• Anthony Dernicourt

Disney California Adventure - jour 1 (12/16)

#californie2018 #california #usa #disneyland #disneylandresort #disneycaliforniaadventure

Californie 2018 : 16 jours au Golden State

Avec Shaya - [Chapitre dédié à la visite d'un parc à thème]

Après une bonne partie de la journée passée à Disneyland park, Shaya et moi nous sommes rendus en fin d’après-midi à Disney California Adventure, le second gate de Disneyland resort. Disneyland California Adventure est situé juste en face de Disneyland : les deux entrées se font face à face. Il nous a donc suffit de traverser la grande esplanade entre les deux parcs pour arriver au second gate.


Munis de nos billets Hopper, nous avons pu sans souci pénétrer dans le parc. L’entrée du parc a été rénovée il y a quelques années. Cette rénovation faisait partie du vaste Placemaking du parc dont le but était de redynamiser un parc qui ne trouvait pas vraiment son public.

Second Gate, here we go!


Une fois l’entrée passée, nous sommes arrivés dans la zone Buena Vista Street. Sans avoir l’ampleur de Main Street USA, cette rue a tout son charme et est une très bonne introduction au parc. En fin d’allée se trouve la reconstitution du Carthay Circle qui contient un restaurant de cuisine californienne.

Buena Vista Street évoque l’arrivée de Walt en Californie


Nous sommes ensuite allés sur notre droite et sommes arrivés dans la zone Grizzly Peak. Cette zone, faisant référence aux grands parcs nationaux californiens, est scindée en deux sections : une zone dédiée à l’aviation (qui était auparavant une zone indépendante) et une zone plus centrée sur les parcs nationaux style Sequoia ou Yosemite.


Nous sommes passés devant le grand hangar abritant Soarin’. Nous en avons profité pour prendre un FastPass pour cette attraction très populaire et qui affichait alors 50 minutes d’attente. Puis, nous avons poursuivi afin de rejoindre la zone Paradise Pier (désormais Pixar Pier).


Nous désirions nous restaurer dans le parc et avions repéré sur le plan un point de vente de pâtes et pizzas. Nous avions tous deux envie de pâtes et avons donc opté pour le Boardwalk Pizza & Pasta situé en fond de zone près de la Wild Mouse Goofy’s Sky School. 


En arrivant dans la très belle zone Paradise Pier (dont une partie était inaccessible car en train d’être convertie en Pixar Pier), nous sommes tombés sur le dark ride de la Petite Sirène : The Little Mermaid – Ariel’s Undersea Adventure. L’attente n’étant que de 10 minutes pour l’attraction, nous nous sommes engagés dans la file.

The Little Mermaid – Ariel’s Undersea Adventure – “Could this name be any longer?” The Ride


Contrairement à la version floridienne où la façade extérieure du dark ride est le château d’Eric, ici, nous sommes dans un bâtiment plus générique dont l’architecture se mêle à celle du pier et ses environs.


Le dark ride est un Omnimover. Les visiteurs prennent place dans de grands coquillages qui vont leur faire revivre les aventures d’Ariel. Le parcours débute avec Eurêka qui nous accueille en nous narrant le début de l’histoire de la Petite Sirène. Puis, nos coquillages plongent sous l’océan avec un effet de projection sur les coquillages. Nous retrouvons alors Ariel dans sa grotte qui rêve de partir vivre à la surface. Vient alors la scène d’Under the Sea. Beaucoup de poissons colorés dans tous les sens, Sébastien en chef d’orchestre et Ariel qui danse. Une belle scène animée mais qui aurait pu avoir encore plus de vie : on a quand même fortement le sentiment d’être dans un gros hangar, ça fait assez vide malgré tout. Puis nous partons pour la meilleure des scènes, la rencontre avec la terrible Ursula ! Pour moi, l’AA d’Ursula c’est vraiment le top du top, j’a-do-re !


Ariel se fait alors transformer en humaine (la transformation est montrée sur un écran intégré). Nous remontons alors en surface où nous retrouvons Ariel et Eric sur leur barque, prêts à s’embrasser. La fin est ensuite quelque peu bâclée : on comprend rapidement qu’Ursula a perdu dans l’affrontement final et voilà déjà la dernière scène du mariage. Tout comme la version floridienne, il y a un gros cut scénaristique sur la fin et c’est dommage car on est du coup un peu sur la faim.


Mais qu’importe, malgré cette fin trop rapidement traitée, The Little Mermaid – Ariel’s Undersea Adventure reste un très beau dark ride avec de très beaux AA. Shaya en est ressortie enchantée (la Petite Sirène était son Disney préféré quand elle était petite).


Après ce petit tour de dark ride, nous avons poursuivi notre chemin en longeant le lac de World of Color, malheureusement non présenté au cours de notre séjour, toujours en raison des travaux de Pixar Pier. Le lac est très beau, avec en fond la Mickey’s Fun Wheel et Incredicoaster. J’ai beaucoup aimé cette zone de Pier vintage.

Sorry, we’re closed!


Au fond de la zone se trouvent deux points de vente et une grande terrasse pour s’y restaurer. Nous avons acheté nos pâtes et nous sommes installés en extérieur pour notre repas du soir. Des pâtes classiques, rien de plus à signaler pour ce simple repas.


Nous étions avec ce repas et l’arrivée dans le second parc complètement requinqués ! Nous avions un bon coup de fatigue en fin d’après-midi mais ce n’était plus du tout le cas en ce début de soirée.


Après notre pause repas, nous nous sommes dirigés vers la petite zone Pacific Wharf qui ne comporte pas vraiment d’attractions mais surtout des points de vente. La parade électrique Paint The Night était prévue pour dans une cinquantaine de minutes et nous voulions nous assurer d’avoir une bonne place. Mais ayant encore beaucoup de temps devant nous, nous avons décidé de faire une petite attraction pour patienter.

Notre choix s’est porté sur Mater’s Junkyard Jamboree, un flat ride extérieur situé en début de la zone Cars Land. Initialement, nous ne voulions pas arpenter la zone et garder la surprise pour le lendemain. Nous avons quand même décidé de faire un petit écart en faisant un petit tour de ce Mater’s Junkyard Jamboree dont l’attente n’était que d’une dizaine de minutes.


L’attraction ressemble fortement à un Demolition Derby Zamperla (Cars des Walt Disney Studios) avec pour différence que les véhicules sont scindés en deux parties : notre charriot est attaché à un tracteur mais peut s’articuler autour du tracteur par effet de force centrifuge. Les tracteurs voyagent de plateau en plateau sur trois plateaux côte à côte.


L’attraction est simple mais amusante. Une musique d’ambiance où Mater chante à tue-tête anime bien la zone joliment éclairée de nuit. Nous avons vraiment bien apprécié cette petite attraction sans prétention mais très bien exécutée.

Un ptit tour chez les ploucs !


Puis, nous n’avons finalement pas pu résister et nous sommes dirigés dans la zone de Cars Land. Et que dire ! C’était juste fabuleux ! L’excitation était à son comble ! Tout est magnifique de nuit. On se croirait plongés dans le film, retrouvant tous les commerces de Radiator Springs. Une très chouette atmosphère se dégage de la zone, surtout de nuit ! Nous avons flâné dans cette très belle zone, avons pris le temps de découvrir les différents points de vente, c’était vraiment un très bon moment passé ensemble !

Ce qui se fait de mieux en matière d’automobile !


Puis, nous sommes allés jusqu’au fond du land où se trouve l’entrée de Radiator Springs Racers, l’attraction vedette du resort qui d’après l’App du parc avait affiché entre 90 et 120 minutes d’attente toute la journée. A notre très grande surprise l’attente n’était que de… 25 minutes ! Nous avons longtemps hésité à en faire directement un tour mais la parade allait commencer d’ici une vingtaine de minutes et nous ne voulions pas la manquer ce soir.


Nous avons donc choisi la parade et sommes retournés à Pacific Wharf où nous avons trouvé une très bonne place pour s’installer et patiemment attendre le début de la Paint The Night Parade. Notre stratégie était alors d’ensuite se ruer sur Radiator Springs Racers une fois la parade terminée…


Shaya et moi avions un très beau souvenir d’enfance de la Main Street Electrical Parade présentée à Disneyland Paris quand nous étions plus jeunes. Dès lors, quand la musique de la Paint the Night a retenti (en reprenant l’intro customisée de la Main Street Electrical Parade), nous étions tout excités et émus ! Nous avions une grande attente de cette parade.


Et quelle bonne surprise ! La parade était tout simplement sublime ! Les chars sont modernes, brillent de lumières, imposants, bref fabuleux !

Sur le premier char, qui annonce la parade, nous pouvions retrouver Peter Pan et la fée Clochette suivis de figures de Tigrou, du Génie ou encore de Lumière. Puis nous avons eu droit à une bien belle dose de Pixar avec le char de Monster & Cie et ses portes animées, ou encore Cars avec Flash Mc Queen et Mack. Après, nous avons pu découvrir le très beau char de la Petite Sirène dominé par la Roi Triton et Sébastien. Encore du Pixar ensuite sur le beau char de Slinky Dog avec dessus Woody et Buzz pour nous saluer. Les princesses ont également eu leur temps avec le très beau car de la Belle et la Bête, suivi des autres princesses sur leurs petits modules lumineux. Enfin, pour clore la parade, Mickey, Minnie et ses amis nous ont tous salués depuis le char final où Mickey trônait fièrement dans son costume de Fantasia.


Nous sommes totalement entrés dans le jeu, en admirant chacun des chars  et en faisant signe aux personnages. Ce fut un très chouette moment, le meilleur du séjour à Disney pour Shaya. Remontée de souvenirs d’enfance, malgré le fait que la parade soit toute neuve. Mais cette atmosphère de parade nocturne nous a totalement enivrés.

It’s the Paint The Niiiiight… Parade !


Une fois le char de Mickey passé, nous nous sommes toutefois très vite remis des émotions. Retour à la réalité avec un très gros sprint pour traverser au plus vite Cars Land et vite se ruer dans la file de Radiator Springs Racers avant tout le reste de la file ! L’attente avait déjà légèrement remonté : 30 minutes d’attente. Un temps d’attente néanmoins toujours incroyablement bas comparé au reste de la journée. Une occasion en or que nous n’allions pas manquer !


Nous avons donc rapidement parcouru la longue file d’attente qui était en grande partie vide. Celle-ci se trouve en extérieur, est en partie ombragée, avec des références à l’univers de Cars et entouré du circuit de l’attraction. On peut voir les véhicules en passage à de multiples endroits.


La zone d’embarquement est une succession de voitures qui sont très rapidement dispatchées. Les opérations sont hyper efficaces sur l’attraction. Nous allions pouvoir embarquer dans l’une des voitures de 6 places, et au premier rang ! Vu de l’extérieur, le pare-brise des voitures affiche les yeux du véhicule (comme pour les personnages Cars). Mais une fois à bord, on peut voir à travers le pare-brise !


Une fois les ceintures bouclées, c’est parti ! Tout d’abord, le véhicule effectue une petite balade en extérieur tout en douceur dans le canyon environ de Radiator Springs. On passe alors devant la cascade observée dans le film, petite mais accentuée grâce à un effet de perspective, puis vient la grande partie indoor de l’attraction.


Nous arrivons de nuit à Radiator Springs. Sur la route, nous croisons d’autres véhicules, dont Mack, avec lesquels nous rentrons presque en collision. Idem avec un train sur un passage de chemin de fer. Puis à l’entrée de la ville le shérif nous dit de ralentir un peu. Mater nous    accueille alors et nous invite à venir jouer à effrayer les tracteurs. Mais nous réveillons Frank et nous devons alors rapidement fuir ! On accélère alors afin de s’éloigner de la moissonneuse géante. Nous arrivons enfin à Radiator Springs où Mc Queen et Sally nous accueillent.


Ensuite, les véhicules sont dispatchés dans deux ateliers différents : soit le centre de tuning de Ramones soit le garage de Luigi’s. Après un tuning ou un changement de pneus selon le dispatch (dont le résultat peut être observé dans un grand miroir parallèle au track), les deux véhicules côte à côte vont pouvoir se diriger vers la piste de course.


Doc Hudson nous accueille alors pour une course dans le Canyon. Les véhicules s’arrêtent alors devant la ligne de départ où Luigi donne alors le départ. Vient alors l’accélération et c’est parti pour la section rapide outdoor du ride en dueling avec un autre véhicule. Le tout se fait dans l’imposant décor de Canyon de l’attraction. D’abord une longue ligne droite pour l’accélération, puis un long virage où la vitesse se stabilise. Après, les véhicules arrivent sur une route à bosses (avec de légers airtimes) qui mène à un nouveau virage en contrebas bien incliné. Enfin, une descente dans un tunnel avec un autre airtime à la clé mène finalement à la ligne d’arrivée. Dernier virage avant d’arriver finalement en douceur dans des grottes. Mater et Mc Queen nous saluent finalement pour nos exploits et c’est l’arrivée dans la zone de débarquement.


Alors, que dire de ce Radiator Springs Racers ? Tout d’abord, que l’attraction est extrêmement bien exécutée. La qualité des AA est impressionnante ! Notamment les bouches des voitures et la fluidité générale de leurs mouvements. Les scènes sont toutes très jolies. Ensuite, le scénario fait vivre une aventure très complète et la durée de l’expérience est parfaite ! Enfin, les sensations sont également au rendez-vous dans la partie finale. L’attraction est un package complet unique. Du grand art Disney ! En comparaison, j’ai trouvé cela bien meilleur que Test Track car beaucoup plus immersif ! Et même si certaines personnes peuvent être hermétiques à l’univers de Cars (ce qui n’est pas le cas de ma sœur et moi), je suis certain qu’ils trouveront tout de même leur compte dans cette très grande attraction de classe internationale !


Le fait d’avoir ridé Radiator Springs Racers de nuit était également une belle expérience en soi ! Nous allions encore tester l’attraction de jour au cours du séjour, mais de nuit c’était quand même largement plus chouette !

Radiator Springs Racers, ça dépote !


Après Radiator Springs Racer, nous avions rendez-vous avec notre dernier Fast Pass de la journée, à savoir Soarin’. L’attraction est située dans la zone Grizzly Peak dans un grand hangar. Le thème de l’attraction est l’aviation. Dans la partie indoor de la file d’attente, nous pouvions observer de nombreuses références à l’histoire de l’aviation. Nous n’avons attendu que très peu de temps avant de pouvoir avancer dans un long couloir et d’être dispatchés dans l’une des files pour l’un des rangs de cette attraction simulateur.


Pour ceux qui ne connaissent pas le principe, Soarin’ est un simulateur de vol. C’est en fait un cinéma à sièges suspendus devant un énorme écran sphérique. Les sièges sont au départ au sol et puis s’élèvent et se placent les uns au-dessus des autres. Soarin’ Over California était la version originelle de l’attraction. Elle a été récemment remplacée par la version Soarin’ Around The World.


Une fois dispatchés dans notre file d’attente, nous avons eu droit à une vidéo nous présentant les destinations que nous allions survoler ainsi que les consignes de sécurité. Puis, nous avons pu prendre place dans l’une des nacelles alors encore au sol. Shaya et moi avons été dispatchés dans l’une des nacelles centrales. Après avoir rangé nos affaires dans les filets situés sous nos sièges, nous avons bouclé nos ceintures, parés pour le décollage !


Les véhicules se mettent en mouvement en se positionnant devant l’écran géant. Et directement, nous voici plongés dans les nuages. La merveilleuse musique de l’attraction retentit et nous voilà transportés dans ce magnifique vol. Tout d’abord, devant nous surgit le Matterhorn dont nous frôlons le sommet avec nos pieds. Puis nous voici déjà transportés au pôle nord où nous survolons la mer et les banquises. Après succèdent Sydney et son port, ainsi que la forêt noire et le château de Neuschwanstein qui a inspiré le château de Disneyland. Une odeur d’herbe pour moi, de terre pour Shaya, envahit alors nos narines alors que nous arrivons dans la savane africaine au-dessus d’un troupeau d’éléphants. Sensation que nous pouvons presque toucher leur dos avec nos pieds ! Ensuite, nous arrivons en Asie, au-dessus de la muraille de Chine, puis en Egypte devant les pyramides de Gizeh. Le vol se poursuit en Inde avec un survol du Taj Maha et une odeur d’encens bien prononcée. Juste après, nous arrivons aux Etats-Unis, au-dessus d’un canyon où volent de nombreuses montgolfières. Viennent alors les îles Fidji avec une autre odeur qui se dégage. Là encore, sentiment que l’on peut effleurer l’océan du bout des orteils. On arrive alors aux magnifiques chutes d’Iguazu à la frontière entre l’Argentine et le Brésil, avant de revenir en Europe en passant par Paris. Puis vient le final, un survol de Main Street USA et l’arrivée en plein feu d’artifices devant le château de la Belle au bois dormant avant de revenir les pieds sur terre.


J’ai tout simplement adoré. Soarin’ était l’une de mes plus belles surprises lors de mon trip en Floride. Ici, c’est également le cas. Cette attraction est tellement immersive, tellement agréable, tellement planante. La musique a un énorme rôle dans l’expérience, je l’adore ! Les effets olfactifs, les légers mouvements des nacelles, tout contribue à plonger le visiteur dans l’immersion.


Je visite quasiment toujours un parc d’attractions en portant des tongs (pratique pour ne pas avoir les pieds mouillés toute la journée après un water ride). Dès lors, c’est pides nus que j’ai ridé Soarin’, qui pour moi renforce encore plus l’expérience. Un conseil, enlevez vos chaussures !


En comparaison avec Soarin’ Over California, j’ai préféré Soarin’ Around The World : plus de variété des paysages et des univers visités. Une autre chose améliorée est la transition des scènes. Avant, il n’y en avait pas, l’image coupait et s’ouvrait directement sur une autre. Ici, il y a à chaque fois un élément de transition : un cerf-volant qui coupe le champ de vue entre la muraille de Chine et le Taj Mahal, un avion qui nous passe par devant à Sydney avant d’arriver en Allemagne, le spot de la Tour Eiffel qui nous éblouit avant que l’on arrive à Disneyland, etc…


Bref, Soarin’ a à nouveau été mon gros coup de cœur Disney ! Shaya a également très fortement apprécié cette expérience unique en son genre.

We’re ready to take off!


Sortis de Soarin’, il était déjà 22h passées et nous étions fort fatigués de notre journée. Nous avons pris la décision de retourner à notre hôtel et d’aller nous coucher car nous avions encore deux grosses journées chargées en émotions prévues au Disneyland resort.


Après une dizaine de minutes de marche, nous étions de retour au Red Lion Hotel pour une bonne nuit de sommeil avant une nouvelle dose de magie prévue dès le lendemain matin !


Cette soirée à Disney California Adventure fut l’une des meilleures de notre séjour en Californie. Nous avons été émerveillés par la zone Cars, mais aussi par la parade électrique et par ce tour de Soarin’ pour conclure notre journée. Notre premier coup d’œil de Disney California Adventure était plus que positif. Mais nous avions encore beaucoup d’autres attractions et spectacles à découvrir dans le second gate du resort.

Voilà, petit résumé de cette soirée à Disneyland California Adventure :


Meilleure attraction : Soarin’ (Radiator Springs Racers pour Shaya)

Moins bonne attraction : Mater’s Junkyard Jamboree (par défaut)

Meilleure zone à thème : Cars Land

Plus grosse surprise : Radiator Springs Racer

Plus grosse déception : /

Avis général : Très positif

À propos de l'auteur

Grand passionné de voyages et de parcs à thèmes, j'ai décidé de combiner mes deux passions dans mes divers trips à travers le monde entier. Accompagné de mes amis, j'aime beaucoup associer visite de parcs à thèmes, activités culturelles et naturelles au sein d'un même voyage. 

Recevez notre newsletter
  • Icône Instagram blanc