• Anthony Dernicourt

Sea World Orlando (4/14)

#floride2015 #orlando #florida #usa #seaworld #themepark #manta #kraken #rollercoaster

Floride 2015 : Deux semaines au Sunshine State

Avec Liévine - [Ce chapitre est dédié à la visite d'un parc à thème]

Troisième jour que nous nous réveillons en Floride et il est temps de quitter l'Universal Resort Orlando pour découvrir Sea World. Depuis Universal, il suffit de prendre une navette (gratuite) vers Sea World. Cette navette doit être réservée la veille au comptoir d'un des hôtels. Il faut également disposer d'un ticket d'entrée valable pour Sea World afin d'avoir accès à la dite navette. C'est notre cas grâce à notre Orlando Flex Ticket +.


La navette prend quinze minutes à nous diriger vers Sea World. Dans celle-ci est diffusée Moi moche et Méchant. La navette n'est pas très remplie, ça n'augure que du bon pour notre visite...

L'entrée de Sea World


Nous arrivons donc à Sea World vers 10h, le parc est ouvert depuis 30 minutes et nous nous empressons de rentrer au sein de celui-ci. L'entrée est petite de prime à bord, beaucoup moins impressionnante que celles d'Universal. On débarque alors dans le parc avec beaucoup de végétation partout mais peu de décors au final. Notre première étape sera le très attendu Manta situé un peu plus loin que l'entrée du parc...


Alors Manta j'en attendais beaucoup. Je n'avais testé auparavant qu'un seul Flying Coaster, Air à Alton Towers. Ici, on a le droit à un Flying Coaster XXL plus haut, plus grand, plus varié qu'Air. C'est avec beaucoup d'impatience qu'on s'engage dans la chouette file d'attente totalement vide.


Petit détail à préciser. Avant de pénétrer dans la file d'attente, il aura fallu déposer nos sacs dans des casiers payants cette fois-ci (à hauteur d'un dollar le casier). Nous placerons nos deux sacs dans un seul casier et nous prendrons la décision d'y laisser nos sacs et d'enchaîner les attractions pour éviter de payer 1 dollar à chaque fois.


Revenons donc à Manta. On arrive vite sur le cas d'embarquement et on demandera à être placés au dernier rang pour notre premier tour. Les sièges pivotent, le train quitte la gare et on entame l'ascension du lift. S'en suit alors une drop très sympathique, puis on entame le Pretzel loop. Au départ, on remonte après la frist drop, on a une sorte de demi camelback avec un très bel airtime qui ensuite se poursuit en boucle (on se retrouve alors couchés sur le dos) et là on subit énormément de G positifs à la limite du désagréable. J'en ai eu à chaque fois le souffle coupé, mais pas dans le bon sens du terme... Après le parcours devient plus classique je dirais avec des heartline roll, des spirales, des middle brakes suivis d'une chouette drop, l'effet splash qui de l'intérieur de l'attraction ne donne absolument rien et après c'est à peu près tout... Au final, Manta sera une très chouette attraction, mais clairement pas la meilleure du séjour. Disons que je préfère Air à Manta et que le passage du Pretzel Loop est jouissif à la première moitié, horrible à la seconde et qu'après le parcours devient beaucoup plus anecdotique...

La seule photo qu'on aura prise de Manta...


On testera également l'attraction au premier rang et la différence n'est pas très notable, sauf pour la vue bien entendu.


On poursuit notre chemin vers Journey to Atlantis, le premier Water Coaster Mack au monde. A première vue, le bâtiment et l'attraction sont visuellement très jolis et ça ne semble pas mouiller des masses. C'est parfait car il faisait très frisquet ce jour-là. Tellement qu'Aquatica sera fermé alors que nous comptions visiter le parc aquatique le même jour. Petite déception...


Mais bre, parlons donc de Journey to Atlantis. Aucune attente, une fille pas exceptionnelle visuellement parlant et un quai pas très mémorable non plus. On embarque dans les bateaux et on passe par une partie dark ride un peu vieillotte avec de la belle peinture fluo pour nous faire croire que l'on est sous l'eau. Bon c'est un peu moche mais sympathique dans l'ensemble. Le problème par contre c'est l'audio qui va beaucoup trop fort encore une fois. Bref, le dark ride se poursuit, la méchante Médusa débarque et hop on entame le premier lift. S'en suit alors le grand plongeon qui ne mouille pas encore trop, puis un virage et une seconde petite drop qui elle mouille beaucoup plus sur le coup. Des canons payants se trouvent aux abords du bassin que nous traversons et pas de chance, des petits malins les activent et nous arrosent alors qu'il ne fait pas plus de 14 degrés dehors...


On emprunte alors un second lift et on débarque dans une partie indoor où à a lieu la partie "coaster", très courte (un gros virage incliné et une bosse) pour finir avec un splash final. On regagne alors le quai. Au final, Atlantis c'est une très bonne attraction, avec certes une partie dark ride un peu vieillissante mais muni de chouettes drops, qui mouille quand même (ça on aurait pu s'en passer en hiver), familial, bref, du très bon.

Journey to Atlantis


On observe qu'à côté de Journey to Atlantis se trouve Kraken, le Floorless B&M du parc, et que celui-ci ouvre à l'instant. On s'engage dans la file d'attente qui n'a rien d'exceptionnelle mais qui est vide et on arrive très vite au quai d'embarquement. On s'installera en last row. J'avais déjà testé un Floorless (Daemonen à Tivoli Gardens) et ça n'apporte rien du tout à l'attraction. Sinon, Kraken est un très chouette B&M. Ce n'est pas le plus intense, mais les éléments sont variés, passent sans à coup (contrairement à Hulk) et les sensations aussi varient (airtime, G positif,...). On aura été très agréablement surpris par Kraken qu'on enchaînera, alors qu'à la base on n'en attendait pas grand chose.

Kraken


Près de Kraken se trouve la nouvelle zone du parc qui contient la nouvelle attraction Empire of the Penguins. Il s'agit d'un dark ride avec des véhicules trackless à la Ratatouille. On aura attendu 25 minutes, la plus longue attente de la journée pour l'unique dark ride du parc.


L'attraction début par un ennuyant pré-show très mal fait avec des écrans insérés dans des décors en fausse glace. Puis on poireaute encore un peu dans une file d'attente intérieure où l'on doit choisir un mode : Mild ou Wild. On embarque dans le Wild. On arrive à un deuxième préshow toujours aussi mal fait avec des écrans mal incrustés où l'on assiste à la naissance d'un pingouin. Enfin, on embarque dans un véhicule et on démarre.


La première salle est chouette. On y voit des stalactites de couleurs et les véhicules valsent les uns avec les autres. C'est bien réalisé. Puis on pénètre dans une seconde salle où l'on se positionne devant un écran géant où on suivra un pingouin (le petit pingouin qui est né pendant le préshow) avec les véhicules synchronisés, dynamiques par rapport au film. Ça ne casse pas trois pattes à un canard (ou dans le cas présent, à un pingouin...). Enfin, on arrive déjà à la dernière salle où il fait très froid et où l'on voit de vrais pingouins. Et c'est tout. C'est donc une très mauvaise attraction, très courte et qui n'apporte vraiment rien. Attendre 25 minutes pour ça c'est déjà trop, j'ose à peine imaginer dans le cas  où la file excède 1 heure, ce qui semble en plus fréquent... Même avec le mode Wild, c'est très peu sensationnel (j'ose à peine imagine ce que donne le mode Mild). Donc une belle bouse que ce Empire of The Penguins, avec une zone très moche au passage (fausse glace partout, rochers vilains, le tout ne formant qu'une seule allée qui tranche trop par rapport au reste du parc).

Le très mauvais Empire of the Penguins


Allez, après cette mauvaise attraction, on poursuit vers la zone Shamu Harbor, la zone pour enfants où se trouve un Kiddie Coaster Zierer, Shamu Express. +1 et on s'en va, c'est très mauvais. Je n'ai même pas de photo de ce Kiddie...


Après, on constate très vite que la partie dans laquelle Shamu Express se trouve est très morte. Je m'explique. Pour pouvoir aller de Empire of The Penguin à Shamu Express, il faut traverser la moitié du parc par le fond (au-delà du lac) et cette partie du parc est morne, vieille et sans grand intérêt. On y croise un tunnel à requins, un bassin de raies, d'autres poissons et c'est à peu près tout. Il yu a une forte concentration d'attractions d'un côté (Manta, Atlantis, Kraken Empire of The Penguins) et rien de l'autre, ce qui rend le parc très déséquilibré. En plus, vu qu'il n'y avait personne dans le parc ce jour-là, Sea World paraissait très mort.

Dans le tunnel aux requins de la zone morte du parc


A côté de Shamu Express se trouve Wild Arktic. Je ne savais pas ce qu'était cette attraction. Pas d'attente, on s'engage dans la file parc à boeuf vide et on arrive dans un simulateur (encore un...). Et ça aura été le plus mauvais du séjour ! On est dans un hélicoptère en mission en Arctique. Le film est de mauvaise qualité, les mouvements sont brusques et saccadés et le tout rend très nauséeux. Un bon zéro pointé. Mais après, on arrive dans une zone animalière où se trouvent des morses, des phoques et des bélugas ! J'étais ravi de voir des bélugas en vrai, je n'en avais jamais vu avant. A savoir qu'il y a moyen de voir cette partie animalière sans passer par le simulateur. On passe dans une salle de cinéma traditionnelle où l'on observe le même mauvais film que le simulateur, mais sans mouvements...

Un des bélugas à la sortie de Wild Arktic


Après ce pathétique simulateur, il est l'heure  pour nous d'assister au show One Ocean, le spectacle des orques du parc. Jamais vu de tel spectacle, jamais vu d'orque en vrai, c'était donc assez impressionnant. Nous nous étions assis dans la "wet zone". Pas très intelligent vu le froid qu'il faisait, les orques nous ont aspergés de la tête aux pieds. C'est dans ce spectacle qu'une des dresseuses d'orques se sera faite tuer par Tilikum, une orque que l'on aura pu observer pendant le show. Bon, on aura bien aimé ce spectacle sans être fans non plus. D'ailleurs, c'est le seul spectacle que l'on fera de la journée, zappant le spectacle des dauphins, des otaries et des animaux domestiques...

Pas de photo du spectacle, mais une photo d'une orque dans son bassin


Après le spectacle, on ira manger un morceau (une portion de pizza très chère mais on n'aura rien trouvé de plus abordable dans le parc...). Puis on refera quelques tours de Manta, Kraken et Atlantis avant de récupérer nos sacs pour se balader dans le parc, faire quelques clichés et aller voir les animaux quand même.


On clôturera donc assez vite notre visite de Sea World, vers 16h30, pour nous rendre ensuite à pieds vers un 7 Eleven pour y acheter des Kellog's, du lait et des sandwichs pour manger pas cher le soir-même et pour ne plus devoir payer de petit déjeuner chaque matin au Cabana Bay. Nous avions un frigo dans la chambre, c'était fort pratique !

Bye bye Sea World !


On reprendra alors la navette pour retourner tôt au Cabana Bay et pour profiter un peu de l'hôtel (Jacuzzi, Lazy River, piscine chauffée, etc...)


Alors, conclusion sur Sea World ? Eh bien c'est le parc qui m'a le moins plu en Floride. Trop peu d'attractions, pas de réelle théma immersive, des coins vieillots, un parc très morne, peu de vie, et puis d'une manière générale, le principe d'animaux marins en captivité qui ne nous a guère enchantés mon amie et moi. Dans le positif, on retiendra Manta, Kraken et Journey to Atlantis, le reste est bon à jeter...


Meilleure attraction de la journée : Kraken

Meilleure zone à thème : Aucune...

Déception du jour : Manta

Surprise du jour : Kraken

Spectacle marquant : One Ocean

À propos de l'auteur

Grand passionné de voyages et de parcs à thèmes, j'ai décidé de combiner mes deux passions dans mes divers trips à travers le monde entier. Accompagné de mes amis, j'aime beaucoup associer visite de parcs à thèmes, activités culturelles et naturelles au sein d'un même voyage. 

Recevez notre newsletter
  • Icône Instagram blanc