la faune marine. Un institut marin a réussi à développer une technologie qui réduit un véhicule à la taille d’un poisson, et ce afin de pouvoir mieux observer la vie marine sans l’effrayer et sans la perturber. Après un préshow qui nous explique tout cela, nous sommes invités à pénétrer dans le simulateur. Réduits à la taille d’un poisson, nous plongeons dans l’océan et partons à la rencontre de Nemo et ses amis. L’attraction reprend les scènes du film.


Dans l’ensemble, j’ai trouvé ça assez mauvais. L’attraction m’a rendu fort nauséeux. A la fin, je priais juste pour que le tour s’achève. D’habitude, Star Tours ne me rend pas trop nauséeux et j’apprécie beaucoup l’expérience. Mais ici ce fut tout autre ! De plus, l’univers de Nemo ne me touche plus du tout. J’ai vu trop de fois le film et celui-ci est souvent trop représenté dans les parcs Disney, dès lors c’est un peu l’overdose pour moi. Liesbeth a par contre beaucoup apprécié et n’est pas du tout ressortie barbouillée de cette attraction. Grand bien lui fasse !

Nemo & Friends Nausea Rider


Après Nemo, nous nous sommes dirigés vers Lost River Delta. En effet, il était bientôt l’heure d’utiliser notre FastPass pour Indiana Jones Adventures. Nous avions tous deux hâte de pouvoir revivre de fabuleuses aventures dans le Temple of the Crystal Skull. Néanmoins, une fois arrivés devant l’attraction, nous avons constaté que celle-ci était à l’arrêt pour problème technique. Nous allions donc revenir plus tard et d’abord faire quelques attractions pour patienter.

Comment ça, Temple of the Closed Ride???


Nous avons poursuivi plus loin, espérant que l’attraction rouvre. Nous sommes donc arrivés à l’Arabian Coast. Nous avons décidé de faire un tour des Jasmines’ Flying Carpets. L’attraction est similaire aux Tapis volants des Walt Disney Studios, et est très joliment intégrée à la zone arabe.

Flying Carpets version nippones


Juste à côté, Sindbad’s Storybook Voyage nous attendait à bras ouverts, avec aucun temps d’attente ! L’attraction qui pour rappel fut la première de notre séjour, serait aussi ironiquement notre dernière ! En effet, sortis de ce très beau dark ride, les rafales de vents s’étaient encore faites plus intenses. Toute la zone Lost River Delta était désormais fermée et inaccessible. Nous avions donc bien perdus notre FastPass pour Indiana Jones Adventures.

Pas de typhon dans le très beau Voyage de Sindbad. Par contre à la sortie…


Nous avons décidé alors de tenter d’aller voir un spectacle, le Big Band Beat joué au Broadway Music Theater. Ce spectacle est le plus prisé du resort. C’est celui pour lequel un système de loterie est parfois mis en place tellement celui-ci est populaire. Nous sommes arrivés une petite demi-heure avant le début du show et nous avons pu obtenir de très bonnes places.

Sortez les strass et les paillettes !


Le show en lui-même est une grande revue musicale où un orchestre joue des classiques musicaux du début du siècle dernier. Des danseurs et chanteurs les accompagnent pour un numéro digne de Broadway !


Nous avons apprécié mais sans plus non plus. Disons que l’engouement autour de ce spectacle a trop élevé nos attentes et que dès lors nous avons été un peu déçus. Mais objectivement, cela reste un très bon spectacle. Pas vraiment de touche Disney non plus, à part l’apparition de Mickey et consorts à la fin.


Dans le théâtre régnait une atmosphère très calme, trop calme. C’était le calme avant la tempête. Comme si dehors les éléments se déchaînaient mais que nous étions dans notre bulle, sans nous rendre compte de ce qui nous attendait à la sortie…


Et ce fut en effet l’apocalypse en sortant du théâtre. Le vent était devenu incontrôlable. Tout le parc était désormais fermé excepté la zone Mediterranean Harbour. Nous avons été évacués d’American Waterfront où se trouvait le théâtre. Pas de restaurant à bord du SS Columbia pour nous ce soir. Des annonces indiquaient fréquemment que Fantasmic! ne serait pas joué ce soir en raison des conditions météorologiques et que le parc allait fermer incessamment sous peu.


Nous avons réussi à trouver un établissement encore ouvert afin de pouvoir manger quelque chose avant de quitter définitivement le parc. Nous sommes donc allés nous restaurer au Zambini Brothers’ Ristorante. Comme son nom le suggère, ce restaurant quick service propose une cuisine italienne. Nous avons pris un plat de pâtes et un dessert. C’était bon et abordable. Le restaurant était quant à lui extrêmement bondé, puisque quasiment tous les autres points de restauration étaient fermés…

Le SS Columbia ayant vraisemblablement coulé, on se retrouve en Italie...


Après avoir mangé, nous sommes ressortis en extérieur où la nuit était tombée mais pas le vent. Les gens étaient désormais évacués du parc qui allait fermer bien plus tôt que prévu.


Nous avons donc quitté le parc dans des conditions assez étranges. Nous avons cette fois-ci payé pour prendre le monorail (hors de question de marcher dans le noir et dans le vent dans de telles conditions) afin de rejoindre la gare de trains JR. Le monorail est thématisé Disney avec une multitude de têtes de Mickey partout.

Vous voyez un Hidden Mickey quelque part vous ?


Arrivés à la gare, nous avons constaté que de nombreuses personnes attendaient sur les quais et que tous les panneaux d’horaires indiquaient de gros messages en rouge. Aucun train en circulation, la ligne longeant la mer où les rafales de vent étaient trop puissantes. Nous étions bloqués !

Regardez-moi ces têtes de victimes !


Les employés tentaient de nous expliquer qu’il y avait des bus à disposition mais la file pour ceux-ci était monstrueuse et nous n’avion aucune idée du bus qu’il fallait prendre, toutes les indications étant en japonais ! Aucun employé ne comprenait suffisamment l’anglais pour pouvoir nous aider.


Nous nous sommes alors mis en quête d’un réseau WiFi. Pour rappel, aucun de nous deux n’avions de 4G. J’ai in extremis réussi à me connecter à un réseau WiFi gratuit très saturé et ai eu tout juste le temps de commander un van Uber. Seuls les vans étaient encore en circulation. En effet, tous les véhicules de petite envergure étaient interdits de circulation lors du typhon. Et on a vite compris pourquoi !


Notre van est arrivé après 20 bonnes minutes pendant lesquelles nous stressions quand même pas mal. Une fois dans le van, nous avons pris la direction de notre hôtel. Sur les routes, quasiment aucun véhicule excepté bus, camions et camionnettes. Notre van subissait les rafales qui l’ont à de nombreuses reprises dévié de sa trajectoire, c’est dire la puissance du vent !


Ce trajet fut stressant pour nous tous et nous furent très soulagés d’arriver sains et saufs devant l’entrée de notre hôtel. Etonnamment, le vent était bien plus faible dans le quartier de notre hôtel, probablement bien protégé par les nombreux gratte-ciels environnants.


Rassurés d’être rentrés, nous avons consulté les infos : le cœur du typhon est passé au-dessus de Kyoto mais dès demain s’éloignerait du Japon en direction de l’océan Pacifique. Tant mieux ! Notre programme de voyage ne serait donc pas altéré pour le lendemain. C’est donc bien protégés dans notre petite chambre d’hôtel et sereins que nous nous sommes endormis.


Cette fin de journée fut très particulière. La fin de séjour au Tokyo Disney Resort ne s’est pas du tout déroulée comme prévu mais nous en garderons de sacrés souvenirs !


Dans l’ensemble, le resort tokyoïte est peut-être celui qui m’a le moins plu. C’est assez étonnant sachant que souvent il est considéré comme le meilleur resort Disney au monde. Je pense en réalité que Tokyo DisneySea fait beaucoup. C’est clairement le plus beau des parcs Disney (même si je préfère les deux parcs californiens à ce dernier). Par contre, là où ils ont le plus beau parc, ils ont également le plus moche des Magic Kingdoms. Le fait que les parcs appartiennent à l’Oriental Land Company et non à Disney a aussi ses impacts : pas de Disney Village, une app pas adaptée aux visiteurs étrangers, une organisation et gestion différente (Meet&Greet, spectacles, etc…), etc… La barrière de la langue joue aussi un rôle ici. On ne comprend pas tout, on est donc moins emportés dans les attractions et shows. Difficile d’interagir avec les Cast Members également même si ceux-ci sont très souriants, polis et font vraiment leur possible.


Dans l’ensemble, on a passé un très bon séjour, mais nos attentes étaient peut-être un peu trop élevées. Il s’agissait pour Liesbeth de sa première véritable visite dans un resort Disney et elle en attendait plus. Ses attentes auront cependant été comblées avec le resort californien 9 mois plus tard. Pour ma part, je m’attendais à retrouver un peu le même schéma de fonctionnement et les mêmes sensations qu’en visitant les resorts américains ou le resort parisien. Mais force est de constater que le resort tokyoïte est très différent à ce niveau-là. Pas mauvais, juste différent. J’y retournerai un jour avec plaisir mais avec de toutes autres attentes et en connaissance de cause !


Sinon, petit résumé de cette troisième journée au Tokyo Disney Resort :


Meilleure attraction : Toy Story Mania!

Moins bonne attraction : Aquatopia

Meilleur spectacle : One man’s Dream II

Meilleure zone à thème : Mysterious Island

Plus grosse surprise : Country Bear Jamboree

Plus grosse déception : Nemo & Friends SeaRider

Avis général : Positif


Découvrez la suite de nos aventures au Japon en cliquant ici !

À propos de l'auteur

Grand passionné de voyages et de parcs à thèmes, j'ai décidé de combiner mes deux passions dans mes divers trips à travers le monde entier. Accompagné de mes amis, j'aime beaucoup associer visite de parcs à thèmes, activités culturelles et naturelles au sein d'un même voyage. 

Recevez notre newsletter
  • Icône Instagram blanc