• Anthony Dernicourt

Universal Orlando Resort - jour 1 (2/14)

Mis à jour : mai 22

#floride2015 #forida #usa #themepark #universal #universalorlandoresort #harrypotter

Floride 2015 : Deux semaines au Sunshine State

Avec Liévine - [Ce chapitre est dédié à la visite d'un parc à thème]

Après une première nuit assez courte, nous nous lèverons tôt le matin (comme chaque jour qui suivra) vers 6h30 en route pour Universal Studios. Je précise que dans l'hôtel, nous n'avions pas de repas inclus. Il aura fallu à chaque fois payer notre petit-déjeuner qui n'est même pas un buffet. Après trois jours, nous irons acheter un paquet de céréales et un bidon de lait pour déjeuner pas cher les autres jours (un frigo était disponible dans la chambre)


Mais avant de visiter Universal Studios, nous commencerons la journée à Universal Island of Adventures à Pré-au-lard et Poudlard, la zone Harry Potter du parc ouvrant une heure plus tôt que les autres pour les résidents des hôtels. Les navettes circulent régulièrement, toutes les 10 minutes il y en avait une, de 7h à 2h du matin. La navette nous mène à City Walk (le Disney Village du coin) que l'on traverse pour arriver à un lac où on virera à gauche vers Island of Adventures. Et nous y voilà, devant l'un des parcs considérés comme l'un des meilleurs au monde !

Island of Adventures droit devant !


Comme dit précédemment, je ne détaillerai pas tout en détails, mais la zone Harry Potter du parc mérite que j'y consacre quand même quelques lignes. On entre dans le parc, on traverse assez vite les zones Dr Seuss Landing et Lost Continent pour arriver dans Pré-au-lard, avec à notre droite la gare du Poudlard Express, puis une réplique de celui-ci dans l'entrée de la zone.

L'entrée de Pré-au-lard

La réplique du Poudlard Express, qui fait maintenant doublon avec l'attraction juste à côté


On progresse émerveillés (j'ai dévoré les 7 livres je ne sais pas combien de fois) et à notre droite, on voit Dragon Challenge tourner. 10 minutes d'attente, on y va !


Nous avions un sac avec nous. Il n'est pas possible de prendre son sac sur les attractions. Mais chaque attraction dispose de casiers gratuits fonctionnant avec notre empreinte digitale pour verrouiller/déverrouiller ceux-ci. Système très pratique et surtout gratuit (mais uniquement le temps de faire l'attraction, après le casier devient payant). Puis on s'engage dans la file de l'attraction. Celle-ci comprend de nombreuses références aux films, notamment à la Coupe de feu. Mais les 3/4 de la file se déroulent dans un désagréable dédale de galeries souterraines où l'on ne voit pas grand chose. Puis on arrive (sans attente) à la séparation de la file vers le parcours Chinese Fireball ou Hungarian Horntail. On opte pour le Chinese Fireball.


Il s'agit d'un dueling coaster d'Inverted B&M non synchronisés après un accident. Le Chinese Fireball est excellent, c'est devenu mon inverted préféré très rapidement. L'attraction associe à merveille gros G et moments de légèreté. Le parcours est très fluide (plus que l'Hungarian Horntail) et les éléments sont tous appréciables lors du parcours. C'est vraiment une très bonne première surprise, qu'on aura beaucoup enchaîné. Son voisin par contre, certes plus intense, ne mêle pas aussi bien les sensations et est plus brusque. On s'y prend une ou deux baffes. Mais dans l'ensemble, on a très apprécié ces deux coasters.

Dragon Challenge


Après vient le moment de l'une de nos plus grosses claques dans un parc d'attractions : Harry Potter and the Forbidden Journey. Vous avez tous lu un descriptif de l'attraction, ou même vu des vidéos donc je ne vous spoilerai rien en vous disant que la file d'attente est sublime, un fan d'Harry Potter ne peut rêver meilleur endroit au monde ! L'attraction en elle-même, un dark-ride de type robocoaster est juste époustouflant ! Le mélange de décors réels et d'écrans marche très bien (même si je trouve que sur Gringott's ça marche mieux) et les décors réels peuvent impressionner (mention au dragon, au saule cogneur et aux détraqueurs). Les effets sont parfaits, les mouvements des nacelles très fluides, l'attraction nous fait voyager dans de nombreux endroits des bouquins et par moments, on s'y croirait vraiment (surtout quand on survole le lac à la fin). Le gros défaut par contre, c'est la scène de quidditch (écran) qui pour ma part à chaque fois m'a rendu nauséeux. Ce ne fut pas le cas de Liévine qui n'a demandé qu'à enchaîner les tours, émerveillée et ne s'attendant pas du tout à ce type d'attractions...

Poudlard, qui cache Harry Potter and the Forbidden Journey


Après une rapide découverte de la zone Wizarding World of Harry Potter côté Poudlard/Pré-au-lard, il est temps d'embarquer à bord du Poudlard Express vers Universal Studios. A l'entrée de la gare de Pré-au-lard, des cast members habillés tels des contrôleurs de trains nous demandent nos tickets de parc. A côté se trouve un véritable guichet permettant d'upgrader son billet pour tous ceux qui ne possèdent qu'un ticket pour un seul parc.

Gare de Pré-au-lard


Petit commentaire tout d'abord par rapport à la gare de Pré-au-lard. Visuellement, celle-ci n'est vraiment pas jolie et elle tranche un peu avec le reste de la zone (heureusement, elle se trouve un peu à l'écart de celle-ci, juste avant le portique d'entrée de Pré-au-lard). La différence est d'autant plus frappante une fois que l'on débarque à King's Cross où tout est minutieusement exécuté. Quant au train, celui-ci fait des allers-retours en avant puis en arrière. J'avoue que voir le train entrer en gare en marche arrière gâche beaucoup l'illusion. C'est dommage qu'ils n'aient pas créé un circuit en boucle pour éviter cela...


Mais par rapport à ces petits points négatifs, Hogwarts Express reste une très chouette attraction. On embarque dans les compartiments du train et la fenêtre est en réalité un écran de bonne qualité offrant une belle illusion. De l'autre côté, les vitres et la porte vitrée donnant sur le couloir du train sont floutées et on peut voir des ombres de jeunes sorciers passer, mais aussi des détraqueurs, araignées, etc... selon le sens du voyage. J'aurai une préférence pour l'aller vers Poudlard avec l'apparition des détraqueurs.

L'intérieur de King's Cross


On arrive donc assez rapidement à Londres, dans la gare de King's Cross assez bien foutue. A la sortie, on se retrouve devant quelques façades représentant Londres, avec droit devant le Magicobus. Rien de bien folichon, mais c'est sans compter la superbe zone du Chemin de traverse caché derrière toutes ces façades.

Le Magicobus, avec une animation interactive avec la tête réduite


Difficile de décrire le rendu de cette zone tellement on s'y croirait. Tout fourmille de vie, de détails, avec une perspective convaincante, le dragon de Gringott's veillant au-dessus de la banque des sorciers, les nombreuses façades de magasin, etc... Le rendu est vraiment sublime. C'est encore mieux réussi que Pré-au-lard pour ma part. On traverse donc la zone et on fonce rapidement vers Harry Potter and the Escape from Gringott's, la dernière nouveauté d'Universal Studios. 30 minutes d'attente sont annoncées, on s'engage dans la file, après avoir laissé nos bagages dans les casiers gratuits.

Le Chemin de traverse avec Gringott's en fond

La place d'entrée d'Harry Potter and the Escape from Gringott's


La file d'attente est très impressionnante elle aussi (même si moins que celle de Forbidden Journey). On traverse le hall d'entrée où travaillent les gobelins, puis on passe dans une zone de sécurité où notre portrait est tiré par un photographe. On arpente un couloir bordé de bureaux où sont déposés dessus les fameux journaux vivants que l'on retrouve dans la saga. On pénètre dans un bureau de gobelin où les frères jumeaux Weasley nous accueillent et on est alors invités à prendre des (faux) ascenseurs pour atteindre les coffres forts. On arrive alors assez rapidement le quai d'embarquement, où l'on reçoit des lunettes 3D.

Les gobelins du hall central


Les trains sont larges et compacts et constitués de deux wagons de 4x4 personnes. Le quai est dédoublé et le débit semble très bon. On démarre en traversant un court tunnel pour débarquer devant un premier écran géant où nous sommes accueillis par la très charmante Bellatrix Lestrange. Elle nous jette vite un sort qui nous fait plonger et s'en suit alors une assez courte partie roller coaster. Les zones entre écrans sont décorés relativement bien et durant toute l'attraction, l'illusion d'être au fin fond des grottes sous-terraines de la banque des sorciers est maintenue. J'ai adoré cela !


Reprenons le cours de l'attraction. Après la partie coaster, on est confrontés aux gardiens de pierre de Gringott's qui tentent de nous faire quitter les lieux. Avec la 3D et la rotation des wagons (parce que oui, les wagons peuvent tourner sur eux-mêmes), on est envoyés plus loin par ces géants de pierre. On croise alors Harry Potter et compagnie à la recherche de l'Horcruxe caché dans le coffre fort de Lestrange. On tombe alors sur Lord Voldemort en personne qui nous menace car il se doute qu'on sait où se trouve Harry Potter. Voldemort nous jette un sort, nous voilà transportés ailleurs, puis Voldemort revient à nous, nous lance le fatidique Avada Kedavra et s'en suit une petite section launch.


Au final, on rejoint Harry Potter et ses comparses s'enfuyant de Gringott's avec le dragon qui nous aura permis de nous en tirer façe à Voldemort et Lestrange.


Bilan de cette attraction ? Personnellement j'ai adoré, je l'ai même préférée à Forbidden, Journey, car Gringott's rend moins nauséeux et est selon plus immersive. De plus, on vit un réel passage du dernier roman, et pas une sorte de melting pot parfois à la limite du cohérent que propose Forbidden Journey.


On arpentera la zone en détails plus tard dans la journée, mais je vous montre déjà quelques photos :


Bon, j'accélère un peu le rythme de mon récit car les attractions qui vont suivre ont été moins spectaculaires que les précédentes. On testera donc Revenge of the Mummy, un chouette roller coaster indoor à effets spéciaux avec passage en arrière et propulsion. C'est sympathique, mais avec Gringott's à côté, ça fait quand même beaucoup plus vieillot, même s'il faut l'avouer, certains passages dark rides ont de très chouettes effets spéciaux. Un bon point quand même pour cette attraction !

Revenge of The Mummy dans la zone New-York


Après la Momie, on ira essayer Twister, une très ancienne attraction-spectacle où l'attente n'était que de 5 minutes. Autant le dire, ce fut très vieillot, avec de vieux trucages pas très discrets (mention à la vache volante !). En gros, on assiste aux ravages en direct d'une petite bourgade américaine par une tornade. Je mentionnerai le fait que le son de cette attraction est assez élevé, et que ce sera le cas pour la plupart des attractions indoor et des spectacles dans tous les parcs que nous aurons visités. Liévine ayant les oreilles sensibles, ça en devenait parfois désagréable pour elle. Un conseil donc pour les oreilles sensibles, prévoyez des boules quiès !

Le vieux Twister


On poursuivra notre chemin en s'arrêtant devant Shrek 4D, avec 10 minutes d'attente annoncées. Rien à dire de particulier, le film n'est pas très marquant (pourtant j'aime bien Shrek) et ça reste de la 4D de base...

Shrek 4D


Après Shrek, on constate qu'il est déjà presque treize heures, le temps d'aller manger quelque chose ! Mais en tant que gros économes pendant ce séjour, nous aurons tout de même passé un bon moment à aller voir les prix de chaque snack avant de faire notre choix pour la zone Springfield et son camion de nourriture ambulant de l'homme abeille. On prendra des tacos, ce qui nous aura coûté le moins cher au final (on voulait tester le Krusty Burger, mais c'était vraiment trop cher pour probablement un hamburger aussi mauvais que dans le dessin animé).

Welcome in Springfield !


Etant grand fan des Simpson, j'ai adoré la zone, où de nombreux endroits emblématiques de la série sont représentés. Il est vrai que le rendu final peut être discutable (surtout la taverne de Moe's), mais l'ensemble est coloré, festif, comme dans le dessin animé. On n'aura pas goûté la Duff (même si j'en avais vraiment envie) à nouveau pour ne pas trop dépenser d'argent inutilement.

Krusty Burger hors de prix...

... et la Duff aussi !


Au fond de la zone se trouve The Simpsons Ride, un simulateur basé sur la série. Ce simulateur nous narre la dernière vengeance de Tahiti Bob qui veut en finir avec les Simpsons venus visiter Krustyland pour inaugurer la nouvelle attraction du parc dans laquelle on embarque. Mais avec Tahiti Bob dans les parages, rien ne se passe comme prévu. L'attraction est bourrée de références, que se soit le pré-show ou l'attraction en elle-même. Dans la file sont diffusés des épisodes de la série. Le simulateur ne rend pas du tout nauséeux (pourtant je suis sensible à ce type d'attractions, un Race for Atlantis à  Phantasialand me rend malade et même Star Tour c'est limite...). Mais The Simpsons Ride est indéniablement mon simulateur préféré !

The Simpsons Ride


On poursuit notre tour du parc en arrivant devant Men in Black, le dark ride interactif du parc. 15 minutes d'attente pour un dark ride interactif sympathique, mais pas exceptionnel non plus. Je suis à la base très friand de dark rides interactifs, et pour le coup j'en attendais peut-être un peu trop ! L'attraction est très bien réalisée (même si parfois un peu vieillissante) et le fait de ne pas tirer sur des cibles mais sur les aliens directement est vraiment en plus. Mais pouvoir tirer sur les véhicules voisins, les faisant tourbillonner c'est sympa quand on tire sur les autres, mais pas quand on se fait tirer dessus, ce qui n'était pas du tout agréable... Un bonus peut aussi être obtenu à un moment en pressant sur un bouton spécial. Au final, j'aurai quand même obtenu le meilleur score du véhicule (avec le bonus !) mais j'ai toutefois été légèrement déçu...

Le bâtiment de Men in Black


On continue notre découverte du parc, mais en rejoignant déjà la zone Harry Potter. La boucle est déjà bouclée ! Mais il nous reste encore de nombreuses attractions à tester. On passera donc ensuite à Transformers 4D. Il s'agit d'un dark-ride à la Spiderman, en 3D avec véhicules dynamiques. Mon avis ? Une bonne bouse sans cohérence. La transition décors/écrans est superbe, la file d'attente pas mal faite, mais alors le scénario c'est la cata. On n'a rien compris (on n'a jamais vu les films non plus...). Mais bon, des voitures robots, je trouve le concept de base très idiot mais alors reconstitué en attraction, no comment. Ça se bat dans tous les sens, le véhicule bouge aussi dans tous les sens, ça donne le tournis et ça n'apporte rien ! En plus, Spiderman qui est beaucoup mieux se trouve déjà dans le parc juste à côté. 30 minutes de perdues dans cette attraction au bâtiment bien moche également...

Bouse droit devant !


Allez on se remet de cette attraction bien décevante (quoique je n'en attendais rien de prime à bord) pour essayer Disaster, une attraction spectacle dont je ne connaissais pas grand-chose de base. On attendra dix petites minutes pour entrer dans une première salle de pré-show où une animatrice nous accueille...

Disaster


Cette animatrice nous explique que nous sommes dans un studio de tournages de films catastrophes. Aujourd'hui, tous ses acteurs sont malades mais elle doit quand même tourner la bande annonce de leur prochain film catastrophe. Parmi la foule dans la salle, elle demande à des volontaires de venir remplacer ses acteurs. D'abord, elle fait appel à une petite fille. Puis à une grand-mère, et ensuite à trois "méchants". Vient alors le moment où elle appelle un gars musclé. Là elle me repère et me tire sur le petit podium. Je suis loin du genre à rêver de participer à un show dans un parc, mais j'accepte quand même, flatté d'avoir été choisi comme le gars musclé. Elle appelle encore une dernière personne et nous nous rendons dans une deuxième salle de préshow...

Parmi les heureux élus...


Ensuite donc, un hologramme d'un réalisateur nous présente le projet et les trucs pour un bon film catastrophe, en jeu avec l'animatrice. C'est assez bien foutu. L'animatrice surjoue et me fait des yeux doux de temps en temps, ne manquant pas de me complimenter pour un rien. L'art des flatteries, qui sera encore plus flagrant à Disney (j'en reparlerai plus tard). Après ce préshow, on arrive sur le lieu de tournage. On me fait enfiler une combi orange et devant un fond vert, je dois jouer le fait d'être en apesanteur. Chacun des acteurs a une petite tâche à effectuer. C'est marrant et pas trop long, bref, j'attends avec impatience le résultat final !


La dernière salle est un métro où nous sommes supposés prendre place mais l'attraction est en panne. Nous sommes évacués et je ne verrai pas le résultat de mon sublime jeu d'acteur (hem hem...). On refera l'attraction plus tard en voyant le rendu final assez sympa (et on découvrira le passage dans le métro en mode catastrophe avec effets spéciaux). Disaster est assez atypique comme attraction spectacle mais nous avons tous deux bien apprécié ma pote et moi-même !


Grâce à la panne, nous recevons un coupe-file qu'on s'empresse d'utiliser pour Hollywood Rip Ride Rockit, affichant 60 minutes depuis la matinée.

Le lift de l'attraction


Hollywood Rip Ride Rockit est un roller coaster de Maurer Söhne avec la particularité d'être doté de trains avec audio embarqué. Mais plus encore, il nous est possible de par un écran tactile situé sur la lap bar de choisir le morceau de musique que nous écouterons à bord. Il y a une vingtaine de chansons à sélectionner. Pour notre premier tour en last row, je sélectionnerai Pump it des Black Eyed Peas. Le coaster, doté d'un lift vertical et d'un non inverted loop, semblait très sympa. Mais le tout fut gâché par les vibrations de l'attraction tout au long du parcours. Très fort dommage. De plus, un de mes deux baffles ne fonctionnait plus donc pas moyen d'entendre la musique correctement.


Mais nous referons un autre jour l'attraction en first row et là c'est le jour et la nuit. Le tour est fluide (bon, ça vibrote parfois encore mais c'est très léger) et mon baffle fonctionnait très bien. On aura alors enchaîné les tours et adoré ce chouette coaster avec de bons éléments et un très sympathique non-inverted loop !

Rockit, approuvé mais en first row seulement !


Après Rockit donc, on ira encore voir le spectacle Terminator 2:3D où s'entremêlent passages 3D et jeu d'acteurs. Il y a de l'idée mais ça ne marche pas. La salle est grande et vide, il y a très peu d'acteurs, il manque quelques moments de réel jeu (il y a de longs instants sur écran 3D), bref, pas terrible comme premier spectacle en Floride...

Terminator 2:3D


Quoi d'autre ensuite ? Le soleil commence à se coucher, la température à baisser, et il nous reste quelques attractions à découvrir ! En route pour la zone pour enfants où l'on fera le junior coaster pour le +1 et E.T Adventure, le dark ride sur l'extra-terrestre bien connu. C'est assez marrant car le dark ride se fait en chevauchant des vélos suspendus. Par contre, on sent que cette attraction accuse son âge. A remplacer assez rapidement quand même, même si on y retrouve quand même un certain charme désuet...

Un junior coaster pas génial...

Et un dark ride poussiéreux


Cette zone pour enfants est pour moi la moins réussie du parc. J'en profite pour faire état de la théma générale du parc qui est vraiment pas mal pour des studios. Les zones à façades (New-York, San Francisco, etc...) sont très bien fichues, l'allée principale d'entrée également. Bon, Harry Potter c'est juste mille fois au-dessus du reste par contre (sauf à la rigueur les façades londoniennes qui font un peu tâche). Springfield est sympa aussi, donc au final niveau décors j'ai vraiment bien accroché, même plus qu'Island of Adventures (ne me brûlez pas !) où les décors me paraissaient certes impressionnants, mais où les zones excepté Harry Potter semblaient moins vivantes, avec une ambiance plus fade, bref un ressenti personnel difficile à expliquer.

Quelques coins sympas d'Universal Studios


Allez, la journée est presque finie, il est temps de tester Despicable me, l'attraction du film du même nom. Oui sauf qu'il y a 50 minutes d'attente. Non, nous ne sommes pas fous, nous reporterons la visite à plus tard de cette attraction fortement populaire. Ça sera pour demain !


Dans les quelques minutes qui restent, nous referons un tour de Gringott's et nous découvrirons en profondeur le Chemin de Traverse et ses boutiques, s'amusant avec le merchandising hors de prix que nous n'achèterons clairement pas (même si les dragées surprises de Bertie Crochue me faisaient de l'oeil !).

10 dollars les dragées surprises, ça fait mal...

Et 40 dollars la baguette, n'en parlons même pas !


Le parc ferme ses portes, il est 19 heures, l'heure de se manger un petit quelque chose à City Walk. On se fera un petit Panda Express, un fast food de nouilles vraiment pas cher et délicieux (on ira y manger très souvent d'ailleurs, toujours parce qu'on a fait nos gros radins !) Puis, il fut grand temps de reprendre la navette et d'aller prendre un jacuzzi bien chaud à notre hôtel !


Petit bilan d'Universal ? Personnellement après Busch Gardens, ça sera mon deuxième parc préféré du séjour. Je n'en attendais pas grand chose et au final, ce parc est un condensé de chouettes attractions, dont certaines très originales, avec l'une des plus belles zones à thème qu'il m'ait été donné de voir, et une atmosphère très agréable typique de ce que l'on imagine en visitant un parc "studios" !


Meilleure attraction de la journée : Harry Potter and the Escape from Gringott's

Meilleure zone à thème : Diagon Alley (le Chemin de traverse)

Déception du jour : Men in Black

Surprise du jour : The Simpsons Ride

Spectacle marquant : Disaster (même si c'est plutôt une attraction spectacle)

À propos de l'auteur

Grand passionné de voyages et de parcs à thèmes, j'ai décidé de combiner mes deux passions dans mes divers trips à travers le monde entier. Accompagné de mes amis, j'aime beaucoup associer visite de parcs à thèmes, activités culturelles et naturelles au sein d'un même voyage. 

Recevez notre newsletter
  • Icône Instagram blanc